Bloody Gods
Le forum est actuellement fermé pour une durée indéterminée. Merci de votre compréhension
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Ajax M. Aukai


Messages : 29
Multicomptes : William A. Jenkins
Date d'inscription : 02/01/2018
Localisation : Actuellement perdu à Montréal au Canada

My quest
Parent divin: Poséidon
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 500
MessageSujet: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Mar 2 Jan - 17:55

Ajax Maui Aukai
feat Jason Momoa
  • 32 ans
  • Hawaïen
  • Hétérosexuel
  • Fils de Poséidon
  • Herakles Colony
Fichier n°25864 : AUKAI AJAX MAUI

Surnom :
On m'appelle Jax. Pour ainsi dire, tout le monde pense que c'est mon vrai prénom. Parfois, on m'appelle par mon deuxième prénom, Maui, mais bon, il signifie demi-dieu en hawaïen, donc je préfère Jax, j'ai pas la grosse tête ! Certaines personnes s'amusent à m'appeler l'Ancien... ça me fait rire et je ne peux pas tellement le leur reprocher ! Certaines personnes m'appellent aussi Aquaman...

Date et lieu de naissance :
J'ai vu le jour le 15 novembre 1925 dans la ville de Kailua, sur l'île d'Oahu, sur l'archipel d'Hawaï. J'ai passé mes premières années a nager dans les eaux claires de ces îles avant de ressentir l'appel du grand large et de parvenir à Héraklion. Donc j'ai vécu 32 ans, mais dans les faits je suis âgé de... 92 ans... C'est bien, l'Ancien, en fait !

Statut civil :
Célibataire

Signes Particuliers :
J'ai une cicatrice sur le sourcil gauche, ainsi que des dizaines de tatouages, représentant notamment des écailles sur le torse et les bras. Le tatouage de la colonie est posé entre mes deux omoplates et représente un trident inclus dans un Delta.

Occupation principale :
Pour l'instant, pas grand chose, je viens de débarquer après un certains temps d'absence ! On verra par la suite, quand j'aurai retrouvé mes marques dans mon petit bungalow.

Nombre d'années passées dans le camp :
Presque vingt ans. En tout cas, c'est à 12 ans que je suis arrivé à la Colonie, et à 31 ans que j'ai effectué ma dernière mission.

Parent divin :
Je suis fils du dieu de la Mer et des Océans, des Séismes et des Chevaux, des Animaux marins et des Vagues, l'un des Trois Grands, le dieu Poséidon !

Pouvoirs :
- Hydrokinésie : Je ne fais qu'un avec l'eau. La mer est mon arme. Comme une épée, elle tranche, comme un marteau, elle écrase, comme un poing, elle broie. Je peux la soulever et la propulser sur mes ennemis. Je peux l'ouvrir et la refermer sur eux. En bref, je suis fils de Poséidon. Cependant, ce que je viens de décrire est issu de mes souvenirs. Il y a 60 ans, j'étais fort, l'eau répondait à mes appels avec force et puissance, mais maintenant elle est plus faible. Je ne suis plus capable de déverser la puissance de l'océan sur une troupe d'ennemis. Actuellement, je peux la contrôler et la faire "léviter" autour de moi, et l'utiliser pour me propulser en avant lorsque je suis dans une grande étendue aqueuse. Bien entendu, la plus grande faiblesse de ce pouvoir est qu'il est, en l'état, totalement inutilisable si je n'ai pas une source d'eau à proximité.
- Hydrothérapie : Je suis capable d'insuffler à l'eau, qu'elle soit douce ou salé, un pouvoir curatif. En l'appliquant sur un plaie ou sur un hématome, je peux refermer les tissus et soigner les hémorragie, tant que la blessure n'est pas trop profonde. Avant, je pouvais refermer de grandes plaies, mais ma petite absence m'a fait régresser. De plus, si je n'ai pas une source d'eau suffisante à proximité (au moins 5 dl), ce pouvoir ne fonctionne pas.
- Repérage tellurique : En fermant les yeux et me concentrant un moment, je peux ressentir les vibrations de la terre et me faire une image mental de la topographie d'un lieu, ainsi que détecter les être vivants qui s'y déplacent. Il me faut un certain temps avant d'y parvenir, en tout cas 5 minutes de concentration, et je ne peux pas détecter le nombre exact de personnes qui marchent. Je pourrai savoir qu'un groupe se déplace, et plus ou moins la distance qui me sépare de ce groupe. Evidemment, si je ne suis pas en contact avec la terre, ce pouvoir ne fonctionne pas, et si la masse d'ennemis présent est trop grande, les vibrations telluriques seront trop forte, et je ne percevrai rien. C'est comme essayer de regarder Aldebaran en plein jour, ça ne sert à rien car le Soleil illumine trop.

Armes & objet :  
- Hawewe : Un trident de bronze céleste offert par mon père Poséidon. Il ne possède aucun pouvoir si ce n'est celui de se rétracter en pendentif, que j'accroche à une chaîne en acier inoxydable autour de mon cou. Son nom signifie Vague dans ma langue natale.
- Ola'i : Il s'agit d'une grande hache de bataille en bronze céleste à double affutage, elle aussi rétractée en un pendentif, accroché à la même chaîne. Son nom signifie Séisme, l'un des pouvoirs principaux de mon père. C'est un cadeau de ma chère Mina.
- Une petite bouteille de verre, incassable, avec 5 dl de contenance. Sur le mot de commande γέμιζεσθω, elle se rempli d'eau potable. Pratique pour ne jamais avoir soif, ou être en mesure de refermer de petites blessures, des plaies ou atténuer la douleur d'un hématome. Cette eau est bien sûr inutilisable en combat, car en trop petite quantité. C'est aussi un cadeau de Poséidon.
 
Ton défaut mortel : L'empathie. Je me mets toujours à la place des gens, je suis capable de comprendre comment ils fonctionnent simplement en discutant avec eux. Ce n'est pas un pouvoir. Je suis à l'écoute, c'est tout. Cependant, c'est aussi un grand problème. Je suis persuadé que cela va me conduire à ma perte un jour ou l'autre. C'est mon empathie envers Mina et ma tristesse d'avoir perdu Hector qui me fit me sacrifier la première fois...
Caractère/Anecdotes
Je suis quelqu'un de calme depuis mon retour à la vie. Avant ma congélation, j'étais toujours en train de courir, de m'entraîner, mais cette petite retraite forcée m'a amené à me poser plein de questions sur la vie, sa fragilité. Il faut la protéger coûte que coûte. Ces 60 dernières années ont été pour moi un battement de cils. J'ai perdu une bonne partie de ma vie, et tous ceux qui étaient là quand je vivais... Ceci m'a rendu un peu plus sage. C'est pourquoi, maintenant, j'essaie d'entraîner les jeunes générations en leur disant qu'il faut chérir la vie. Attention, cela ne veut pas dire que je ne prendrai pas la vie d'un monstre ou d'un soldat sur le champ de bataille, ou que j'arrêterai de manger de la viande, et donc de faire profiter les dieux de mon repas ! Mais les soldats ne doivent pas se jeter à corps perdu dans la mêlée au risque de se retrouver démunis. Chacun doit veiller sur l'autre, c'est comme ça que fonctionne une équipe. Cependant, il m'arrive de ne pas suivre mes propres règles lorsque la situation le demande. Si quelqu'un que j'aime est en danger, je ne ferai pas attention aux conséquence et me porterez à son secours sans réfléchir. En bref, je suis : calme - protecteur - empathique - énergique - prudent - bon vivant - sympathique - précis - clément - attentif - soucieux des traditions - sévère quand il le faut - sage - tolérant.
Dis m'en plus sur toi...

Prénom/Pseudo : Islarion
Age : 22 ans, toujours !
Disponibilité: Variable, je suis assez libre !
Pays : Suisse, toujours !
Comment as tu connu BG : Il se peut que j'ais déjà un perso sur ce forum Wink
Scénario/PV ou inventé : Inventé !
Le mot de la fin ? : Hâte de continuer de RP avec vous ! :D  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajax M. Aukai


Messages : 29
Multicomptes : William A. Jenkins
Date d'inscription : 02/01/2018
Localisation : Actuellement perdu à Montréal au Canada

My quest
Parent divin: Poséidon
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 500
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Mar 2 Jan - 17:55

Mōʻaukala
Mōʻaukala


PRÉLUDE : ALOHA AKU NO, ALOHA MAI NO Ψ I GIVE MY LOVE TO YOU, YOU GIVE YOUR LOVE TO ME

Mahina Aukai a passé sa vie à écouter les histoires de sa grand-mère. Celle-ci lui parlait des dieux protecteurs des îles sur lesquelles elle avait grandis. Lorsqu’elle était petite, elle rêvait toutes les nuits à toute une cohorte d’êtres tous plus étranges les uns que les autres. Haumea, Kapo, Lono… Il existe des quantités de dieux commandant à la mer ou à l’eau, au poisson dans le panthéon hawaïen. Mahina à donc tout naturellement été attiré par la mer. Comment ne pas la comprendre ? Les eaux qui entouraient les îles d’Hawaï sont les plus belles eaux du globe ! Cet archipel est une chaîne volcanique, donc la puissance tellurique est au rendez-vous, les tempêtes soufflent souvent sur les côtes et le feu de la terre se déverse jusqu’au rivage… le lieu de vie de la jeune Mahina était onirique, les forces de la nature s’étaient associées pour faire de la jeune fille une très belle femme. Mahina avait la peau foncée, de long cheveux noirs et bouclés qui descendaient jusqu’à ses hanches, et deux grands et magnifiques yeux bleus qui pétillaient et se perdaient vers l’horizon…

Le dieu préféré de Mahina était Maui, que l’on considérait bien souvent comme un demi-dieu… Curieux non ? En de nombreux points, on dirait Héraclès… C’est lui qui aurait fait émerger les îles Hawaï en plantant son grand hameçon magique dans le fond de la mer. C’est également lui qui aurait offert aux hommes la noix de coco, et aurait imposé au soleil de ne pas se déplacer trop vite dans la voute céleste en l’attrapant de son grand lasso. Bref, Maui est l’ami des humains. Mahina Aukai et sa grand-mère passaient parfois des journées entières à imaginer Maui en train de poser le pied sur le rivage de l’île d’Ohau, de les emmener dans de folles aventures par-delà les mers et de combattre de grands monstres marins. Mahina grandit donc dans cette atmosphère propice à l’imagination et au développement.

Un jour, le pire arriva pour la jeune fille. Sa grand-mère tant aimée fut rattrapée par son âge et rendit son dernier souffle, en face de la mer, alors que le soleil venait de se coucher derrière l’horizon qui devenait graduellement bleu turquoise, puis bleu roi, bleu marine et enfin noir… La dernière chose que Mahina avait entendu de sa grand-mère était la’i lua ke kai… La mer est très calme, tout est paisible… La petite en fut terrassée. Alors âgée de 15 ans, elle fut contrainte de reprendre la boutique de son père avec lui et n’avait plus guère de temps libre… Cependant, le germe que sa grand-mère avait implanté dans son esprit avait pris racine. Les rares périodes de libre qui lui restait, elle les consacrait à la bibliothèque de son village, à lire les récits mythologique de tous les pays. C’est ainsi qu’elle découvrit les contrées glacées de Scandinavie, et les aventures de Thor, Tyr et Odin, les vertes plaines d’Irlande et les machinations de Lug, le mont Olympe et Zeus, Héra, Athéna… Poséidon.

Très vite, elle devint incollable sur les récits mythologiques de la Grèce antique. Un dieu avait attiré son attention plus que tout autre, un dieu qui représentait parfaitement ce qu’était l’archipel d’Hawaï : Poséidon, dieu des Mers et des Océans, mais également de l’action tellurique et des tremblements de terre. Dans son esprit de jeune fille prisonnière d’une vie qui n’était pas celle qu’elle espérait, Poséidon pris la place de Maui. Il était son prince charmant fantasmé, celui qui viendrait sur la plage pour l’enlever à cette vie qu’elle ne voulait pas… Elle rêvait souvent au dieu des Mers. Elle imaginait l’aspect qu’il devait avoir. Elle le dessinait, parfois. En quelque sorte, elle tomba amoureuse du fantasme qu’elle se faisait de Poséidon.

Elle parvenait, avec les ans, à recevoir de son père l’autorisation de se promener sur l’île quelques heures par semaines. Bien maigre compensation, mais c’était quelque chose. Un jour, alors âgée d’une vingtaine d’année, elle marchait sur la montagne de son île. Tout le monde était conscient du caractère dangereux de cette montagne, et du fait qu’elle pouvait, à certaines périodes, cracher le feu. Mais elle se sentait bien, en harmonie avec les forces de la nature. Cependant, alors qu’elle avait atteint une zone proche du rivage, une secousse sismique se déclencha, entrainant une crevasse d’où jaillit une coulée de lave. Prise au dépourvu, la jeune femme fut terrorisée. Mais miraculeusement, la mer s’ouvrit et un homme, probablement âgé d’une trentaine d’années, sortit des vagues, une fourche à trois dents à la main, et stoppa la coulée de magma en fusion avant qu’elle ne blesse Mahina. C’était la première rencontre entre la jeune hawaïenne et le dieu de la Mer.

Poséidon ne cacha pas son identité à Mahina, et il n’en eu pas besoin, car elle le reconnu instantanément. Il ressemblait précisément à l’idée qu’elle se faisait de lui. De nombreuses autres rencontres suivirent celles-ci et… à l’âge de vingt-cinq ans, Mahina Aukai donne naissance à un bébé à la peau cuivrée comme la sienne et aux yeux foncés comme les abysses. Elle lui donna le nom d’Ajax, grand héros de la guerre de Troie, qu’elle apprit à connaître lors de ses lectures, et Maui, en l’honneur de son héros d’enfance, et en hommage à la mémoire de sa grand-mère, avec qui elle avait passé des heures à observer la mer, s’attendant toujours à voir Maui apparaître sur la plage. Ajax Maui Aukai… Un nom qui annonçait de grandes choses…


CHAPITRE I : OLA I KA MAKANA MA KE AKUA Ψ LIFE IS A GIFT FROM THE GODS

Je suis né sur la magnifique île d’Oahu, dans l’archipel d’Hawaï. Comment rêver d’un meilleur cadre pour apprendre et grandir ? L’océan, le vent, le soleil, la terre… la nature semblait avoir choisi tous ses plus beaux aspects et ses plus beaux cadeaux et les avait regroupés au même endroit. J’ai grandis avec ma mère et mon grand-père, dans un environnement familial particulier. Ma mère travaillait souvent. Elle était vendeuse dans le magasin de mon grand-père, et cela lui prenait un temps considérable. Moi je lui courais dans les pattes à longueur de journée. Elle refusait de me faire garder, et souhaitait m’avoir en permanence auprès d’elle. Cependant, elle trouvait toujours le moyen de s’éclipser discrètement, me prenant avec elle pour aller marcher, jouer ou surfer. Dès que j’ai appris à marcher, j’avais déjà une planche de surf sous les pieds. Cette discipline me venait tout à fait naturellement. Je vais presque aller jusqu’à dire que je tenais mieux sur mes pieds lorsqu’ils étaient posés sur la planche. Ma mère disait souvent cette phrase, qu’elle avait apprise de sa grand-mère. La’i lua ke kai. La mer est calme, tout est paisible. Cette phrase m’apaisait.

Mon grand-père ne m’aimait pas. Avec mes yeux d’enfant, je n’ai jamais compris pourquoi, mais en grandissant, la raison m’a sauté aux yeux. Je lui volais sa fille, et je n’avais pas de père. Pouvais-je vraiment être tenu pour responsable ? Je n’ai pas la réponse à cette question… Petit, je pensais que c’était parce que je faisais des bêtises, alors j’ai vite tenté de tout faire au mieux, même si ça ne fonctionnait pas toujours… Je ne connaissais pas mon père. Ma mère me disait souvent que c’était un aventurier, qu’il était parti sur son bateau à travers les mers pour vivres des aventures palpitantes ou que sais-je encore. Je rêvais de le rejoindre. La mer m’a toujours appelé. Je me sentais bien, à son contact. Je n’avais pas peur, et j’avais même parfois l’impression qu’elle me parlait, m’aidait, m’empêchait de tomber, de me noyer. J’avais l’impression que les flots obéissaient à mes volonté, lorsque je voulais entrer dans un rouleau avec ma planche, d’instinct j’y parvenais, ou alors l’océan m’aidait à y parvenir. Je préfèrerais la mer à l'école. En effet, je fréquentais l'école de mon village, mais j'étais incapable de me concentrer. Tout m'attirait l'œil. Rester plus de trente seconde concentré sur la même chose relevait du miracle. De plus, les mots semblaient danser sur mes feuilles. Le professeur ne manqua pas de me réprimander plusieurs fois... Rien n'y faisait, j'avais beau essayer de bien faire, je n'y pouvais rien. Mon grand-père n'aimait pas du tout ça... Plus tard, j'apprendrai que c'est le lot de tout demi-dieu, programmés que nous sommes pour le combat et la lecture du grec ancien.

Ma mère m’a raconté les histoires des dieux pendant toute mon enfance. Les histoires des dieux de mon peuple, mais également les histoires des dieux grecques. Je me passionnais pour Maui, un dieu, ou un demi-dieu, dont je portais le nom. Ses aventures me faisaient rêver. Je mélangeais tous les noms que j’apprenais. Pour moi, Kapo était le frère de Zeus, qui était le père de Tamatoa etc… Pas évident… Mais avec le temps, je commençais a connaître les histoires, à les différencier et à poser des milliers de questions à me mère. Elle ne parvenait pas toujours à répondre, mais elle me promettait d’aller chercher dans des livres. Un jour, ma mère eue une violente dispute avec mon grand-père. Elle chargea un camion avec toutes nos affaires et nous nous installâmes dans une petite cabane que nous avions de l’autre côté de l’île. Ma mère pleura souvent pendant cette période… Je n’arrivais a rien faire pour l’aider, alors j’ai essayé de faire au mieux pour que notre cabane devienne un vrai petit lieu de vie pour deux personnes. La ville était à une petite heure de marche, nous faisions face à la plage, que demander de mieux ? Mon enfance se passa dans ce cadre.

CHAPITRE II : LA’I LUA KE KAI Ψ THE SEA IS VERY CALM, ALL IS PEACEFUL

Cependant, toutes les bonnes choses ont une fin. Vers l’âge de dix, mon premier pouvoir s’est manifesté. Alors que je surfais, une immense vague est arrivée. Ma mère m’avait bien dit de ne pas la tenter, qu’elle était trop grande, trop puissante, mais je m’en fichais, je voulais avoir la sensation du danger… et je l’ai eu. Cette vague était bien trop violente. Elle me renversa et je me cognai la tête sur un rocher au fond de l’eau. Cependant, très vite, j’ai senti que l’eau nettoyait ma plaie à l’arcade, recousait les tissus, reforgeait les veines, ne laissant qu’une cicatrice au niveau du sourcil gauche. J’émergeai de l’eau, ma mère nageait en tous sens pour me retrouver. Elle me vit et ne compris pas tout de suite ce qui s’était passé, puis voyant la cicatrice, qui n’était pas là avant, elle comprit que les périls allaient commencer. En effet, lorsque les pouvoirs d’un demi-dieu se dévoilent, son odeur devient également plus forte, et les monstres sont attirés par cette odeur.

Moi, bien sûr, je ne savais rien de tout ça. L’eau m’avait soigné, c’était tout ce qui était sûr. Je pensais qu’il s’agissait simplement de l’action de l’un des dieux de mon peuple, qui avait décidé de me venir en aide. C’était le premier épisode d’une série qui n’allait pas finir. Graduellement, j’ai commençait à ressentir également le battement du cœur de la terre. C’est comme ça que je l’appelais. J’étais capable de ressentir les vibrations de la terre, de m’en faire une image mentale. Bien sûr, c’était très difficile, et le flot d’information qui m’arrivait en tête me donnait souvent le tournis, et l’envie de vomir, aussi… De plus, il m’arrivait de pouvoir contrôler l’eau qui m’entourait, de l’utiliser pour me propulser en avant grâce à un courant que j’étais capable de créer moi-même. Bien sûr, je n’avançais pas à des centaines de kilomètres à l’heure, mais je pouvais me faire avancer dans l’eau, ce qui était bien sympa. J’aimais ceci, mais ma mère en était terrifiée, je ne savais pas pourquoi. Elle m’obligea de quitter l’école, assurant qu’elle pouvait très bien me faire cours à la maison.

Tout se passa très vite. Quelques jours après mon départ de l’école, nous nous fîmes attaquer par un groupe d’hommes extrêmement violent. Mon expérience actuelle me permet de dire qu’il s’agissait de Lestrygons, mais mes yeux de presqu’ado ne comprenaient pas pourquoi des hommes tentaient de s’attaquer à ma mère. Je tentai de l’aider, mais je n’étais pas assez fort. C’est à ce moment-là qu’arriva un homme. Grand, barbu, de long cheveux détachés, et il boitait. Je ne le connaissais pas, mais les hommes manifestement oui. Le barbu se retourna vers moi, m’appela par mon nom et me dit que c’était mon père qui l’envoyait. Il jeta se chaussures au visage de l’un des trois hommes et attaqua le deuxième. Je voulais me mêler au combat, mais il ne me laissa pas approcher. Tout se passa très vite… J’entendis ma mère hurler, une pulsion en moi me fit tendre la main vers l’océan, une vague déferla sur l’homme qui l’agressait tandis que je sautai sur la vague pour me rendre au cœur du combat. Je savais que je n’étais pas assez fort, mais avec une poigne de fer, je manipulai l’eau pour qu’elle s’insinue dans le nez et la gorge de l’homme. C’est comme si je ne contrôlais pas mon corps, il agissait d’instinct.

Le combat était fini, et des trois hommes il ne restait rien. De ma mère non plus… Lorsque je repris mes esprits, elle était étendue, l’homme barbu la tenant dans ses bras. Elle m’appelait. Lorsque j’arrivai près d’elle, elle me dit, tout bas, que j’allais devoir suivre cet homme, qu’il me conduirait en un lieu où je serais à l’abri de ces monstres. Je sentais sa dernière heure arriver, alors je tentai de manipuler l’eau pour la soigner, mais rien n’y fis, elle n’allait pas mieux… Peut-être ne voulait-elle simplement pas aller mieux… Elle prit mon visage entre ses mains et déposa un baiser sur mon front, puis lâcha ma tête, tourna ses yeux vers l’océan, sans limite, bleu et beau, et dis ses derniers mots… La’i lua ke kai… La mer est très calme, tout est paisible… Puis elle se relâcha et ne bougea plus…

CHAPITRE III : AHUWALE KA PO’OKELA I KAU HANA IA HA’I Ψ IT IS THROUGH THE WAY YOU SERVE OTHERS THAT YOUR GREATNESS WILL BE FELT

L’homme barbu qui m’avait sauvé la vie était en fait un satyre. Comme dans les légendes grecques. Un homme à moitié bouc. Cette nouvelle était difficile à avaler, d’autant que ma mère venait de trouver la mort. Armés d’une pelle chacun, nous creusâmes un trou dans lequel nous déposâmes le corps sans vie de Mahina Aukai. J’étais dévasté… Je n’avais pas connu grand monde autre que ma mère. Elle représentait tout pour moi. Le satyre, qui s’appelait Earl, tenta de me réconforter du mieux qu’il put, mais ce n’était pas très probant. Il me dit que des hippocampes nous attendaient sur la plage, et qu’ils allaient nous amener jusqu’au continent. Mais moi je ne voulais pas aller sur le continent, je voulais rester ici, auprès de la tombe de ma mère, avec les dieux de mon peuple et la puissance de la terre sous mes pieds. Cependant, au fond de moi résonnait l’appel de la mère. Mon grand-père ne m’aimait pas, ma mère était morte, je n’avais pas vraiment d’amis puisque tout le monde me considérait comme le garçon bizarre, hyperactif, qui vivait seul avec sa mère sur la plage. Je décidai donc, et cette décision me hantera tout le reste de ma vie, de partir, sans rien dire. J’aurais pu laisser un mot pour mon grand-père, j’aurais pu aller lui dire que maman était mort, mais non, je suis partis avec Earl pour un lieu que je ne connaissais pas, à des milliers de kilomètres de ma belle île d’Oahu.

Le voyage fut étonnamment rapide. Les hippocampes, loin d’être de petits poisson avec une queue enroulée et une tête vaguement chevaline, ressemblaient à de vrais chevaux pour ce qui est de l’aspect, et avaient une peau écailleuse comme les poissons, de grandes nageoires aux reflets irisés et des motifs sur le corps qui feraient passer un tableau de Van Gogh pour une croute. Lorsque j’enfourchai le mien, j’ai cru entendre quelqu’un qui me disait bonjour, mais je n’avais aucune idée de l’origine de ce son, mais je répondis, en regardant comme un idiot autour de moi. En y repensant, l’hippocampe à du me prendre pour un sacré crétin ce jour-là. Le voyage se passa bien. La nage des hippocampes était agréable, le doux soubresaut des vagues, le vent marin dans les cheveux, que je portais déjà relativement long, le tout me procurait beaucoup de bien et de réconfort. Ma mère me manquait, mais je savais qu’il allait falloir être fort. Elle était parti, je n’y pouvais plus rien. Alors, après un ou deux jours de voyage, je commençai à questionner Earl sur notre destination. Il m’informa qu’il s’agissait d’une grande ville, comme celle des livres sur la Grèce antique que ma mère me lisait, et qu’elle était peuplée de gens comme moi. Je ne savais pas ce qu’il voulait dire par « des gens comme moi » et il ne me l’expliqua pas plus avant. Après quatre jours de voyage, je vis apparaître des côtes au loin à l’horizon, et au soir, nous accostâmes sur les côtes Californiennes. Il allait falloir rallier la côte est des Etats-Unis avant de pouvoir enfin être en sécurité.

Ceci fut plus compliqué que de traverser l’océan. Nous nous fîmes attaquer à plusieurs reprises alors que nous tentions de rallier l’est. Des bêtes sauvages, des monstres mutants, des hommes armés, mais Earl était manifestement bien plus fort qu’il ne le laissait voir. De plus, il avait la capacité, avec sa flute de Pan, de manipuler les plantes, et de faire appel aux animaux pour nous aider à nous battre. J’essayais tant bien que mal de me battre avec lui, mais je n’avais pas d’autre arme qu’un couteau suisse que j’avais trouvé par terre, et il n’y avait pas souvent des cours ou des étendues d’eau à proximité lorsque nous nous battions. Cependant, nous avons réussis à triompher de tous nos ennemis. Sur la route, alors que nous traversions le Texas, nous avons pris avec nous un autre enfant, une demi-déesse qui s’appelait Mina Rodriguez. Elle était attaquée par une créature qui ressemblait à un félin, mais avec une queue de scorpion. Earl nous appris qu’il s’agissait d’une manticore, une créature hybride très dangereuse. Mina s’était enfuit de chez elle à cause des traitements abusifs de son beau-père. Il battait sa femme, et avait tenté de violer la petite, mais une lame de couteau vola en direction de cet homme, et alla se planter dans sa cuisse. Elle ne savait pas nous dire d’où cela provenait, car sa mère gisait, inconsciente dans le salon, et elle était dans la cuisine. Elle parvint à s’enfuir en vitesse de la maison, et n’avait avec elle que des vêtements déchirés et un sac à dos qui contenait juste assez à manger pour tenir quelque jour. Elle était plus jeune que moi, peut-être 8 ou 9 ans, de longs cheveux bruns, des yeux marron, la peau mate. C’était une fille adorable, qui avait toujours à cœur d’aider dans toutes les tâches possible, monter le camp, préparer à manger… Je me suis très vite lié d’amitié avec Mina, et en vint à la considérer comme ma petite sœur. Ainsi, nous continuâmes notre route à trois en direction de l’est.

Ce n’est qu’après plusieurs jours que nous atteignîmes enfin les bois protégeant la ville d’Héraklion. C’était un endroit magnifique, à l’abri du monde extérieur. Une ville aussi grande et aussi belle aurait dû attirer le regard des gens, mais elle était totalement inconnue du reste du monde. Earl nous apprit qu’une puissante magie divine la tenait à l’écart des mortels, et la protégeait des monstres. Comment pouvait-il en être autrement ? Au-dessus des portes de la ville se trouvaient un bas-relief représentant un grand lion aux longues dents pointues, et des mots écrit dans une langue que je n’avais jamais lue, mais que j’étais capable de comprendre aussi facilement que j’avais pu manipuler l’eau pour soigner ma plaie à la tête. Isonomia, égalité devant la loi, Isegoria, égalité de parole, Isokrateia, égalité des pouvoirs. Je compris que tout ceci venait du fait que j’étais un demi-dieu, comme Earl nous expliqua pendant le trajet. Mon père était un dieu, mais je ne savais pas lequel. Quand ? Et bien pas longtemps après mon arrivé. Une fois en ville, on nous conduisit, sous les regards de tout le monde, à un grand assemblage de tentes, qui semblait être un camp. On y voyait des guerriers en armure, des satyres, des gens qui criaient des ordres. Un endroit bruyant, mais qui me semblait accueillant. Mina semblait ébahie par tant de monde. Du haut de ses 9 ans, elle n’avait jamais dû quitter sa petite maison et le calvaire qu’elle y vivait. Elle nous apprit que son beau-père la frappait, mais n’avait jamais tenté de faire ce qu’il avait failli faire, avant. Sa mère buvait énormément, depuis peu. Elle n’était pas comme ça avant. Cela me rendait très triste pour elle, et ma volonté de la protéger n’en fut que plus grande.

On nous présenta à un homme. Est-il besoin de préciser qu’il n’était homme que jusqu’à la taille ? Peut-être. Depuis la taille, il s’agissait d’un grand cheval. Un centaure, qui répondait au nom de Chiron. J’en avais entendu parler par ma mère, et étais impressionner de le rencontrer en vrai. Ma mère aurait été tellement heureuse… Mina et moi fûmes ensuite amenés vers une grande maison avec, à l’entrée, la statue d’un homme aux sandales ailées et avec un curieux bâton en main, avec des serpents autour. Un caducée, comme on me l’apprit, et c’était le dieu Hermès. Nous allions être pensionnaires de cette maison tant que notre parent divin ne nous avait pas revendiqués. Mina avait peur que nous soyons séparés, et je dois dire que moi aussi. Heureusement, le même jour, à la même heure, un trident irisé d’une couleur cuivrée et nitescente apparut flottant sur ma tête, et une enclume surmontée d’un marteau avec le même aspect apparurent flottant sur la tête de Mina. Fille d’Héphaïstos et fils de Poséidon. Ce jour était un grand jour. Nos compagnons de la maison des Hermès nous firent une grande fête, puis nous fûmes amenés dans notre maison respective. Nous allions bel et bien être séparés avec Mina, mais nous nous fîmes la promesse de toujours veiller l’un sur l’autre. La maison de Poséidon était magnifique, couverte de bas-reliefs présentant des créatures marines, des crustacés, des monstres marins. Il y régnait une agréable fraicheur. Je ne mis pas longtemps avant de m’y sentir comme chez moi. En effet, à part moi, il n’y avait personne dans cette maison. J’étais seul, mais j’aimais ça. Fils de Poséidon.

CHAPITRE IV : HELE MAI HO’OHIWAHIWA Ψ TO HONOR

J’avais donc douze ans lorsque commença mon entraînement. J’étais le seul fils de Poséidon du camp, mais ce n’est pas pour autant qu’on allait me réserver un traitement de faveur, et je n’en demandais pas moins. Je fus intégré dans un dème, et on me présenta un certain nombre d’armes, toute aussi différentes les unes que les autres. Celle que je préférais utiliser était le labrys, une hache de double tranchant. Il me fallut plusieurs années pour en maîtriser les mouvements principaux et pour acquérir la force nécessaire à la manier correctement, mais je peux dire qu’à 18 ans, j’avais un corps musclé, endurci par des entraînements que je m’imposais sous l’eau, car c’est bien connu, dans l’eau, tous les muscles travaillent. La journée, je m’entraînais avec le reste de mes frères et sœurs d’arme, je dormais peu la nuit et le matin, très tôt, été comme hiver, je plongeais dans la mer qui bordait la Colonie et je pratiquais la natation. Hyperactif comme un bon demi-dieu pouvait l’être, le fait de pouvoir respirer sous l’eau aidait bien. Parfois, Mina me rejoignais et nous nagions ensemble. Par chance, nous faisions partie du même dème, et nous entraînions donc ensemble le jour. Mina et moins avons forgé un lien tel que bon nombre de nos amis pensaient que nous étions un couple. Rien n’étais plus faux, nous étions plus proche des jumeaux. Nous faisions tout ensemble, veillant l’un sur l’autre, selon la promesse que l’on s’est faite plus jeune.

Les missions s’enchaînaient, les quêtes s’entassaient et nous gagnions le respect de nos frères et sœurs d’armes, ainsi que de tout le camp. J’avais attiré le regard de mon paternel, et un jour, alors que je m’étais levé plus tôt que d’habitude pour nager, et que Mina avait manifestement décidé de ne pas me rejoindre ce matin, l’atmosphère avait soudainement viré. La mer s’était calmée, le vent soufflait doucement et un homme apparut sur la berge, armé d’un trident et vêtu d’une armure de bronze. Il me ressemblait si ce n’est qu’il avait des yeux d’un bleu azur, comme la couleur de l’océan quand le ciel s’y reflète. Il me salua et se présenta. Je ressentais à ce moment-là un mélange de fierté et d’agacement. Pourquoi maintenant, et pas avant ? Cependant, je pensai aux demi-dieux qui n’avaient jamais la chance de rencontrer leur parent divin, et cet agacement disparu. Nous passâmes une grande partie de la matinée à discuter, loin des regards. Le contenu de la conversation restera secret, je n’en ai parlé qu’à Mina. Avant de partir, mon père me tendit deux choses. D’une part le trident qu’il portait, qui n’était pas le sien, mais un trident qu’il avait fait fabriquer pour moi. Il n’avait pas de pouvoir. Si ce n’est qu’il pouvait se transformer en un pendentif et être porter en collier, pour plus de discrétion. Un magnifique cadeau. Et d’autre part, il me donna une curieuse bouteille d’à peu près 5 décilitre de contenance, incassable. Il m’enseigna le mot magique qui me permettrait de remplir cette bouteille d’eau potable. Pratique pour quelqu’un qui maîtrise l’hydrothérapie. Puis, me disant qu’il était fier de moi, il disparut dans la mer. C’est la dernière fois que je vis mon père. Au retour au camp, Mina vint me voir, avec un curieux paquet en main. Me le tendant, elle me souhaita un heureux anniversaire. En effet, j’avais 21 ans ce jour-là, et je n’avais pas été fichu de m’en souvenir. Ce fut sans doute le plus beau jour de ma vie. Le paquet contenait une chaîne d’acier avec un pendentif en forme de hache. Lorsque je le pris en main, il se changea en une immense hache de bataille à double affutage, en bronze céleste. Un cadeau divin, forgé par une personne merveilleuse. Nous fîmes une grande fête qui dura jusque tard dans la nuit. C’est aussi ce jour-là que je décidai de me faire mon premier tatouage, premier d’une longue liste.

Les dix années qui suivirent, nous continuâmes d’effectuer quêtes après quêtes et de couvrir de gloire la ville d’Héraklion et je fus nommé, à l’âge de 29 ans, archonte. L’un des deux archontes du camp militaire d’Héraklion, c’était moi. Quel honneur ce fut ! J’étais vraiment heureux ce jour-là. J’avais nommé Mina seconde, et nous entreprîmes de faire de notre mieux. J’étais quelqu’un d’assez entêté, impulsif. Il m’arrivait de charger sur un coup de tête lors d’une mission qui paraissait infaisable, et de revenir avec une relique et un trophée de monstre sous le bras. Malgré cela, j’étais assez compétent pour apprendre de mes erreurs. Un jour, Mina, Hector, un fils d’Athéna particulièrement malin, et moi avons décidai d’effectuer une quête extrêmement difficile, que personne n’avait encore réussis à mener à bien. Elle consistait à se rendre dans le Grand Nord pour libérer un temple dédié à Chioné qui avait été capturé par des Géants hyperboréens. En tant qu’Archonte, je pensais pouvoir mener cette quête à son terme. C’est pourquoi nous préparâmes nos affaires et entamâmes le long et périlleux voyage vers les contrées gelés du pôle Nord. La route était parsemée de monstres, mais armé de Hawewe, le trident que mon père m’avait offert, et de Ola’i, la grande hache de Mina, et me battant aux côtés de Mina et d’Hector, il ne fut pas aussi difficile que nous le pensions de rallier la zone. Cependant, c’est lorsque nous arrivâmes près du temple que les problèmes commencèrent vraiment à arriver. Les Géants hyperboréens ne sont pas des monstres à considérer à la légère. Malgré mes fanfaronnades et mes estimations, nous n’allions probablement pas mener cette quête à bien…

Hector avait reçu une blessure mortelle, un immense éclat de glace planté dans son torse avait mis fin à la vie du fils d’Athéna sans même laisser la moindre chance de soin. Mina était blessée, mais elle tenait bon, et moi, je faisais appel à mes dernières forces pour élever le plus grand mur d’eau que je n’avais jamais produit entre nous et eux. D’un cri qui laissait transparaître la déception et la peur, j’ordonnai à Mina de partir, d’emporter le corps d’Hector avec elle et de rallier Héraklion le plus vite possible. Je lui dis de dire au deuxième archonte que j’étais mort lors de ma mission et que je la recommandais pour me succéder, si les anciens, Chiron et Dionysos, acceptaient ma proposition. Bien sûr, elle refusa, invoquant la promesse que nous nous étions faite étant plus jeunes. Je lui rétorquai qu’and lui donnant la chance de partir et de survivre, je menais à bien mon serment, et qu’elle ferait de même en faisant perdurer mon héritage au camp militaire et dans la ville. Alors, les larmes qui coulaient de ses yeux gelant à mesure qu’elles roulaient sur ses joues, elle prit le corps d’Hector, le hissa sur ses épaules de sa force de fille d’Héphaïstos, me déposa un baiser sur la joue et partit, en me disant qu’elle ferait perdurer mon souvenir. C’est la dernière fois que je vis Mina.

Le mur d’eau que j’avais érigé s’était entièrement changé en glace, les Géants utilisant leur pouvoir pour le geler. D’un puissant coup, ils le fracassèrent, et des centaines d’éclats de glace se plantèrent dans mon corps, traversant armure, tissus et peau. Le nuage de givre qui se dégagea de l’explosion me permis de me cacher derrière un gros rocher gelé. La douleur anesthésiant mon corps, j’enlevai mon armure, ma chemise et enlevai les échardes de glaces. Je n’avais même plus conscience de la présence des Géants dans la zone, je pensais être à l’abri. Alors j’utilisai mon pouvoir d’hydrothérapie pour soigner mes plaies. Bien sûr, j’en avais presque sur tout le corps, alors je ne couvris entièrement d’eau soignante. La douleur me faisant tourner la tête, je me dis que plus d’eau signifierait un meilleur soin, alors j’augmentai le volume d’eau, me trouvant dans un immense cocon d’eau. C’est à ce moment-là que les Géants me retrouvèrent. D’un coup, avec leur pouvoir de glace, ils gelèrent mon eau. J’étais à peine conscient… Je perdais gentiment usage de mon corps… Je savais que j’allais mourir, mais je ne pensais pas que ce serait si agréable… A travers la glace, opaque, je vis la mer qui nous entourait, calme… Et mes dernières pensées se tournèrent vers Mina… Puisse-t-elle s’en être sortie et vivre longue vie… La’i lua ke kai… La mer est très calme… Tout est paisible…

CHAPITRE V : UA OLA NO I KA PANE A KE ALOHA Ψ THERE IS LIFE IN A KINDLY REPLY

22 janvier 2018

Une voix m’appelait… Ajax… Ajax… Je la reconnaissais, sans parvenir à mettre le doigt sur son propriétaire... et pourtant elle m’était familière. Mina. L'évidence me fit ouvrir les yeux en sursaut, mais je ne voyais plus rien. Il fallait que je sache si Mina était parvenue à rallier Héraklion. Cependant, mon corps entier me faisait souffrir, je recommençais à le sentir graduellement. Etrange. Une lumière commença à m’aveugler. Au fur et à mesure que je reprenais conscience, le constatai que j’étais couché sur une table de laboratoire, peut-être. Curieux. Mon dernier souvenir remonte à… ah oui, ma congélation au pôle Nord. Alors comme ça quelqu’un est parvenu à vaincre les Hyperboréens et à me ramener ? Combien de temps cela a-t-il dû prendre ? Quelques semaines, tout au plus. L’eau soignante qui m’entourait a dû me maintenir en vie dans la glace, comme une cryogénie. Le laboratoire dans lequel je me trouvais ne ressemblait en rien au camp d’Héraklion, ni même à un hôpital américain… On dirait plutôt… une morgue, ou un laboratoire médico-légal peut-être… De plus en plus bizarre. Une voix retentit soudain à mon oreille, une voix que je ne connaissais pas. Elle criait, effrayée.

« Il s’est réveillé ! Il s’est réveillé ! Chef ! Le mort s’est réveillé ! »

Le mort ? C’était de moi qu’elle parlait ? Son chef arriva en courant, et parut estomaqué en me voyant essayer de me lever. En regardant autour de moi, je vis des instruments de chirurgie. Ceci me conforta dans mon idée de laboratoire médico-légal, mais celui-ci semblait presque futuriste. J’avais l’impression d’être dans ce que les médias vendaient comme les années 2000. Les deux employés de ce labo parlaient en employant des mots incohérents, des termes médicaux surement. Je leur adressai pour la première fois la parole. Ma voix n’était clairement pas prête pour cet exercice.

« Calmez-vous, parlez moins vite et expliquez-moi où je suis et ce que je fiche ici. »

Rapidement, je perçus ma bouteille magique ainsi que ma chaîne, posées sur une tablette, non loin de moi. Et je constatai que je ne portais pour tout vêtement qu’un linge cachant mes parties intimes. Embarrassant. Une étiquette portant l’inscription « unknown » était attachée à mon gros orteil gauche.

« Et ben… » l’homme qui avait l’air d’être le plus gradé des deux médecins me répondit, en bafouillant. « Vous êtes dans le service médico-légal de Montréal, au Canada. Vous… vous avez été retrouvé par une équipe de chercheurs au pôle Nord, non loin de la frontière du Canada, lors d’une mission d’analyse de la calotte glaciaire. On pensait… on pensait que vous étiez un Neandertal pris dans la glace et nous voulions faire des prélèvements et des analyse sur vous, car vous étiez brillamment conservé… »

Un Neandertal, voyez-vous ça. Ça doit être à cause des cheveux et de la barbe, ou peut-être des tatouages. En tout cas, je ne pouvais pas leur dire que j’étais fils de Poséidon, et que c’était grâce à mon eau soignante que j’étais si bien conservé. En même temps, je n'ai pas été congelé plus de quelques semaines, donc il est normal que je sois dans cet état. Bref, j’avais plusieurs choses à lui demander.

« Merci. Je peux encore vous demander quelque chose ? J’aimerais bien des fringues, et récupérer ma bouteille et mon collier, si possible… »

On me donna le jean que j’avais porté, qui était miraculeusement encore en état, et une chemise un peu trop petite pour moi. Mes bottes aussi avaient survécu. Ces habits devaient être magiques. Le contact rassurant de mon collier autour de mon cou et de ma bouteille à ma ceinture me fit me sentir un peu plus à l’aise, et me fit poser la dernière question qui me taraudait.

« Excusez-moi, mais savez-vous combien de temps j’ai été piégé dans cette glace ? »

« Et bien… L’explication de mon étonnement de tout à l’heure réside ici même. En analysant la couche de glace qui vous recouvrait directement, on a découvert que… Cette glace s’était formée il y a 60 ans environ… Nous sommes le 22 janvier 2018… »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Raven Vaughn


Messages : 370
Multicomptes : Cosimo V. Antonelli
Date d'inscription : 22/12/2017
Localisation : Au mont Tamalpais

My quest
Parent divin: Fille d'Héphaïstos, le dieu du feu, de la forge, de la métallurgie et des volcans.
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 420
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Mar 2 Jan - 17:59

Re-Bienvenue ! Smile

Non, mais franchement, REMPLIS CETTE FICHE .
J'veux en savoir plus, moi.  Hahah, courage pour la suite de la rédaction.

J'ai hâte de découvrir m'sieur Jax !

Edit (j'ai oublié) :
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajax M. Aukai


Messages : 29
Multicomptes : William A. Jenkins
Date d'inscription : 02/01/2018
Localisation : Actuellement perdu à Montréal au Canada

My quest
Parent divin: Poséidon
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 500
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Mar 2 Jan - 18:01

Héhé, merci Alii (ouaip, ça veut dire princesse en hawaïen et ça fait bien surnom pour Althéa, en plus hahaha)

T'inquiètes, ça va venir tout bientôt, je bouillonne d'idée déjà Cool

On se réserve un ptit lien hein ?

EDIT : Connasse

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Keegan Thompson

administratrice

Messages : 1164
Multicomptes : Kathleen R. Oxford
Date d'inscription : 30/08/2017
Localisation : Heraklion/New-York/En reconnaissance

My quest
Parent divin: Nemesis
Niveau: Béta (échelon) 3
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Mar 2 Jan - 20:45

    Heeeello toi :miguel: Tu m'as l'air si... musclé intéressant :miguel: il me semble bien avoir entendu parler de ta venue, hum hum. Et bien...

    FILE REMPLIR CETTE FICHE ! NON MAIS C'EST QUOI CE POISSONNIER SUPER SEXY FLEMMARD !

    Ahem. Ravie de te retrouver parmi nous Amuse toi bien avec ce jeune homme et Rebienvenue


Bienvenue sur Bloody Gods !
Laisse nous te faire une place Marcel !
Bienvenue parmi nous jeune Padawan !

Déjà, merci à toi de t'être inscrit/e sur le forum, nous espérons de tous coeur que tu vas te plaire parmi nous, mais normalement, il n'y a pas de raisons. Mais pour que tout aille au top niveau validation, le prochain palier, n'oublie pas de vérifier quelques posts. Déjà, si ce n'est pas déjà fait, vérifie que la frimousse que tu t'es choisie n'est pas déjà prise en cliquant sur ce lien, pareil pour les prénoms et le nom de famille. Ensuite il va falloir te trouver un groupe, si tu veux un résumé, clique ici, sinon va voir les Romains, Cronos, Gaia, ou les Grecs, si tu veux être incollable sur les groupes et leur fonctionnement ! Si tu as un soucis, tel qu'il soit, que ce soit pour te trouver une arme, ou encore des pouvoirs, n'hésites pas à nous envoyer un MP, on se fera un plaisir de t'aider ! Oh et n'oublie pas d'aller jeter un oeil sur la F.A.Q, qui répondront très certainement à pas mal de tes questions Pour ceux ou celle qui voudrait jouer un espion dans l'un des camps, ne le dites surtout pas dans votre fiche, envoyez nous un petit MP histoire qu'on soit sûr que votre couverture ne soit pas foutue dès le début (il n'y aura que le staff et vos chefs de camp qui seront au courant de votre statut d'espion).

N'hésitez pas si vous avez la moindre question, le staff est là !
Bon courage pour ta fiche et hâte de te lire !

☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajax M. Aukai


Messages : 29
Multicomptes : William A. Jenkins
Date d'inscription : 02/01/2018
Localisation : Actuellement perdu à Montréal au Canada

My quest
Parent divin: Poséidon
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 500
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Mer 3 Jan - 11:33

Hahaha Cool Merci bien ! Perv

Je vais essayer de faire ça au plus vite :D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Blake E. Davis-Lawson

This world is so blind, cold as ice

Messages : 1212
Multicomptes : Cìaran ◊ Sloan
Date d'inscription : 21/08/2017

My quest
Parent divin: Chioné
Niveau: Béta (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Mer 3 Jan - 13:21

Je n'étais pas encore passé par là

Mais je dis oui au fils de Popo Je suis tellement Fan de Popo Je suis également fan de la date de naissance d'Ajax. Meilleur date de naissance au monde. Je dis ça, je dis rien

Bref, tu connais déjà la maison. File vite remplir cette fiche que l'on te valide

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jake Venetto


Messages : 1970
Date d'inscription : 25/12/2017

My quest
Parent divin: Trivia (Hécate)
Niveau: Alpha (échelon) 6
Ølympians : 710
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Mer 3 Jan - 13:44

Moi je dis : heureusement qu'il est un peu vieux, sinon il harponnerait tous les poissons du forum

Je suis trop déçu... Quand j'ai vu la date de naissance j'étais trop curieux et je voulais aller lire l'histoire pour savoir... C'est pas beau de poster une fiche incomplète

Maintenant tu vas avoir la pression en plus fouet

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Oswin Kennedy-Sawyer


Messages : 211
Multicomptes : Luca, Murphy, Maisie, Nevh
Date d'inscription : 19/12/2017

My quest
Parent divin: Aphrodite.
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 420
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Mer 3 Jan - 13:48

AJAX, STRONGER THAN GREASE.
(50% de la raison de ma présence ici est pour dire ça)

Poséidon, j'ai hâte de voir ça, surtout avec le choix d'avatar ça promet
Re-bienvenue par ici, en tous cas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Billie Matthews


Messages : 391
Multicomptes : lyllian-aaron mclochlainn | ani lewis | exas & hillel davis
Date d'inscription : 18/11/2017

My quest
Parent divin: Dionysos
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 500
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Mer 3 Jan - 20:19

Hooo mais toi ?! Momoa.... <3
En fils de Poséidon en plus mais hooooo
Bienvenue à toi ! et bon courage !
J’ai hâte de te manger What a Face

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajax M. Aukai


Messages : 29
Multicomptes : William A. Jenkins
Date d'inscription : 02/01/2018
Localisation : Actuellement perdu à Montréal au Canada

My quest
Parent divin: Poséidon
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 500
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Mer 3 Jan - 22:18

Blake : La date était choisie au hasard, mais je constate que je suis bien tombé hahaha j'espère que la suite va te plaire autant que la date de naissance Cool

Jake : T'inquiètes, on dit bien que l'âge ne compte pas en amour ? Perv Ouais, je sais que je vous fait un peu patienter, mais c'est pour faire monter le suspens haha

Oswin : Hahahaha xD Althéa me l'a déjà fait hahaha merci bien !

Billie : Héhéhé Perv à voir ce que ça va donner... On verra qui va manger l'autre

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Alisha K. Brown

stay alert : stay alive

Messages : 398
Multicomptes : Nawal, June, Artémis.
Date d'inscription : 19/11/2017
Localisation : camp jupiter ;

My quest
Parent divin: bellone, déesse romaine de la guerre ;
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 420
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Jeu 4 Jan - 15:29

Ah le voilà ton fils de Poséidon. I love you I love you
Il est trop coool, j'aime beaucoup trop le peu que j'ai lu déjà ! Les pouvoirs sont super sympas, je suis curieuse de voir ce que tu feras du dernier en combat parce que c'est la première fois que je le vois quelque part ! J'ai hâte de lire le reste, en tout cas !
Garde-moi des liens chef ! What a Face

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajax M. Aukai


Messages : 29
Multicomptes : William A. Jenkins
Date d'inscription : 02/01/2018
Localisation : Actuellement perdu à Montréal au Canada

My quest
Parent divin: Poséidon
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 500
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Jeu 4 Jan - 17:05

Et ouaip, il débarque enfin hahaha Smile

On va bien voir ce que ça donne, je le voyais plutôt, au début, comme un pouvoir plutôt hors combat, mais avec les niveaux, peut-être que je pourrai me battre les yeux fermé, juste avec les vibrations du sol Perv

T'inquiètes, très chère, toujours

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Loukas C. McTagert


Messages : 134
Multicomptes : Il parait que je me suis doublé en un Carter Sullivan, qui est chez l'ennemi en plus ... incroyable. Et un certain romain du nom de Keith Stark, un autre connard de service. Mais quel karma !
Date d'inscription : 17/11/2017
Localisation : Herakles Colony ou Heraklion.

My quest
Parent divin: Arès, Dieu de la Guerre et de la Destruction.
Niveau: Alpha, échelon 6
Ølympians : 440
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Sam 6 Jan - 23:28

Re-Bienvenue Bro d'une autre vie What a Face (je me comprends Arrow )
Ce cher Jax m'a l'air bien intéressant, j'aime déjà le début de fiche, hâte d'en savoir plus What a Face
Je reviendrais pour lire tout ça, bon courage pour la fiche, nous fait pas attendre trop longtemps

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ajax M. Aukai


Messages : 29
Multicomptes : William A. Jenkins
Date d'inscription : 02/01/2018
Localisation : Actuellement perdu à Montréal au Canada

My quest
Parent divin: Poséidon
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 500
MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   Dim 7 Jan - 15:18

Merciiiiiiii ! What a Face Tu m'expliqueras ? Je comprends pas hahaha

Je vais essayer de faire ça le plus vite possible, je suis un peu pris irl hahaha mais t'inquiètes, on aura l'occasion de se croiser à Heraklion Wink Un p'tit lien, eventuellement ? 0:)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax   


Revenir en haut Aller en bas
 
Mai ho'oni i ka wai lana mâlie Ψ Do not disturb the water that is tranquil Ψ Jax
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» anashid adhal islamou lana dinan
» Pourquoi votre message est à la corbeille ?
» un rapport avec la magie ?
» Votre Boisson favorite
» Avis sur certaines techniques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Gods :: The Fates :: Who am I ? :: Approved :: Herakles Colony-
Sauter vers: