Bloody Gods
Le forum est actuellement fermé pour une durée indéterminée. Merci de votre compréhension
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Happy B-Day - Damian.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Keegan Thompson

administratrice

Messages : 1164
Multicomptes : Kathleen R. Oxford
Date d'inscription : 30/08/2017
Localisation : Heraklion/New-York/En reconnaissance

My quest
Parent divin: Nemesis
Niveau: Béta (échelon) 3
Ølympians : 400
MessageSujet: Happy B-Day - Damian.   Mer 10 Jan - 19:33


Happy B-Day..
Damian & Keegan
9 Décembre 2012. Ils n'étaient pas amis, et pas vraiment proches non plus d'ailleurs. Parfois, il lui était arrivé de le rabrouer gentiment, le taquiner sur ses blagues ou ses manières d'être. Rien de bien méchant, juste de quoi lui faire comprendre qu'elle était à l'aise en sa présence mais qu'il ne devait pas trop pousser. La jeune femme pouvait se montrer patiente, mais s'il la testait, Damian finirait par la trouver. Et clairement pas dans le bon sens. Déjà, quand elle bossait chez les pompiers, il y en avait deux ou trois qu'elle avait du remettre à leur place. Alors un demi-dieu qu'elle côtoyait une fois de temps à autre ? Elle le mangerait au petit déjeuner sans problème. Si ce n'était pas Liyah qui s'en chargeait, tiens. Avec son caractère, la petite teigne devait déjà lui avoir dit ses quatre vérités à celui-là.

Keegan esquissa un léger sourire en imaginant la brunette s'en prendre à Damian. Depuis qu'elle était revenue quelques mois auparavant, elle avait eu maintes occasions d'observer des duos, des trios à travers le camp grec auxquels elle n'était pas habituée. Alors, elle ne serait pas franchement étonnée de pouvoir suivre les péripéties de Liyah et du fils de Chioné. Elle pourrait même compter les points, pourquoi pas.

Ce fut donc toujours le visage tranquille qu'elle tourna la page du dossier, décryptant les formes les unes après les autres. Oh. Les sourcils se froncèrent légèrement alors qu'elle relisait la ligne une nouvelle fois. Damian était inscrit comme né le 8 décembre justement. La veille donc. Intriguée par ce signe du destin, la fille de Némésis referma tous ses dossiers, les livres et carnets et prit le temps de réfléchir à la situation. Un coup d'oeil à l'horloge la convainquit et d'un geste ferme, elle saisit son brique à braque pour le ranger rapidement. Direction Heraklion.

Il ne lui fallut guère qu'une poignée de minutes pour rejoindre l'appartement qu'on lui avait proposé en juillet. Peu de monde en avait d'ailleurs connaissance. Liyah et Althéa, mais d'autres ? Elle n'en était pas sûre. Poussant rapidement la porte d'entrée, elle jeta sa veste sur le canapé, quitta ses chaussures et entra dans la cuisine. Vinrent ensuite des bruits de casseroles, de saladiers, des fourchettes, des ustensiles de tous genres. Et des odeurs qui s'élèvent, des grondement de ventre qui y réagissent, des envies de plonger le doigt dans la pâte... Keegan n'y résista pas davantage, préférant vérifier que tout était bien mangeable. Évitons d'empoisonner le garçon. Un peu stressée à l'idée de ne pas connaître ses préférences, elle divisa sa préparation en deux pour travailler deux parfums différents. Et opta pour le chocolat d'un côté, et la framboise de l'autre. Hum, oui, il y aurait plus de chances de faire plaisir. Et s'il n'aimait pas les gâteaux ? Keegan envisagea cette possibilité une petite seconde avant d'opter pour l'idée de lui faire bouffer par les oreilles s'il le fallait. Ouais, gentille mais pas trop quand même.

Ainsi, deux heures plus tard, elle sortait les montages du frigo pour y verser le glaçage chocolat blanc. Parfaitement brillant, il recouvrit les deux petits gâteaux sans problème. Secrètement soulagée, elle les remit au frigo et nettoya sa cuisine qui ressemblait à présent à une sort de champ de bataille sans vaincus ni vainqueurs. Une autre heure plus tard, elle emballait les deux cakes et disparaissait à travers le camp à la recherche de Damian.

… Bordel. Où est-ce qu'il était passé ce fils de Chioné ? Elle avait l'impression d'avoir marché depuis des heures – alors que ça ne faisait qu'une petite demi-heure, mais on se comprend – et ce ne fut qu'une fois qu'elle eut atteint les abords de la plage qu'elle remarqua une silhouette en particulier. Bon sang, le bord de mer, un soir de décembre. Encore heureux que la nuit et le vent qui vient avec, ne soit pas encore tomber. Secouant doucement la tête, un peu dépitée par ce jeune homme, Keegan le rejoignit d'un pas ferme et lui tendit le carton sans un mot, une lueur de malice dans le regard. Deux ronds brillants de vingt centimètres de diamètre s'y trouvaient, l'un au chocolat, et l'autre à la framboise. En espérant qu'elle n'ait pas foiré au passage.

« Bon anniversaire. En retard. »
(c) DΛNDELION

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Damian R. Di Rienzi


Messages : 651
Multicomptes : Horus/ Caius
Date d'inscription : 18/11/2017
Localisation : À la colonie en général

My quest
Parent divin: Chioné
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 520
MessageSujet: Re: Happy B-Day - Damian.   Ven 12 Jan - 4:49


Happy B-Day..
Damian & Keegan
9 Décembre 2012. Comme à chaque année, la veille avait été une journée difficile. Parce qu'il s'agissait de l'anniversaire d'un ami, l'ami qui m'avait fait don de ce que je n'avais pas. Un nom, une identité, une raison de vivre alors que je n'avais plus rien. Tout simplement. Et comme je devais faire comme si de rien était, comme je devais faire comme si c'était réellement moi, j'avais pris cette date, j'avais pris cette ville qu'était Atlanta et j'en avais fait mienne, comme si je venais réellement de là. Même si ce n'était pas la vérité. Mais en même temps, le passé était fait pour être enfoui au plus profond de soi et ne plus jamais en parler. Alors, j'avais conservé le silence sur cette date. Le 8 décembre n'était qu'un jour comme les autres. Même si mon regard était plus triste qu'il ne l'avait jamais été, enfin, plus triste durant cette journée, je ne voulais pas de voeux. Je ne voulais pas que l'on s'attarde sur moi pour me faire remarquer que j'avais maintenant un an en plus. Parce que ce n'était pas réellement moi qui avait un an en plus. Il s'agissait de cet enfant que la vie avait décidé d'enlever il y a si longtemps... Et repenser à ce genre de choses ne faisait que me rendre morose, amer et surtout... détaché. J'étais un homme qui passait son temps près de ses proches, qui avait besoin des autres, mais en ce jour-là... Je me devais de me retrouver seul. J'avais mon propre petit rituel, je faisais ce dont j'avais besoin de faire, mes tâches et tout le reste, mais cela n'empêchait pas que je ne voyais pas vraiment des gens. Je restais à l'écart. Une façon de respecter Dam? J'en savais rien... C'était juste, tellement une partie intégrante de ma vie, cette date était toujours là pour ça... c'était ça depuis des années et tellement ancré en moi que j'avais conservé la pratique sans vraiment me poser de questions. Et maintenant, nous étions le lendemain. Le lendemain de cette journée que je détestais plus que tout au monde. Et bien sincèrement, je ne savais pas quoi faire. Je ne savais pas quoi faire de ma propre personne. Parce que bon... voilà... Mes occupations revenaient toujours au même. Toujours la même chose. Avec un peu de chance, j'allais finir par me trouver un vrai métier... et faire quelque chose de moi. Même si je ne savais pas réellement en quoi j'étais doué. Mais chacun trouve sa voie à un moment, non?

Alors, oui j'avais fait mon sport habituel, j'avais accompli mon entraînement avec ma canne, puis avec ma lame. J'avais fait le footing et tout. Puis, j'étais revenu prendre une douche et j'avais perdu mon temps dans le camp, donnant des coups de main à gauche et à droite pour passer le temps, sans réellement savoir quoi faire. J'étais un soldat avant tout et bon, même si l'un de mes devoirs étaient de prendre soin de moi, de m'assurer que je serais en forme pour ce qui allait venir, les batailles et tout ça, cela n'empêchait pas que j'avais également du temps pour moi, malgré tout. Alors, après avoir aidé les autres, j'étais revenu dans la maison où résidait les enfants de Chioné et en voyant cela, je me disais que je devrais peut-être me prendre un appartement sous peu. Attrapant un livre au hasard, un petit secret bien gardé de ma personne, il s'agissait que j'adorais lire et être cultivé. Quelque chose qui n'était pas très connu... mais j'étais ainsi. Mais je ne m'en vantais pas particulièrement. Alors... oui, le livre sous le bras, je m'étais rendu à la plage pour relaxer. Sachant que j'allais être seul. Parce que bon, avec le temps qu'il faisait là maintenant, le froid et tout, je me doutais qu'il y allait avoir quelqu'un. Et évidemment, j'avais raison. L'un des avantages d'être un fils de Chioné, je ne craignais pas le froid. Alors, c'est avec une couverture que je déposais sur le sable que je commençais ma lecture et  tout simplement, étant en paix, avec le bruit de l'eau et le silence qui régnait autour. Un petit moment de bonheur volé alors que la vie autour de nous était clairement étrange.

Je ne l'entendis pas arriver, trop concentré dans le bouquin qui était le mien, un classique de la littérature comme il y en avait tant. Ce ne fut que lorsque je vis la boîte apparaître dans mon champ de vision, me faisant sursauter légèrement. Relevant la tête et la prenant dans mes mains, je lui lançai un regard curieux, rempli d'incompréhension sans vraiment savoir quoi en faire et pourquoi elle me donnait ça. Parce que bon.... j'avais pas réellement de raison d'avoir de boîte.... Haussant un sourcil, je me redressai, esquivant la petite lampe que j'avais ramené avec moi pour de la lumière et la regardant un instant avant d'ouvrir la dite boîte. Baissant les yeux sur ses créations, j'esquissai un petit sourire en coin avant de relever la tête vers elle...«Je.... Merci Keegan... c'est gentil à toi....» Mal à l'aise parce que ce n'était pas réellement mon anniversaire, je me passai la main libre dans mes cheveux, ne sachant pas quoi dire et regardait la couverture que j'avais mis au sol.... «Comment tu as su? J'en parle si peu.... Et bon sang, je veux pas ruiner ça, mais j'ai pas d'ustensiles...» Riant un petit peu, je soupirai par la suite. Parce que j'étais un peu mal à l'aise... mais je ne voulais pas la rembarrer sur un acte qui était purement et simplement de la gentillesse... Mais comme j'étais pas doué.... «Dans peu de temps... j'aurai aussi de rides sur les fesses que toi»

(c) DΛNDELION

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Keegan Thompson

administratrice

Messages : 1164
Multicomptes : Kathleen R. Oxford
Date d'inscription : 30/08/2017
Localisation : Heraklion/New-York/En reconnaissance

My quest
Parent divin: Nemesis
Niveau: Béta (échelon) 3
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: Happy B-Day - Damian.   Jeu 25 Jan - 0:20


Happy B-Day..
Damian & Keegan
Une brise glacée vint faire voleter une de ses mèches, faisant frissonner Keegan au passage. Encore heureux qu'elle ait enfilé un pull en dessous de sa veste en cuir, parce qu'avec un temps pareil, on l'entendrait éternuer à dix kilomètres à la ronde. Oui, le mythe s'effondre : toutes les filles n'éternuent pas comme des princesses.

Un coup d'oeil au sable humide encerclant déjà ses bottines noires et une petite moue vint s'installer sur ses lèvres. Pas important. Contrairement à Damian, vers qui elle leva les yeux. Son anniversaire était la veille et il n'avait clairement pas l'air de quelqu'un heureux de le fêter. Loin de là même. On aurait plutôt dit un petit chiot abandonné au bord de la mer. Avec un livre en plus. Keegan y jeta un coup d'oeil distrait avant de se concentrer à nouveau sur l'expression étrange du grec. Quel genre de personnes vient se perdre dans le coin par un temps pareil, le lendemain de son anniversaire ? Et cette aura... La fille de Némésis avait beau se montrer féminine et taquine sur certains aspects, elle n'en était pas stupide pour autant. Oui, on pouvait être séduisante et maligne à la fois. Un sourire légèrement prétentieux étira ses lèvres alors que quelques adjectifs supplémentaires défilaient sous son crâne. Lorsqu'elle s'arrêta sur « sarcastique », la jeune femme revint sur terre. Trop de compliments peut nuire à la santé, tout le monde le sait.

« Gentil à moi ? » Son regard perçant ne cillait pas alors qu'elle affrontait le sien. « Serait-ce de l'étonnement que j'entends ? » L'avait-il sous-entendu ? Ou était-ce si facile de le taquiner ? Elle-même ne saurait le dire, et alors qu'elle avançait d'un ou deux pas dans sa direction, Keegan laissa cette question en suspens. Visiblement, au regard de cette fameuse expression tenace qu'il affichait toujours, il y avait plus intéressant à dérober que des aveux quelconques. Un début de vérité, peut-être. Ou l'ombre d'un mensonge, qui sait.

Elle accueillit sa question avec un haussement gracieux des épaules. Ses yeux se tournèrent vers le roulis des vagues apportant un début d'écume dans leur ballet artistique, et elle s'y perdit une seconde ou deux. A jamais poétique. Elle huma l'air discrètement, le monde se parant d'un décor qu'elle seule pouvait alors observer, avant qu'elle ne reprenne le contrôle et ne se retourne encore une fois, en direction de Damian. Le sourire revint, léger, facile, et répondre à la question fut comme donner l'impression qu'elle concédait à ce qu'il ait le droit de la poser. « Je sais tout, voyons. » D'un geste, elle sortit une fourchette de sa poche arrière droite et la lui tendit. « Tu n'es pas obligé de l'utiliser si l'absence d'ustensiles était une excuse. » Elle haussa un sourcil, ajoutant avec une petite moue : « Je ferais semblant de ne pas avoir compris. » Naïveté, candeur, idiotie quand tu nous tiens. Oui, tout le package de la gentille petite innocente compris. Tiens, elle aurait presque pu faire du théâtre, Keegan.

Avisant la couverture, elle s'y installa sans demander son avis et d'autant moins la permission. Au même instant, la pique lui parvint aux oreilles, provoquant un sourire joueur chez la demoiselle. « Je crois qu'à 22 ans, j'ai de la marge avant de ressembler à une grand mère. » Elle posa les mains vers l'arrière, le visage incliné pour observer les premières étoiles apparaître dans un ciel de plus en plus sombre. L'idée de vieillir ne lui venait pas souvent à l'esprit. Nous avions beau n'avoir qu'une vie, il est difficile de se remémorer encore et encore que le temps passe inlassablement. Et à ce fait, s'ajoute le facteur demi-dieux qui la pousse bien plus souvent à imaginer une mort violente et expéditive plutôt que lente et... ridée. D'ailleurs, à propos de ça : « Et même en grand mère, je resterais sexy. » Elle refusait tout net de ressembler à une de ces petites vieilles aux cheveux courts, armée d'une robe à fleurs et d'aiguilles à tricoter. Il faudrait qu'elle demande à Callie ou Liyah de l'achever si jamais il lui prenait l'envie de se laisser aller de la sorte. Ou Billie tiens. Au moins, cette dernière se ferait probablement une joie d'accéder à sa requête.

Sous ses fameuses fesses, Keegan pouvait sentir la fraîcheur du sable malgré la présence de la couverture. La chance qu'il avait d'être enfant de Chioné pour le coup. Elle aurait presque pu en être jalouse si Némésis ne lui convenait pas aussi bien. Sa mère l'avait reconnue dès son arrivée au camp grec, et avant cela, son père lui avait raconté son histoire. Pas de secrets entre eux. Pas de secrets en famille. Donc, comme Damian ne faisait pas parti de sa famille, il serait légitime de le laisser lui mentir sans chercher à comprendre ce qui se tramait. Keegan envisagea cette possibilité, les yeux en direction des étoiles encore timides et fit la moue. Il avait parfaitement le droit à son jardin secret. Elle n'était pas obligée de fouiner et pouvait rester dans l'optique de lui souhaiter un bon anniversaire. Bien sûr que c'était dans ses cordes.

Manque de pot, elle aimait un peu trop l'idée de le taquiner et le mettre mal à l'aise. Pas de sa faute si ce garçon semblait toujours si sûr de lui, en se croyant un peu trop souvent le meilleur dans bien des domaines. On récolte ce que l'on sème, dirait son paternel. C'est donc ainsi qu'elle lui jeta un coup d'oeil, bien installée sur la couverture qu'elle squattait allègrement. « Tu vas rester planté là ou tu vas finir par t'asseoir ? » L'observant sans détour, elle continua, sans regrets ni remords. « On dirait un menteur pris la main dans le sac. Alors quoi ? Tu es mal à l'aise ? » Keegan plissa les yeux, se taisant une seconde avant de pencher légèrement la tête sur le côté. « C'est ton anniversaire qui te rend si... pensif ? » Elle ne cillait pas, notant chacune de ses réactions, chacune des mimiques de son visage ou les tressaillements de sa posture. Jolie, futile, provocante, superficielle, on l'avait qualifiée de bien des manières. Mais ce n'est pas l'apparence qui compte. C'est ce qui se cache derrière.
(c) DΛNDELION

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Damian R. Di Rienzi


Messages : 651
Multicomptes : Horus/ Caius
Date d'inscription : 18/11/2017
Localisation : À la colonie en général

My quest
Parent divin: Chioné
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 520
MessageSujet: Re: Happy B-Day - Damian.   Sam 27 Jan - 6:37


Happy B-Day..
Damian & Keegan
Certes, il s'agissait là d'un décor très triste, très... difficile. Limite, on aurait pu croire que j'étais le héros solitaire d'un film, que j'avais mal et que j'en étais à ma retraite méditative pour mieux aller ensuite. Je ne savais pas comment le dire. À chaque fois, à chaque année, c'était de pire en pire et je ne faisais que souffrir toujours et un peu plus. On se demandait souvent comment on pouvait s'en vouloir d'avoir simplement survécu. Le mal du survivant. Une personne extérieure en parlerait et ce serait pas si... je ne sais pas, difficile pour elle, parce qu'elle ne verrait pas à quel point parfois, tout ce joue en une question de seconde. Damian, le vrai, pas moi, il avait perdu la vie à cause d'une question de seconde. Question de seconde, tout était question de seconde et c'était ça qui était réellement triste. Parce que tout aurait pu changer. J'aurai pu me prendre le coup de couteau fatal, ça aurait pu être moi qui soit au coeur de cette bagarre qui avait mal tourner. Mais non, j'étais encore là. Et à chaque fois, à chaque fois que je voyais cette fameuse date, j'avais envie de retourner en arrière et corriger ce qui était arriver. Mais bien sûr, tout était trop tard.

J'étais un cliché de moi-même en vrai. Seul, dans le froid, assis par terre avec un livre. Pas vraiment le genre d'image que la colonie aurait pu avoir de Damian. Mais en même temps, n'ayant pas d'appartement, je faisais avec ce que je pouvais et comme je ne ressentais pas les effets du froid, un cadeau de ma chère et tendre mère, je faisais un peu ce qu'il me plaisait à dire vrai. Sans que personne ne vienne m'embêter. Si je disparaissais au sein même de la colonie, ce n'était pas vraiment une disparition, simplement... j'étais toujours là, juste absent. Et je ne pensais pas que quelqu'un viendrait me voir. Et j'avais eu la surprise en la personne de Keegan, Keegan et sa boîte avec deux gâteaux. Et je ne comprenais plus rien. J'étais perdu. Déjà que je n'en menais pas large à la base, la voir débarquer comme ça m'avait clairement surpris et m'avait désarçonné. Et comme je ne voulais pas parler à personne, en petit chien battu que j'étais pour le moment... Parce que clairement, j'avais le mot victime d'écrit sur le front là. En même temps, j'étais légèrement expressif... alors...

«C'est pas ça que l'on dit quand on reçoit un cadeau que l'on s'attend pas? Que c'est gentil à l'autre personne? J'sais pas moi, j'ai pas suivi le cours de bonnes manières...»  Je bougonnai un peu, mais c'était juste parce que je ne savais pas quoi lui répondre et pourquoi elle me disait ça comme ça hein? J'avais l'impression de faire n'importe quoi. Totalement, comme si j'étais même pas doué pour la remercier. Tss. Et puis elle me regardait.. j'avais l'impression qu'elle tentait de lire en moi et je ne savais pas comment réagir. Alors, je tentai simplement de conserver ce petit sourire sur les lèvres alors qu'il semblait faux. «Ouais, de l'étonnement... Je suis surpris... que tu m'ais trouvé déjà et que tu m'offres ceci... » Mal à l'aise, certes, je ne savais pas comment réagir et en voyant le contenu, je sentais mon estomac qui tentait de grimper pour aller tout dévorer. voulant rester poli, j'avais fait mention du manque d'ustensile et en la voyant avec sa fourchette, je me jetai littéralement dessus, l'empoignant avec force et commençait à manger, sans attendre. J'avais oublié, omis de me nourrir durant la journée, étant trop plongé dans mes réflexions et bon, étant gourmand à la base, ce n'était pas un problème. Relevant la tête vers elle, probablement du glaçage sur le visage et je lui adressai un petit sourire gêné, parce que littéralement, je dévorai sous ses yeux. «Désolé... j'ai oublié de manger aujourd'hui... point positif, c'est que c'est délicieux... et j'étais sérieux avec les ustensiles hein, je ne voulais pas passer pour un animal... quoique... Et si tu sais réellement tout, tu devrais savoir que je ne mentais pas, je suis un type gourmand, un ventre sur pattes mais je suis poli.» Soupirant légèrement et secouant la tête, je n'étais pas très fier de mon effet que je pouvais faire là. Parce que franchement, c'était plus un spectacle qu'autre chose.

Ne disant rien alors qu'elle prenait place près de moi, je continuais à manger, sans vraiment en faire de cas. De toute manière, je me doutais que même si je lui disais de s'en aller, elle ne le ferait pas, alors autant bien accepter et ne pas râler et puis, j'avais deux gâteaux pour ça, alors c'était pas si mal. Fier de ma petite blague, enfin.... un peu compte tenu que j'avais réellement un humour de merde, je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire en l'entendant. C'était vrai qu'elle avait encore le temps. Mais bon, étant moi et tout le reste... «Je suis certain que tu en as, mais que tu les caches. Et puis, il est pas question d'être sexy ou non, l'important, c'est pouvoir assommer des monstres avec le gras qui pend là... des bras. Genre pour montrer que l'on a gagné au bingo? Non?» Je baissai les yeux, retenant un petit rire, c'était quand même incroyable que j'y arrive, mais bien vite, mon esprit reprit son état morne et perdu. Et triste, bien entendu, très triste. Lui jetant un regard en coin, alors qu'elle observait les étoiles, une brève pensée fut dirigée à mon meilleur ami, qui devait être parmi les étoiles qu'elle observait. Je savais que tous finissaient dans le royaume d'Hadès, mais en même temps... croire une petite connerie du genre, ça me faisait du bien. Vraiment du bien... Et je me la permettais un peu. Et bien entendu, le tout en continuait de manger, parce que sérieusement... C'était délicieux.

Sursautant en l'Entendant, enfin, pas un bond de dix mètres, mais juste un peu, étant donné que j'étais perdu dans mes pensées, j'haussai les épaules et allait la rejoindre, n'y voyant pas de soucis, surtout que c'était supposément mon havre de paix, donc ma couverture et mes trucs à moi, pas le reste. Avant de soupirer longuement devant le flot des questions, je déposais la boîte qui avait clairement été malmené par la fourchette et secouai vivement la tête, peut-être un peu plus sec que je ne l'aurai voulu. «Je suis pas un voleur, ni un menteur pris dans le sac. J'étais dans mes trucs, à faire ma lecture, c'est toi qui est venue me voir alors... s'il te plaît!» Laissant un grognement rageur, je me relevai presque aussitôt, me passant les mains dans les cheveux sans vraiment savoir quoi faire. Lui tournant le dos, face à l'eau, je fermai les yeux un instant, hésitant à dire la vérité ou non, bien que je n'en parlais à personne. Ainsi, je lâchai du bout des lèvres, amer plus qu'autre chose en lui faisant face, parce que bon, faire la conversation à un dos, c'était moyen. «Mon anniversaire me rappelle des mauvais souvenirs, c'est tout. J'aime pas le célébrer, c'est juste un jour de merde comme les autres.» La défiant du regard de me contredire pendant un moment, je finis par baisser les armes et me laissai retomber sur la serviette, soupirant longuement. «Écoute... j'apprécie pour les gâteaux, mais si j'étais seul, c'était parce que je suis pas agréable, surtout pas  durant cette période de l'année.» Ce n'était pas nécessairement dirigé contre elle. Juste que... j'avais mes fantômes et ils étaient toujours présent.

(c) DΛNDELION

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Keegan Thompson

administratrice

Messages : 1164
Multicomptes : Kathleen R. Oxford
Date d'inscription : 30/08/2017
Localisation : Heraklion/New-York/En reconnaissance

My quest
Parent divin: Nemesis
Niveau: Béta (échelon) 3
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: Happy B-Day - Damian.   Mar 20 Fév - 21:53


Happy B-Day..
Damian & Keegan
La nuit projetait ses ombres de plus en plus loin, effaçant peu à peu toute trace d'un jour qui n'était déjà plus. A l'horizon, le camaieu de couleurs chaudes s'apparentait plus au mirage qu'à une réelle vision enchanteresse. Une seconde, elle ferma les paupières, se remémorant la scène, le décor, ce paysage auquel les demi-dieux grecs ont la chance d'avoir accès et ce ne fut qu'au prix d'un effort considérable qu'elle parvint à réprimer le sourire naissant au coin de ses lèvres. L'idée de taquiner Damian, de lui souhaiter un joyeux anniversaire à la manière Thompson ne rentrait pas vraiment en accord avec le fait de sourire niaisement pour un fichu panorama romantique. Un peu plus et elle pourrait presque se croire porteuse du gène de la midinette qui s'extasie sur tout et n'importe quoi.

Sous ses mains, le tissu un peu rêche de la couverture ne l'empêchait pas de sentir la fraîcheur du sable juste en dessous. Mais malgré cette sensation un peu désagréable, elle n'avait pas envie de se redresser. Le roulis des vagues avait quelque chose d'apaisant, la tranquillité de la nuit et même la présence de Damian à laquelle elle n'était pourtant pas habituée, accentuait le bien-être légèrement incongru qu'elle ressentait. Quand il lui parla la première fois, Keegan se contenta d'ailleurs d'un haussement léger des épaules, plus occupée à réfléchir au cas du jeune homme. A sa deuxième tirade, elle se fit moins inactive en lui offrant un regard empli de malice. « Que veux-tu, j'ai eu de la chance. Et puis, tu me semblais être un bon cobaye. » Les mots fusaient avec une aisance fluide, mais elle ne chercha pas à vérifier leur effet, son regard oscillant de nouveau vers les hauteurs.

De toute façon, qu'aurait-elle pu ajouter alors qu'il se jetait sur la fourchette pour engouffrer bouchée sur bouchée ? Si, au départ, la surprise s'était peinte sur ses traits, elle avait rapidement repris sa contemplation des étoiles et seul le bruit de mastication lui signifiait qu'il mangeait encore. Comment avait-il pu oublier de se nourrir ? L'hôpital qui se fout de la charité. La pensée s'imposa si soudainement à son esprit qu'elle faillit en rosir de gène. Heureusement qu'il semblait bien trop occupé à avaler les gâteaux d'un seul coup. Amusée malgré tout, elle lui jeta un rapide coup d'oeil avant de détourner le regard pour ne pas l'incommoder outre mesure. « S'il te reste une bouchée à savourer, tu pourras me dire si tu préfères le chocolat ou la framboise. » La note de moquerie douce était clairement audible dans le ton de sa voix, et elle ne ressentit pas le besoin de vérifier qu'il l'ait bien compris.

Pour la suite de ses propos, elle se contenta de lui faire part de son avis d'un simple regard très significatif. Parce qu'il était tout simplement hors de question qu'elle évoque la possibilité qu'un jour, elle puisse avoir, ne serait-ce qu'une ombre de vaguelette sur la peau de son bras. Hors de question.

« Je suis pas un voleur, ni un menteur pris dans le sac. J'étais dans mes trucs, à faire ma lecture, c'est toi qui est venue me voir alors... s'il te plaît ! »

L'émotion perceptible dans le grain enroué de la voix de Damian... Elle inspira profondément, ferma les paupières encore une fois, la tête doucement versée en arrière. Les secondes tinrent ainsi, lentes et presque pesantes alors qu'elle ne répondait toujours pas. Peut-être qu'il crut qu'elle s'en fichait, ou qu'elle n'écoutait pas. Qu'il avait parlé trop fermement et qu'elle en avait pris ombrage. Peut-être qu'il ne savait pas lui même pourquoi il s'était exprimé de cette manière. Peut-être qu'il s'agissait là d'un cri du cœur, ou d'un appel à l'aide. Un frisson longea la colonne vertébral de la grecque, tandis qu'il reprenait la parole, lui faisant ouvrir les yeux par la même occasion. Recouvrer la vue lui permit de vérifier son idée inconsciente qu'il s'était levé en trombe, accompagnant la dureté de ses propos par le geste. Beaucoup d'amplitude, beaucoup d'amertume, beaucoup de sentiments. Keegan posa ses yeux sur la ligne de son torse, ne détournant plus son attention de sa silhouette. Et finalement, l'aveu tomba. Du bout des lèvres, comme si un murmure pouvait atténuer la violence qui se cache derrière le secret. Pourtant, il n'y avait là que l'ombre d'une vérité, à peine si on pouvait l'effleurer alors gratter la surface ? Sincèrement, elle l'envisagea. Les yeux posés avec intensité sur ce demi-dieu totalement immobile, la jeune femme sentit les rouages de son cerveau s'activer de plus belle. Toujours muette, elle réservait son jugement, ne sachant pas elle-même ce qu'elle en pensait vraiment. Leurs regards se croisaient fréquemment, le sien se faisant davantage pensif qu'autre chose. Probablement las, il revint prendre place à ses côtés, ne déclenchant aucun son de la part de la fille de Némésis. Il n'y avait rien à dire. Pas encore.

Finalement, ce fut à nouveau le garçon qui brisa le silence. Le choix des mots ne laissa pas Keegan de marbre, bien qu'elle n'en laisse rien paraître. Aucune tristesse, aucune douleur, rien ne vint troubler son expression, quand, pourtant, les propos pouvaient se montrer heurtant. Il n'y avait cependant là, rien de consciemment blessant. Damian ne cherchait pas à l'être, elle le sentait, elle en était pertinemment convaincue. C'est pour cela qu'elle ne chercha pas à se redresser et montrer son mécontentement à grands renforts de cris, de gestes des bras ou de grimaces un peu folles. Aucune scène dramatique en cet instant, ne vous en déplaise. La jeune femme savait se contenir, quand bien même elle puisse également avoir son petit côté comédienne. En l'occurrence, les circonstances ne s'y prêtaient pas.

Tous deux assis côte à côte, à contempler la mer sans réellement la voir, ça donnait un peu l'impression d'être dans une publicité pseudo romantico-poétique qu'on comprend à peine et qui a coûté une blinde (pour rien). Elle se doutait qu'il était perdu dans ses pensées, à revivre des souvenirs qui l'amenaient à regretter ce fameux jour d'anniversaire. Le fait qu'elle lui ait apporté des gâteaux n'avait pas du aider d'ailleurs. Mais il ne l'avouerait pas, non pas par respect, mais probablement parce que ce serait admettre qu'il est touché, trop pour que ce soit normal. Une maigre conversation, un peu de sucrerie, un regard de malice, tout ce mélange pour un lendemain d'anniversaire, ne devrait peut-être pas faire réagir de cette manière. Sauf si le secret est gros. Sauf si le bagage émotionnel est trop lourd pour qu'une seule journée suffise à le repousser bien au fond du placard à emmerdes psychiques. Visiblement, Damian en avait gros sur le cœur, bien plus qu'il ne devait lui même s'en rendre compte. Et il n'y avait toujours rien à dire pour ça.

Doucement, naturellement même, Keegan leva le bras se trouvant le plus proche du grec et le passa autour des épaules de ce dernier. Il se figea aussitôt, mais elle ne bougea pas. Pire, son étreinte d'abord légère se crispa imperceptiblement. En effet, les doigts posés contre son dos se raffermirent, au point qu'il tourna la tête vers elle, interrogatif et perdu. Comment ne pas le comprendre ? Un sourire – presque – tendre s'invita sur le visage de la brune avant qu'elle ne hausse les épaules tranquillement. « Détends toi gamin, tu ne m'intéresses pas. » Le contraste dans le regard du fils de Chioné faillit la faire rire. Était-ce toujours de la curiosité ? De l'inquiétude ? S'offusquait-il soudainement de ses paroles ? Allait-il grogner, ou mieux, marmonner dans une barbe inexistante ? Toutes ces idées manqua la faire ricaner. « Allez viens là, crétin. » La voix était douce, mêlant amusement et confiance. Il n'y avait aucun doute dans sa manière d'être, aucune hésitation. Ce qu'elle faisait, ce qu'elle disait, tout semblait couler aisément, sans que le regret ne puisse s'incruster à la fête. Elle n'avait peut-être pas les mots, elle n'était ni son amie, ni de sa famille, mais elle pouvait faire ça. Ce simple geste, cette tentative, rester à ses côtés là où il disait – clamait – vouloir rester seul. Elle pouvait lutter contre lui, contre ses cris assourdis par la bienséance que l'on affiche. Tout en restant secrètement désolée de ne pouvoir faire taire cette douleur qui assombrissait ses prunelles. Quelque part, une petite voix dans son crâne, murmurait que la douleur construisait l'homme, préparait pour l'avenir quand le soleil finirait par revenir. Mais elle n'était pas naïve. Dans l'expression du garçon, il n'y avait pas de superficialité. Son mal-être, il était là depuis un bail, des années mêmes. Et cela ne s'apaiserait pas facilement. Étrangement touchée par cette conviction, elle l'attira doucement contre elle, ne répondant à aucun de ses coups d'oeil dont les émotions se faisaient trop vives. Délicatement, avec dextérité, Keegan parvint à installer un Damian mal à l'aise sur ses jambes, la tête reposant normalement – enfin aussi normalement que peut le faire un coincé du crâne – sur ses cuisses. Avisant son air, elle ne put retenir un éclat léger, pas cette énième fois. « On se calme... » Leurs regards se croisèrent et elle lui fit un petit sourire. « Je ne mords pas toujours, tu sais. » Un nouveau rire s'échappa de sa gorge, qu'elle camoufla d'une quinte de toux ridicule. Impossible de ne pas le griller de toutes façons, l'amusement était peint sur son visage. Du coup, comme pour s'excuser de cet abus, et par peur qu'il le prenne mal, la fille de Némésis glissa sa main dans les cheveux de Damian, coupant court à toute réplique possible. Ben oui, quel homme saint d'esprit refuserait – ou parviendrait à résister – à des caresses tendres dans les cheveux ? Avec lenteur, elle entreprit donc de passer ses doigts dans la chevelure du grec, n'optant pour aucun rythme en particulier, comme si elle passait simplement le temps, à contempler le paysage, dans un contexte totalement naturel.

Peu à peu, la situation sembla plus tranquille, moins gênante, moins pesante dans son étrangeté. Le silence s'étira sans qu'il n'y ait de malaise, et elle fit de son mieux pour ne pas penser à la température ambiante qui commençait doucement mais sûrement à lui geler les os. La nuit était totalement tombée à présent et seules les lueurs de la lune et des étoiles les éclairaient un minimum. En fond, il y avait toujours les vagues venant s'écraser sur la plage de manière cyclique. Keegan inspira profondément, les yeux vers le ciel, les mains toujours dans les cheveux du garçon. S'était-il enfin détendu ? Parfois les mots suffisent, et dans d'autres cas, ils ne servent à rien. « Damian. » Elle n'était pas certaine d'avoir attiré son attention, mais elle ne baissa pas la tête pour vérifier, toujours à admirer la myriade de diamants sur leur tapis de ténèbres. « Je dois te prévenir. » Faisait-elle exprès d'attendre une ou deux secondes entre les mots ? Elle même n'en savait rien. « Je te ferai un gâteau aussi l'année prochaine. » Voilà, c'était tombé. Qu'il comprenne ou non le sous entendu, cela ne changeait rien. Elle avait décidé qu'à défaut de pouvoir soulager sa peine, elle nourrirait son estomac. Ce qui semblait, au vu de son appétit, être un combat de titan. « Et pas la peine de grogner, gamin, je fais ce que je veux. » Le visage se baissa vers lui pour qu'il note son sérieux, alors qu'elle haussait les sourcils comme pour lui montrer la situation actuelle. Oh oui, elle parvenait assez souvent à faire ce qu'elle veut. Comme allonger un garçon sur ses jambes pour les réchauffer l'air de rien. Hey, on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a. Et si vous pouviez voir le temps, vous aussi vous redoubleriez d'astuces pour ne pas mourir congelée. Peu importe que cela semble une excuse pour un cas ou pour l'autre, personne ne saurait quelles étaient ses intentions véritables. « Juste pour savoir, comme tu es fils de Chioné... » Elle hésita, fronça les sourcils en commençant à imaginer des trucs un peu trop niais. « Tu peux faire tomber la neige ? Ou... » La voix se fit légèrement plus basse. « Faire des figurines ? » Ridicule, oui elle était au courant, merci.  
(c) DΛNDELION

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Damian R. Di Rienzi


Messages : 651
Multicomptes : Horus/ Caius
Date d'inscription : 18/11/2017
Localisation : À la colonie en général

My quest
Parent divin: Chioné
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 520
MessageSujet: Re: Happy B-Day - Damian.   Ven 8 Juin - 5:44


Happy B-Day..
Damian & Keegan
J'avais toujours apprécier le son de la mer. Étrangement. Je n'avais aucun lien avec elle, je n'avais jamais réellement vécu près de l'eau pour que ce soit un son rassurant de mon passé, mais voilà, j'étais à ce stade. Comme si j'avais un lien avec le son, comme si dans mon passé nébuleux, j'avais réussi à créer un lien avec ce son et qu'il me rassurait. Une bouffée d'espoir en moi espérait que c'était lors des petites journées où j'étais en compagnie de mon père biologique. Comme si... je pouvais créer un lien avec lui par ce souvenir. Mais j'étais aussi quelqu'un de très raisonnable, enfin, quand je ne me la jouais pas dramaqueen, évidemment, et je me doutais que ce soit le cas. Sincèrement. Alors.... je ne faisais que laisser glisser et je ne faisais que.... suivre le mouvement, suivre le courant de ma vie sans réellement tenter de vouloir continuer dans cette direction. Parce que je ne voulais pas souffrir plus que de raison. Parce que je ne voulais pas me créer d'attente. J'avais posé des gestes par le passé et j'étais prisonnier de ma propre prison. Le truc, c'était qu'elle n'était pas visible, que l'on ne pouvait pas la voir. Elle était là, mais en même temps, elle était si sournoise, elle était un peu modulable. Mais je ne pouvais pas en sortir. Enfin, si je le faisais, je perdais tout. C'était totalement égoïste, mais si j'allais dire que je n'étais pas Damian, je perdais mon argent, je perdais ce que j'avais, je perdais cette.... vie où je pouvais avoir des privilèges. Parce que je vivais sous le nom d'un autre. Bien sûr, c'était ce qu'il avait voulu et c'était pourquoi il m'avait conseillé de le faire, on était tellement semblable à l'époque en plus, on aurait dit des jumeaux... Nous étions si semblables. Et j'avais pris son identité comme ça, sans vraiment me poser de questions, sans me dire si c'était mal. Alors.... oui maintenant, des années plus tard, j'avais des regrets. Parce que je devais mener une vie qui n'était pas la mienne. Je devais mentir à cette famille qui pensait que leur fils était en train de rendre le monde un endroit meilleur alors qu'en réalité leur fils avait rendu le sol où il reposait meilleur. Donc.... j'étais coupable, je me sentais coupable sur le jour de son anniversaire. Parce que ce n'était pas moi. Ce ne serait jamais moi. Et c'était pourquoi je ne voulais pas avoir de la compagnie. Je ne voulais pas me rappeler que je vivais un mensonge constant. C'était étrange en plus. J'arrivais à bien vivre avec cette vérité, avec moi-même durant 364 jours par an, mais un seul jour... un seul et je devenais misérable. Totalement misérable. Parce que je n'étais pas Damian, mais Rafael et lorsque j'avais pris cette identité, je m'avais complètement rayé de la carte. Comme si, Rafael, le gamin qui ne connaissait pas son père, qui n'avait même pas de patronyme, n'avait jamais existé. Et ça me bouffait de l'intérieur... Parfois...


«J'ai juste l'air? Je ne le suis pas? Alors, je dois avouer que je suis déçu Keegan. Sincèrement. Parce que je ne fais pas les choses à moitié. Je le suis ou bien je ne le suis pas.» Je n'avais pas de mal à lui répondre, à glisser vers ce terrain où l'on pouvait dire que l'on se taquinait l'un et l'autre. Je n'avais jamais eu du mal à user de l'humour avec les gens de toute manière..... C'était comme une arme, une manière de se défendre et une manière de se voiler la face, bien que ce n'était qu'aujourd'hui que je m'en servais de la sorte. Enfin, je disais ça, mais je ne voulais pas faire du mal à la jeune femme, mais je ne voulais pas la laisser entrer dans mes noirs pensées et qu'elle sache ce qui me torturait. Nous n'avions pas ce genre de relation et je n'avais pas besoin de m'ouvrir davantage. Je n'avais pas besoin d'en parler. Ce n'était même pas quelque chose dont je discutais avec ma meilleure amie.... j'avais mon petit jardin, mes petits secrets à moi et certaines choses n'étaient pas bonnes à discuter. Celle-là, en était une.

Je savais que je manquais totalement de classe, mais je l'avais averti. Et j'avais sincèrement oublié de manger. Alors, elle devrait le prendre comme un compliment que je mangeais ses créations avec autant d'appétit. Parce que même quelqu'un qui a faim ne le ferait pas de la manière que je pouvais le faire à cet instant s'il n'avait pas faim et si c'était horrible au goût. Elle avait quand même très bien réussi ses créations et la petite pensée sournoise du : Peut-être je pourrais la convaincre de me faire des cookies pour une prochaine fois" se glissait tranquillement dans mon esprit alors que je tentais de la noyer sous les bouchées de gâteau que je prenais sans aucune relâche.  Concentré sur la nourriture, elle n'avait pas réellement mon attention. J'haussais les épaules à ses paroles, étant trop concentré à manger pour réellement savourer. Cependant, je prenais bien note du commentaire qu'elle tentait d'avoir et une fois que je terminais les deux gâteaux, je m'essuyais à l'aide d'une serviette et relevait les yeux vers elle, un petit sourire sur les lèvres. «Sincèrement, je n'ai pas de préférence. Quoique... un mélange de chocolat et framboise.... Mmmh, un truc forêt noir, genre cerise et chocolat? Hmm, ça serait tellement délicieux aussi. Mais bref, j'devrais pas mourir d'un empoisonnement alimentaire suite à tes deux gâteaux, ils étaient délicieux. »  

Elle pensait peut-être m'intimider avec son regard ? J'haussai un sourcil alors que clairement, je la taquinais, je savais qu'elle était capable d'en prendre et  que je ne poussais pas le truc trop loin alors que je tentais de conserver cette façade que j'avais encore devant elle alors qu'à l'intérieur, je n'avais pas du tout le coeur à rire. Alors oui, je pensais à plein de trucs, je pensais à tout plein de choses, mais en même temps.... Je ne savais pas. Je voulais me concentrer sur une chose à la fois... Juste une .... et nous allions voir par la suite. Mais bref...  Évidemment, j'allais craquer. ET c'était ce qui était arrivé. J'espérais juste qu'elle quitte, qu'elle parte, comprenant le message, mais bien entendu, ça ne pouvait pas être aussi simple que l'on pouvait le demander. Parfois, les gens ne nous écoutaient pas du tout. Et clairement, elle, pas qu'elle ne m'écoutait pas, mais elle ne lisait pas en moi. En même temps, je ne pouvais pas lui en vouloir, j'étais assez doué lorsqu'il fallait cacher des trucs... mais après, j'aurai aimé ne pas à avoir le dire en ce moment. Alors, lorsque la vérité tomba, j'espérais sincèrement qu'elle comprendrait et partirait. Mais bien entendu, il y a une différence entre ce que l'on veut et ce que les gens font.

Lorsqu'elle tendit les bras pour m'attirer contre elle, je me figeais, m'y attendant pas du tout. Je voulais dire par là que voilà, je n'étais pas super proche de cette femme et que voilà... J'étais tactile, mais avec les gens que je connaissais bien, comme Lia par exemple. Donc voilà, je me demandais si je devais me défaire d'elle...et partir en courant.  Donc, lorsqu'elle rigola et qu'elle m'assura qu'elle n'était pas attiré par moi, je ne me détendis pour autant. Parce que je ne pensais pas ça au départ... Mais... là maintenant, je me posais des questions... Parce que je devais penser qu'elle était intéressé par moi? Enfin... Je ne me détendis pas plus lorsqu'elle me ramena contre elle en me traitant de crétin, je savais que ce n'était pas méchant, mais quand même. Et puis finalement, lorsque nous étions installés correctement, je la laissais limite faire ce qu'elle voulait, étant une poupée sans vie entre ses bras et finit par fermer les yeux un instant avant de souffler un bref «Je suis pas un crétin.... mais merci... » Et bien entendu, lorsque ma tête finit sur ses... jambes? Je tentais de me relever, mais elle me retint en place et je lui jetai un regard paniqué.Elle était pas... Puis je soufflais un bon coup avant de soupirer cette fois. Parce que bon, malgré tout, je me laissais faire malgré tout... Donc... je ne pouvais rien dire. Et même si c'était étrange, parce que nous étions pas proche.... c'était rassurant et ça faisait du bien. Alors, je laissais tout tomber et je m'occupais de rien. La laissant faire. Parce que oui... j'avais besoin de contact humain à l'instant présent. Et même si c'était pas de la part d'une personne dont j'étais proche, ça faisait du bien. Donc... je ne pouvais pas rien dire... Et puis les caresses dans les cheveux eurent raison de moi.... et je fermais les yeux, me laissant totalement faire et attendit juste... que le temps passe. Parce que j'étais bien désormais.

Ce fut sa voix qui me tira de cet état second qui était le mien. J'haussai un sourcil en ouvrant un oeil et la regardait sans vraiment comprendre ce qu'elle voulait. Puis, lorsqu'elle poursuivit, je ne pus retenir un petit sourire même si je n'étais pas au meilleur de ma forme. Un sourire qui dura un instant devant la promesse de nourriture avant que je ne me rende compte de ce que ça voulait dire. Et j'inspirai lentement, perdant mon sourire et secouait doucement la tête. «Keegan.... c'est gentil... mais non, s'il te plaît. J'aime pas fêter mon anniversaire. Personne ne connait la date, cette date, personne ne le sait. Pas même mes proches. Parce que cette date est la journée la plus noire de l'année pour moi. Alors, si tu veux me donner de la bouffe, fais-le n'importe quand, sauf à cette date. C'est tout. Et j'grogne si je veux. » Je me mordillais la lèvre inférieure parce que je voyais ce qu'elle tentait de faire... Mais en même temps. Je ne voulais pas m'engager dans cela. Donc... je passais le reste sous le silence. Parce que c'était la seule chose que je pouvais réellement faire.


Haussant un sourcil face à ses questions, je levai la main, simplement pour faire théâtral et je créais un petit homme de glace que je lui tendis. À l'image d'un petit soldat de glace et transformai ma propre main en glace pour éviter qu'il ne fonde à mon contact. Relevant les yeux vers elle, je l'approchai de son visage et éclatai de rire parce que je trouvais ça amusant. Et surtout parce que... «Je suis un fils de Chioné qui peut juste jouer avec de la glace. Mais ça empêche pas que les figurines, je peux les faire... et en devenir une complètement. Alors... c'est pas si mal...» Je déposais le petit homme de glace au sol et ramena ma main à son état initial et haussai un sourcil à son intention, perdant cet air heureux et détendu qui était le mien pendant un instant. «Pourquoi tu fais ça hein? J'ai fuis tout le monde, ma propre meilleure amie, mes proches, ma famille pour être seul aujourd'hui et tu sembles pas comprendre le message... Je suis rien pour toi, pas même un pote, alors pourquoi? Pourquoi tu te gèles le cul ici, parce que je ressens pas le froid, mais toi oui... Pourquoi tu fais ça pour moi? Enfin, pour moi...»  Je me redressai et inspirai lentement... reprenant place à ses côtés, comme un être humain normal. «J'apprécie tout. Sincèrement... Mais personne n'est comme ça avec moi... et je veux pas abuser non plus...» Ce n'était pas Damian l'adulte qui discutait mais le gamin que je tentais de faire disparaître depuis des années. Rafael.

(c) DΛNDELION

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Happy B-Day - Damian.   


Revenir en haut Aller en bas
 
Happy B-Day - Damian.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Questionnaire Happy Meal
» Don't Worry, Be Happy (T'en Fais Pas, Sois Heureux) !!!
» happy birthday ma chérie
» Happy birthday Marlou42 et NYU16
» HAPPY BIRTHDAY AYEM !!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Gods :: Camps :: Herakles Colony :: La plage-
Sauter vers: