Bloody Gods
Le forum est actuellement fermé pour une durée indéterminée. Merci de votre compréhension
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Sixtine R. Rhodes


Messages : 69
Multicomptes : /
Date d'inscription : 11/12/2017
Localisation : Dans la nature

My quest
Parent divin: Perséphone
Niveau: Alpha (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Lun 11 Déc - 21:33

Sixtine R. Rhodes
feat Adelaide Kane
  • 23 ans
  • Américaine
  • Pansexuelle
  • Perséphone
  • Chess Tribe
Fichier n°34590 : SIXTINE ROSAELIA RHODES
Surnom : Six, Rosie, comme bon vous semble.
Date et lieu de naissance : 16 Septembre 1994 à Portland, dans l'Oregon.
Statut civil : Célibataire, elle prend les gens comme ils viennent, sans se prendre particulièrement la tête jusque là.
Signes Particuliers : Entre ces deux omoplates, une belle rose avec des formes géométriques recouvrent une brûlure vieille de quelques années déjà, en signe d'allégeance à la Terre Mère, Gaïa. En plus de cela, elle possède un coquelicot en tatouage, qui longe ses côtes, en hommage à sa mère, Perséphone.
Occupation principale : Au sein de la Chess Tribe, elle se trouve pour le moment sans grade particulier, dans l'armée rouge.
Nombre d'années passées dans le camp : Cela fait déjà 8 ans qu'elle se trouve naturellement dans le camp de Gaïa, après avoir passé quelques temps dans le camp des grecs.

Parent divin : Perséphone
Pouvoirs : Phytokinésie : comme l'indique les racines grecques, il s'agit de la capacité à utiliser les plantes, les déplacer et les contrôler. Bien sûr, la maîtrise de Sixtine n'est pas parfaite et elle ne peut pas créer une forêt d'un claquement de doigt non plus. Pourtant, faire pousser de belles plantes ou maîtriser le mouvement de leurs branches ne pose pas de réels soucis à la jeune femme.
Déplacement par les ombres : comme son nom l'indique, la jeune femme peut se servir des ombres pour se mouvoir. Elle peut en effet y apparaître, que ce soit dans une allée perdue ou sous un arbre... C'est d'ailleurs grâce à cette aptitude qu'elle est devenue championne internationale en cache-cache ! Sixtine peut littéralement se fondre dans l'obscurité pour ne faire qu'un avec. Tout comme elle peut s'en servir pour se déplacer d'un endroit à un autre ! Cependant, son pouvoir reste encore bancale dû à un manque d'entrainement évident, ce qui l'empêche d'atterrir là où elle voudrait et puise toute son énergie au passage.

Armes & objet :
Grenades empoisonnées : Six possède un collier de cinq perles d'une belle couleur rougeâtre qui, lorsqu'elle les prend entre ces mains, se transforme en grenade empoisonnée. En effet, ces petites bombes libèrent un gaz neurotoxique qui agissent directement sur l'influx nerveux, en le perturbant ou le paralysant; cela induit en quelques minutes une perte de la vue et des autres sens, une paralysie partielle ou complète qui peut devenir à forte dose ou sans antidote plus ou moins irréversible. Cependant, la puissance de ces bombes est proportionnelle au pouvoir de son utilisateur et évolue en fonction. Elle possède une petite fiole contenant un antidote, qui pend au bout de son collier, mais qu'elle n'a étrangement jamais utilisé...
Dague : à double tranchant, tout ce qui a de plus simple en bronze céleste, souvenir de son passage à la colonie grecque. La lame est fine et toujours parfaitement aiguisée, à porter de main pour pouvoir être dégainé à n'importe quel moment.
Pierres : Six porte toujours sur elle un petit pochon remplit de pierres semi-précieuses auxquelles elle apporte diverses vertus, sans qu'il n'y ait de véritable pouvoir.
Ton défaut mortel : Fanatisme : rien au monde ne lui tient plus à coeur que la cause environnementale. C'est sa véritable raison de vivre : elle est née par la grâce de la Nature, vie par et pour elle tout comme elle mourra de sa main. Rien ne lui importe plus que de la protéger et lui donner jour après jour tout l'espace qu'elle mérite. C'est ce dévouement absolu et exclusif qui la pousse à des actes de violence extrême, ainsi qu'à une intolérance totale de l'avis des autres.
Caractère/Anecdotes
Joyeuse - Joueuse - Naturelle - Fanatique - Proche de la nature - Violente - Extrême - Intolérante - Passionnée - Illuminée - Dangereuse, pour les autres comme pour elle - Adoratrice - Pétillante - Folle

Sixtine c'est une fois promenée nue au milieu de Central Park pour être au plus près de la nature au milieu de l'incompréhension totale des visiteurs, ainsi que des nymphes. - Possède toujours au moins une fleur sur elle. - Ne supporte aucune nouvelle technologie, cela lui cause de l'eczéma. - Elle est végétarienne depuis sa plus tendre enfance. - A un jour planté sa fourchette dans la carotide d'un enfant qui essayait de lui piquer sa nourriture.
Dis m'en plus sur toi...
Prénom/Pseudo: Maëva !
Age : 20 years soon
Disponibilité: Le plus souvent possible, minimum 3j/7j
Pays : France !
Comment as tu connu BG : Grâce à Sene 
Scénario/PV ou inventé : Inventé, je risque de faire des bêtises avec les scénar
Le mot de la fin ? : Manger. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sixtine R. Rhodes


Messages : 69
Multicomptes : /
Date d'inscription : 11/12/2017
Localisation : Dans la nature

My quest
Parent divin: Perséphone
Niveau: Alpha (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Lun 11 Déc - 21:39

L'histoire
L'histoire

CHAPITRE PREMIER : La naissance d'une fleur

Il y a de cela presque 24 ans maintenant, la déesse Perséphone, reine des Enfers, s'est épris d'un homme d'une trentaine d'année. Loin des stéréotypes du jeune homme fougueux et combatif, Eric était une personne très douce, calme, posée. Il vivait en marge de la société, à l'extérieur de la ville de Portland. Il y avait installé son petit havre de paix pour vivre au maximum en autarcie : mini-éolienne, des récupérateurs d'eau, un grand potager et tout plein d'autres petits détails qui faisaient de ce lieu un endroit tout à fait paisible.

C'est dans la plus grande des simplicités que cette déesse de la nature en est tombée amoureuse.

Comme il est de coutume chez les grands de la mythologie, leur idylle ne fut que de courte durée. Deux belles semaines à vivre sans se soucier des problèmes de sociétés, des problèmes mythologiques, qu'il soit sur ou sous Terre. Rien ne semblait pouvoir les atteindre ; rien, si ce n'est ce qui les avait attirés l'un l'autre. Lorsque les premiers bourgeons apparurent et que les oiseaux commencèrent à revenir, la belle femme quitta les lieux, sans explications aucune.

Elle ne revint qu'à la fin de l'été posée sur le perron de son ancien amant un beau panier en osier, qu'elle déposa délicatement. Emmitouflé dans une grosse couverture en tricot, un bambin y dormait à poing fermés, les joues légèrement rosie par la fraîcheur matinale. Trois coups secs sur la porte suffit à réveiller l'enfant qui se mit à pleurer, avant que la porte ne s'ouvre : « Elle s'appelle Sixtine. Prends soin de ta fille, Eric ». Après un dernier baiser sur le front de l'enfant qui se calma, elle fit apparaître un magnifique coquelicot dans le landau de fortune, ce qui le ravit. Et c'est après un dernier triste sourire que la déesse disparue dans les ombres, en laissant un homme perdu et incrédule.


CHAPITRE DEUXIEME : Les premiers bourgeons

Sa mère avait décidé de l'appeler Sixtine, c'était curieux comme prénom. Son père préférait la surnommer Rosaelia, en mémoire à sa fleur de prédilection. C'était un bébé tout à fait adorable, qui rigolait aux éclats à l'air pur et dormait à poing fermés dans la nuit noire. Rien ne semblait le déranger.

Ce fut une enfant tout aussi ravissante, très joueuse et curieuse de tout. Elle passait sa vie à courir les champs, essayant d'attraper des abeilles à mains nues ou rentrer dans les terriers des pauvres lapins totalement désorientés par ce géant un peu gauche. Rosie, comme l'appelait son père, n'avait rien d'une petite fille ordinaire pour mille et une raison mythologique, en plus de vivre toujours en dehors des normes. Elle n'eut pas d'éducation classique, quelques cours à la maison, mais surtout une découverte du monde à son rythme, par ses propres moyens et sans pression.

La pré-adolescence arriva avec son lot de problème. La belle enfant était toujours d'une naïveté attendrissante, mais cela semblait déranger son père. Elle ne faisait guère attention aux fleurs qui germaient sur son sillage, à l'herbe qui verdissait parfois quand elle venait à s'y asseoir ou aux arbres qui prenaient plus de place tant qu'elle en prenait soin. Sixtine n'était que candeur et simplicité, n'y prêtant pas vraiment attention. C'était normal après tout, qu'en prenant soin de la nature, elle nous le rend au centuple ! Mais ce n'était pas de l'avis d'Eric. Il aimait sa fille de tout son cœur, tout en appréhendant ce qui risquait d'advenir. Il l'avait toujours su, au fond, que cette histoire ne finirait pas bien...

La jeune fille courue jusqu'à son père, les yeux pétillants d'étoile et le sourire qui illuminait son visage. « Papa, tiens, cadeau ! » Et dans ses mains, sans qu'aucune plante n'ait été arrachée du sol, sans qu'aucune explication rationnelle ne puisse l'expliquer, un bourgeon apparut tout doucement dans la main de la fille de Perséphone pour se transformer en magnifique rose rouge. Le père eut un mouvement de recul brutal, heurtant la table derrière lui, ce qui fit tomber le vase remplit d'un bouquet de fleur qui se brisa en milles morceaux.

Sans plus d'explications, il referma la porte au nez de son enfant totalement perdue.

On pouvait lire sur le visage de la demi-déesse une détresse sans non, un sourire angélique disparu. Sixtine revoyait en boucle le visage de son père, ses yeux perdus, effrayés, dégoûtés. Comment cela était-il possible en regardant une si jeune enfant ? Elle ne réclamait qu'un peu d'attention, de partager ses dernières trouvailles et vivre heureuse. Pourtant, oui pourtant, quelque chose en elle savait que cela arriverait. Qu'elle avait quelque chose en plus, de différent, même en ayant vécu toute son enfance recluse du monde moderne. « Ne m'abandonne pas, papa... », s'exprima doucement la jeune Sixtine. Elle savait ses paroles inutiles, elle savait qu'elle ne pouvait rien y faire. Elle savait qu'elle ne le reverrait sûrement plus. Alors, ses murmures s'envolèrent loin d'ici, en même temps que la naïveté de l'enfant qui laissa en elle un cœur brisé.


CHAPITRE TROISIEME : Une éclosion prématurée

Être jeté à la porte de chez soi, sans rien connaître du monde « réel » et moderne, c'était une des pires choses qui auraient pu lui arriver. Ce fut pourtant le cas. Il avait fallu une bonne heure pour que son père calme son angoisse et accepte de lui ouvrir la porte. Ce qu'il ne fit qu'à contrecœur, un couteau dans les mains, tremblant de tout son saoul. « Prends tes affaires et pars ». Ce fut ses dernières paroles, les derniers mots qu'il adressa à sa fille. Malgré ses larmes, son incompréhension, sa peur, rien n'y fit. Elle récupéra ses maigres affaires dans un sac et sorti de la maison aussi rapidement qu'elle y était rentrée.

Elle était maintenant seule face au monde, sans y avoir été préparé. Sans rien connaître.

Après un dernier regard derrière elle, elle essuya une larme et quitta ce petit havre de paix. Sixtine avançait, encore et encore jusqu'à quitter cette campagne qu'elle avait toujours connue. Elle errait sans comprendre ce qu'il venait de se passer, sans chercher à savoir ce qui l'entourait, sans vouloir réellement aller quelque part. Elle se mouvait sans s'en rendre compte, allait où ses pieds l'emmenaient, sa tête trop occupée ailleurs. Le cœur brisé. C'est au bout de plus d'une trentaine de minutes que le décor commença à changer de manière beaucoup trop flagrante pour ne pas s'en rendre compte. Les maisons commençaient à être de plus en plus nombreuses, de plus en plus haute, les arbres et les fleurs laissaient place au béton et au goudron. Rosie, qui n'avait jamais quitté sa maison, ne comprenait rien de ce qui se passait. Ce monde dit « moderne » l'effrayait. Comment était-il possible d'étouffer à ce point la nature pour des constructions aussi peu joli ? En voulant traverser la route, elle faillit se faire heurter par ce que les autres appelaient communément voiture, mais le conducteur l'évita de justesse et l'assaillit d'insultes avant de l'enfumer puis partir aussi rapidement qu'il était venu.

C'était à ne rien y comprendre, à ce nouveau monde dégradant.

Sixtine n'y connaissait rien, n'avait même jamais entendu parler de tout ce qui était progrès et nouvelles technologies. Elle n'en avait d'ailleurs que cure, de ce progrès qui n'en était pas un. Ce n'était qu'une destruction massive de la nature pour le confort de l'Homme. Homme qui se sentait si supérieur et peu redevable envers ce que la Terre avait à lui offrir. Cela lui brisait le cœur plus qu'il ne l'était déjà. Or, ce n'était pas ce qui comptait actuellement. Même si la jeune fille ne savait plus vraiment ce qui comptait réellement ce jour-là... Ni ce qu'il fallait faire.

C'est à ce moment-ci que son cœur s'emballa et sa tête semblait comme lui envoyer des signaux d'alertes. Quelque chose n'allait pas. Regardant autour d'elle, elle vit une vieille dame la fixé de loin, ce qui lui donna un frisson. Pourtant, cette grand-mère ne semblait en rien méchante, ni même suspicieuse : une vieille robe longue avec un châle, une chevelure bouclée avec encore quelques bigoudis oubliés à l'intérieur. Rien ne faisait d'elle une personne dont il fallait s'inquiéter, si ce n'était son regard perçant. Malgré tout, l'instinct de Sixtine lui criait de prendre ses jambes à son cou.

Elle sera son sac contre elle de toutes ses forces. Rien ni personne ne l'avait préparé à cela.

Alors, c'est sans réfléchir qu'elle se mit à courir dans la direction opposée, jurant avoir vu une queue de singe poussée sous la robe de la vieille dame. Son cerveau semblait lui jouer des tours. Elle courrait, encore et encore à travers la ville, slalomant entre les nombreux habitants de Portland. Sixtine sentait bien qu'elle ne pouvait pas s'arrêter maintenant, elle sentait bien qu'elle n'avait pas même besoin de se retourner pour savoir que cette « chose » la poursuivait toujours. Elle n'avait aucun repère en ces lieux, ne savait ni où aller ni que faire.

C'est en tournant à gauche qu'elle fit son entrée dans un parc ouvert à tous. Enfin un monde qu'elle connaissait un peu mieux ! A peine eut-elle le temps de dire un « ouf » de soulagement qu'elle se fit happer au milieu des arbres, une bouche sur la main pour l'empêcher de crier et tenue fermement pour qu'elle ne puisse se débattre. Cette fois-ci, c'était sûr, son cœur allait littéralement explosé sa cage thoracique. Qu'est-ce que c'était que ce bordel ? Sans comprendre comment ni pourquoi, la mamie à la queue de singe passa en courant sans même s'arrêter, sans même la voir. Et ce violent sentiment de danger s'estompa, en même temps que son emprise.

Elle se recula vivement, pour regarder son agresseur. Ou sauveur. Au féminin. Elle n'en savait trop rien en fait. Elle ne comprenait rien de ce qui s'était passé, de ce qui se passait. De ce qu'elle allait devenir. C'était beaucoup trop d'émotions en une journée pour ce jeune cœur fragile alors ; elle fondue en larme, sans pouvoir se retenir. « Ca va aller ma belle, tu vas voir, tu vas enfin avoir tes réponses. » lui répondit la nymphe, sans même que Sixtine sache qu'il s'agissait d'une créature mythologique.


CHAPITRE QUATRIEME : La floraison inattendue

Cela faisait déjà presque cinq ans que la petite Sixtine était rentré à la colonie des grecs, après cette journée de cauchemar. Presque cinq ans déjà qu'elle avait appris milles et une chose sur elle-même qu'elle n'aurait jamais soupçonné. Presque cinq ans déjà, qu'elle n'avait plus de nouvelles de son père, malgré ces relances régulières. Elle en avait eu du temps, pour évoluer. Bien des choses c'était passé depuis que Rosie avait été secourue par une nymphe puis ramené ici – en voiture, elle en frissonnait encore d'horreur – par un satyre. Jamais elle n'aurait imaginé une idée aussi farfelue que le monde mythologique. Encore moins des aptitudes particulières dont sa mère l'avait dotée ; mère, qui par ailleurs, l'avait rapidement reconnue. Perséphone, Reine des Enfers, déesse de la végétation et de la floraison.

Aussi étrange que cela puisse paraître, elle ne s'était jusqu'alors pas demandé qui était sa génitrice.

Elle avait eu tord, elle en avait bien conscience. Et Sixtine comptait bien se rattraper. Depuis que sa mère l'avait reconnu et même si elle ne l'avait encore jamais vu, elle faisait tout pour elle. Pour qu'elle en soit fière. Après tout, elle était sa digne héritière, en maîtrisant comme elle le pouvait la phytokinésie, elle aidait au maximum les enfants de Déméter. Pour sa mère. A chaque fin de repas, son sacrifice était pour sa mère. Chaque combat gagné, chaque nouvelle épreuve de relevée, la moindre petite victoire était pour sa mère. Seulement et uniquement pour sa mère.

En hommage, en plus du tatouage du camp, un triangle avec en son centre un magnifique coquelicot, elle s'en fit faire un deuxième, plus grand, le long de ses côtes. Perséphone, sa mère, ne pouvait qu'être fière, n'est-ce pas ? Nul n'était plus dévoué à son parent divin que l'était Sixtine à sa mère. Non, personne, ce qui faisait d'elle une personne à part et parfois incomprise. Ce dévouement envers sa mère et son fanatisme envers la nature la poussait souvent à être recluse, seule, comme elle l'avait toujours été enfant. Cela ne la gênait en rien, non. Après tout, elle avait sa mère, qui veillait toujours sur elle.

Cependant, le monde mythologique n'était en rien de tout repos. Depuis des années déjà, Gaïa et Kronos s'étaient éveillés et cherchaient par tous les moyens à détruire les Olympiens, revenir sur le devant de la scène sans se préoccuper des morts que cela pouvait engendrer. Elle en avait vu des grecs ou romains, devenir traîtres à leurs camps. Cela lui semblait si loin de la réalité... Jusqu'à la bataille du 12 Janvier 2010. Une première bataille pour la demi-déesse de seize ans alors. Ses réflexes de sang-mêlé lui avait bien sauvés la vie des dizaines de fois, ses entraînements quotidiens lui avait permis de développer des habilités certaines pour le combat. Sauf que rien, non, rien ne pouvait prévoir la victoire des résistants.

Qui avait un goût amer de défaite pour Sixtine.

Les cadavres étaient nombreux, les pertes dans les deux camps impressionnantes, celles des humains qui n'avaient rien demandé plus importantes encore. Là n'était pas le pire. La Terre était craquelée de toute part, les débris jonchaient le sol, la nature avait été détruite dans cette première bataille. En prenant délicatement une fleur dans ses mains, celle-ci commença à perdre un pétale, puis deux, puis trois... Une larme coula pour chaque pétale de perdu sur les joues de la demi-déesse. Des larmes de tristesse, de rage, de désespoir. D'injustice. Comment pouvait-on laisser la terre se détruire ainsi ? Comment pouvait-on laisser faire cette horreur ? La douleur était insupportable. Un cri de rage sorti de sa gorge tandis qu'elle tombait à genoux face à cette vision d'horreur. Elle n'avait jamais demandé cela, jamais...

Une main se posa délicatement, mais fermement sur son épaule, sans qu'elle n'ait de réaction quelconque. Ami, ennemi, allié ou non, plus rien ne semblait avoir d'importance à ce moment-ci. « Cette vision d'horreur, je ne peux la supporter », commença doucement la personne qui semblait être un homme. « Une nature saccagée, la terre-Mère qui souffre. Nombreuses sont les personnes qui cherchent à l'aider. Nous aiderais-tu ? » La jeune Rhodes se retourna, les yeux encore embuée de larmes, le cœur battant. Peut-être, oui peut-être y avait-il une solution pour aider la Nature. Alors, elle s'empara de la main tendue et rejoignit la Chess Tribe.


CHAPITRE CINQUIEME : Le début de la défloraison

Sept ans. Cela fait déjà sept ans qu'elle a quittée la colonie des grecs pour la Chess Tribe. Sept ans qu'elle est devenue une traîtresse pour eux, mais sept ans qu'elle se sent plus comprise que jamais. Elle est entourée par des personnes qui comprennent enfin qu'il faut prendre soin de l'environnement, choyée la Nature et remercier nuit et jour la Terre-Mère pour tout ce qu'elle nous offre.
Perséphone doit être fière d'elle de là-haut. Fière de sa fille qui prend la défense de la nature, n'est-ce pas ?

Sixtine était tellement fière de se battre pour une cause si noble. Vraiment, rien n'aurait pu lui faire plus plaisir. Elle regrettait seulement que les autres, du camp des grecs notamment ne se rendent pas compte du désastre qu'ils font, des erreurs qu'ils commettent, de la chance qu'ils loupent en restant là-bas ! Si elle pouvait, elle les convaincrait tous de venir dans le bon camp. Dans la Chess Tribe.

La guerre est loin d'être finie, c'est vrai. Cependant, la demi-déesse désormais devenue femme est certaine que la victoire est en bonne voie. Après tout, ils ont raison ! Il n'y a pas d'autres solutions que de tout recommencer à zéro pour repartir sur de bonnes bases. Enfin fermer ce livre pour passer au suivant. Si seulement tous pouvaient s'en rendre compte... Le monde irait bien mieux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 5:10

Bienvenue sur le forum, et bon courage pour ta fichette.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Yong Tieguai


Messages : 131
Multicomptes : pas encore
Date d'inscription : 19/11/2017
Localisation : 30 Rockefeller Plazza

My quest
Parent divin: Dionysos
Niveau: Alpha (échelon) 6
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 8:11

bienvenue parmi nous, j'adore ce que j'ai lu, j'ai hâte de lire la suite, courage pour finir ta fiche

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Abel Osterweil


Messages : 115
Multicomptes : not today, Satan !
Date d'inscription : 21/11/2017

My quest
Parent divin: Apollon
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 9:14

Une bleue !
Bienvenue ici toi cet avatar omg, j'adore cette fille, surtout en fille de Perséphone chez Gaia ? Meilleure idée du monde je crois
Le défaut mortel est vachement cool, en plus je comptais prendre le même pour un prochain compte donc tu me réserves un lien, autant avec mon bel Abel qu'avec un de mes dcs
Et cette anecdote de Central Park ton perso est vraiment cool, termine vite ta fiche

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cosimo V. Antonelli


Messages : 847
Multicomptes : C. Raven Vaughn
Date d'inscription : 21/11/2017
Localisation : A la Nouvelle-Rome

My quest
Parent divin: Leg d'Apollon & Invidia
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 700
MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 11:53

Hey bienvenue à toi ! Smile

Franchement le choix de feat + le parent divin, ça passe tellement bien !
Je plussoie Abou, c'est quoi cette anecdote  

Bon courage pour la suite de ta fiche  

EDIT : TA SIGNATURE ! HERETIQUE AU BÛCHER
Spoiler:
 

Voilà, je pars maintenant Arrow

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Liana K. Kennedy

administratrice

Messages : 796
Multicomptes : Scarlett ; Skylar
Date d'inscription : 21/08/2017

My quest
Parent divin: Hermès
Niveau: Béta (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 11:55

Bienvenue officiellement parmi nous Six Je plussoie avec les copains du dessus, j'aime vraiment beaucoup ce début de fiche, Six ( d'ailleurs, tu veux que je t'enlève le i de ton pseudo? je crois que il y a eu un petit couac lors de l'inscription ) L'anecdote sur Central Parc est géniale Termine vite ta fiche qu'on puisse en apprendre plus sur ta brune, bon courage pour l'écrire, et surtout, amuses toi N'hésite pas si tu as des questions

Je te laisse le petit message de bienvenue lambda Wink

Bienvenue sur Bloody Gods !
Laisse nous te faire une place Marcel !
Bienvenue parmi nous jeune Padawan !

Déjà, merci à toi de t'être inscrit/e sur le forum, nous espérons de tous coeur que tu vas te plaire parmi nous, mais normalement, il n'y a pas de raisons. Mais pour que tout aille au top niveau validation, le prochain palier, n'oublie pas de vérifier quelques posts.  Déjà, si ce n'est pas déjà fait, vérifie que la frimousse que tu t'es choisie n'est pas déjà prise en cliquant sur ce lien, pareil pour les prénoms et le nom de famille. Ensuite il va falloir te trouver un groupe, si tu veux un résumé, clique ici, sinon va voir les Romains, Cronos, Gaia, ou les Grecs, si tu veux être incollable sur les groupes et leur fonctionnement !  Si tu as un soucis, tel qu'il soit, que ce soit pour te trouver une arme, ou encore des pouvoirs, n'hésites pas à nous envoyer un MP, on se fera un plaisir de t'aider ! Oh et n'oublie pas d'aller jeter un oeil sur la F.A.Q, qui répondront très certainement à pas mal de tes questions  Pour ceux ou celle qui voudrait jouer un espion dans l'un des camps, ne le dites surtout pas dans votre fiche, envoyez nous un petit MP histoire qu'on soit sûr que votre couverture ne soit pas foutue dès le début (il n'y aura que le staff et vos chefs de camp qui seront au courant de votre statut d'espion).

N'hésitez pas si vous avez la moindre question, le staff est là !
Bon courage pour ta fiche et hâte de te lire  !

☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sixtine R. Rhodes


Messages : 69
Multicomptes : /
Date d'inscription : 11/12/2017
Localisation : Dans la nature

My quest
Parent divin: Perséphone
Niveau: Alpha (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 12:06

Ohw trop d'amour sur ce forum, je fond

Merci beaucoup Matthew et Yong, ça fait chaud au coeur ! I love you

Alors mon petit Abel, je crois qu'on risque de bien s'entendre tous les deux...

Encore merci Cosimo et Aaliyah, je crois avoir fait l'unanimité avec mon anecdote, je suis fière de moi Et oui je veux bien que tu enlèves le "i" en trop stp, j'ai fait une petite bêtise en le mettant hihi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Luca Rosebury


Messages : 282
Multicomptes : oswin, murphy, nevh, maisie.
Date d'inscription : 19/11/2017

My quest
Parent divin: Nyx, petit-fils de Thanatos.
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 420
MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 16:33

ça fait tellement plaisir de te retrouver j'aime énormément les choix d'avatar, de parent divin, et le caractère, j'ai juste super hâte d'en découvrir plus
bienvenue par ici en tous cas, et bon courage pour ta fiche

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sixtine R. Rhodes


Messages : 69
Multicomptes : /
Date d'inscription : 11/12/2017
Localisation : Dans la nature

My quest
Parent divin: Perséphone
Niveau: Alpha (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 18:03

Oh Cosimo, je suis tellement contente que tu ais remarqué

Milles merci Luca, ça me fait tellement chaud au coeur de se retrouver après ces années, hâte de pouvoir RP avec toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 19:53

J’ai une sœur, les gars, une sœur
Avec Adelaide en plus, et dans mon camp
Je te ferai une profusion de love quand je serais sur mon PC, promis!
Bienvenue ma belle et si tu as des questions, n’hésite pas I love you
je veux un lien c’est même pas une option
J’aime trop ta fiche

et maeva, maeva comme lena?

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maple McLaughlin

half empty ; half full

Messages : 67
Date d'inscription : 21/11/2017

My quest
Parent divin: iris
Niveau: Alpha (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 20:03

omg pincez-moi je rêve?!?! les bleus viennent d'exploser leur compteur là, on vient de doubler notre population

bref dommage, vu le caractère de ta petite elle risque de pas pouvoir piffer maple, vu comment celle-ci se fiche de la nature (spoiler: elle se fiche de tout ) moi qui me réjouissait d'avoir une nouvelle copine de couleur, ça sert pas à grand chose si c'est pour un lien négatif

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sixtine R. Rhodes


Messages : 69
Multicomptes : /
Date d'inscription : 11/12/2017
Localisation : Dans la nature

My quest
Parent divin: Perséphone
Niveau: Alpha (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 20:40

Ohw tellement de love Siobhan, merci
No soucis pour le lien, je te le garde bien au chaud

Bingo pour Lena hehe


Oh nooooon, à voir si on peut trouver quelque chose de sympa avec Maple !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Billie Matthews


Messages : 391
Multicomptes : lyllian-aaron mclochlainn | ani lewis | exas & hillel davis
Date d'inscription : 18/11/2017

My quest
Parent divin: Dionysos
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 500
MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 20:43

Oooooh l’ennemi !!! Jeremkiller

Bienvenue à toi mangeuse de graine ! What a Face et bon courage pour ta fichette !
Je kiffe le feat ** et la maman divine, trop canon aussi ! Vous êtes sûre que t’es pas siamoise avec Seneca j’en viens à vous faire les mêmes compliments !

Allez un bisou sur la fesse gauche et si t’es sage, je t’en ferai un sur la fesse droite

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Sixtine R. Rhodes


Messages : 69
Multicomptes : /
Date d'inscription : 11/12/2017
Localisation : Dans la nature

My quest
Parent divin: Perséphone
Niveau: Alpha (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   Mar 12 Déc - 20:46

Tu es l'ennemi Jeremkiller

Merci bien pour les compliments, ça fait chaud au coeur !
Et si tu regardes bien, on est souvent collé avec sena


Owiii j'adore les bisous sur les fesses

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes   


Revenir en haut Aller en bas
 
C'est dans sa violence que la nature est la plus belle I sixtine r. rhodes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une famille russe a vécu dans la nature pendant 40 ans et n'a pas entendu parler de la seconde guerre mondiale
» nature - le cas des adjectifs substantivés
» Anomalies chromosomiques
» PARACELSE
» Quelle classe grammaticale pour "voilà" ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Gods :: The Fates :: Who am I ? :: Approved :: Chess Tribe-
Sauter vers: