AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Kathleen R. Oxford

administratrice

Messages : 151
Multicomptes : Keegan Thompson
Date d'inscription : 01/02/2018
Localisation : Camp Jupiter

My quest
Parent divin: Apollon
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 400
MessageSujet: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Jeu 1 Fév - 17:21

Kathleen R. Oxford
feat Alicia Vikander
  • 31
  • Américaine
  • Hétéro
  • Apollon
  • Jupiter's Camp
Fichier n°34590 : Kathleen Rose Oxford
Surnom : Kate
Date et lieu de naissance : 3 Novembre 1986 à Chicago.
Statut civil : Célibataire.
Signes Particuliers :
- Tatouages : celui à l'avant bras avec le nombre de barre selon les années passées au camp + une lyre traversée d'une flèche au milieu des omoplates.
- Blessures : cicatrice à l'épaule gauche due à une épée + marques de griffes à l'abdomen côté droit + cicatrice de flèche dans la cuisse gauche + brûlure sur le côté du poignet droit + cicatrice sous ses cheveux en haut de la nuque.
Occupation principale: Responsable de la cohorte "Enclume de Vulcain" et médecin au camp Jupiter.
Nombre d'années passées dans le camp : 20 ans.
Parent divin : Apollon
Pouvoirs :

  • Guérison.
    - Définition : Capacité de guérir autrui en appliquant ses paumes au dessus de la blessure définie. Ne peut rendre les sens perdus à la naissance ou par malédiction. Ne peut faire repousser des membres.
    - Faiblesses : Plus Kathleen utilise son don, et plus elle est fatiguée. Plus la blessure est importante, et plus elle est fatiguée. Et encore aujourd'hui, elle parvient à peine à faire cesser les hémorragies lorsque cela la concerne, la poussant, au final, à garder son énergie et sa concentration pour les autres plutôt que pour elle.
  • Rayon laser.
    - Définition : Rayon thermique à la puissance dévastatrice, permettant de faire fondre (ou vulgairement : "trouer") différentes matières. Aujourd'hui, seuls le bronze céleste et l'or impérial peuvent contenir le rayon laser. Il est possible de l'utiliser avec parcimonie pour ne pas frapper la cible de manière à la sectionner, voire même en faire un usage minimum de la taille d'un rayon de diamètre d'un ou deux centimètres, si besoin.
    - Faiblesses : Comme dit plus haut, le rayon ne peut traverser le bronze céleste ou l'or impérial. De plus, comme ce don lui vient du soleil, Kathleen doit régulièrement se recharger grâce aux UV. Disons qu'au niveau alpha, il lui faudrait quatre heures de journée pour pouvoir l'utiliser durant dix minutes à pleine puissance (le bon gros rayon qui détruit sur son passage, merci superman Rolling Eyes )

Armes & objet :
- Arc & Flèches : l'arc est fait de bois mêlé de fils d'or impérial, pour le solidifier, et le carquois peut contenir jusqu'à une trentaine de flèches.
- Bouclier : un bracelet en or impérial qui peut se déployer en un bouclier qu'elle brandit alors devant elle. Taille : un mètre de diamètre.
- Lampe torche : objet magique ayant la capacité à éclairer les zones les plus sombres, les ombres les plus persistantes, la nuit la plus totale.
Ton défaut mortel : La Solitude. Elle semble n'avoir peur de rien, Kathleen, n'attendre rien de personne, se foutre de l'avis des autres. Elle est froide,
forte, un pilier dans la tempête. On dirait que rien ne pourrait l'atteindre, qu'elle ne ploiera jamais. Et pourtant, elle n'est qu'une femme, juste une étincelle qui pourrait s’essouffler sous la dureté et l'exigence qu'elle s'inflige à elle-même.
Caractère/Anecdotes
Sérieuse, parfois trop + Autoritaire + Organisée + Ordonnée, avec quelques tocs + Méthodique + Artiste discrète + Volontaire + Acharnée quand cela lui tient à coeur + Loyale + Réservée +
Intransigeante + Parle peu + Dur + Exigeante envers elle-même + Froide + Pensive + Les pieds sur terre + Déterminée + Patiente + En contrôle + Ne demande rien aux autres qu'elle ne peut faire elle-même + Sévère + Travailleuse + Protectrice + Un peu juge malgré elle + Grogne si on la pousse dans ses retranchements + A un petit air hautain du à sa froideur + Compétente + Cynique + Se protège à sa manière + Indomptable + Rigide + S'apprête peu, se contentant du minimum + Combative + Polie + Persévérante
Dis m'en plus sur toi...
Prénom/Pseudo : Siam
Age : 18 balais, serpillières et seaux d'eau.
Disponibilité : Une fois par nuit de pleine lune.
Pays : France.
Comment as tu connu BG : Un pigeon voyageur.
Scénario/PV ou inventé : Inventé.
Le mot de la fin ? :  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kathleen R. Oxford

administratrice

Messages : 151
Multicomptes : Keegan Thompson
Date d'inscription : 01/02/2018
Localisation : Camp Jupiter

My quest
Parent divin: Apollon
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Jeu 1 Fév - 17:22


Along
The Way
Along
The Way

Parfois, lorsque je me perds dans mes pensées, mon esprit m'emmène vers des images jaunies par le temps. Des images dont les bords semblent émoussés, dont les couleurs se ternissent, et où les formes semblent même un peu floues également. Seules les émotions qui y sont liées gardent cette puissance dévastatrice capable de me bouleverser si je n'y prends pas garde. Les années – et le camp – m'ont, certes, forgée de manière à ce que je ne laisse à rien ni personne la force de balayer mes résolutions, mais l'humanité n'est pas infaillible. Et peu importe le mélange des sangs qui coulent dans mes veines, je suis humaine moi aussi. Imparfaite, ô combien pourtant, j'ai tenté d'y remédier.

« Hello darkness, my old friend, I've come to talk with you again
Because a vision softly creeping, Left its seeds while I was sleeping
And the vision that was planted in my brain, still remains, Within the sound of silence »


Le son de la cloche résonne alors que, déjà, le ballet des cahiers, stylos, chaises que l'on racle, offre une cacophonie qui me met mal à l'aise. La voix du professeur surplombe le brouhaha et le silence revient alors, pesant et éphémère. Tout un public d'uniformes bleu marine se tend vers le chef d'orchestre qui, dans un soupir, libère finalement la horde dans les couloirs de l'école. Je prends mon temps, je range mes affaires de manière consciencieuse. Oui, le mot nous a été enseigné il y a quelques jours de ça. Et si les lettres se mélangent dans mon esprit retors, si mes doigts se troublent quand il est question de l'écrire, le sens lui, est marqué de manière indélébile.
Une tâche d'encre apparaît soudain sur la dernière feuille laissée sur la table. Mon souffle se coupe, je marque un temps d'hésitation, avant de continuer, faisant fi des mots que je perçois, des sons que j'entends, des rires qui me lèvent le cœur. Quand je me redresse, la feuille est tâchée à maintes reprises, et il n'y a plus rien à faire. Les yeux posés sur les coins encore blancs, immaculés, j'attends que les ombres s'éloignent, que la classe se vide. Puis, c'est à mon tour de rentrer. De prendre le bus, et d'oublier un peu.

Dans le couloir de l'immeuble, alors que quelques marches me séparent encore de l'appartement, des notes s'élèvent, faisant frémir le coin de mes lèvres. J'accélère imperceptiblement, sans m'en rendre compte, et une fois la porte franchie, je ne peux m'empêcher de souffler :
« Maman, je suis là. » Quelque part, je sais que ça ne sert à rien, mais elle arrive encore à me surprendre. Alors qui sait, peut-être qu'en essayant de temps à autre, mes espoirs déchus retrouveront leurs ailes.
Mais personne ne répond. Aucun appel. La mélodie hypnotique fait toujours vibrer les murs du salon, vers lequel je me conduis aussitôt. Le cartable au sol, laissé dans l'entrée, à côté des chaussures, et c'est à pas de loup que j'approche. Sur le seuil, je marque l'arrêt, déjà conquise. Mes yeux se voilent de cette tendresse que je n'ai que pour elle. Et je souris un peu. Avec douceur. Avec fierté aussi. Ma maman, c'est elle. La danseuse qui s'élève sur des chaussons usés par les années d'exercice, qui virevolte au son des accords, qui tourne, saute, ploie mais ne casse pas. Cet ange tombé du ciel qui donne l'illusion que rien dans ce monde ne pourra entacher son être. Qu'aucune horreur n'existe tant qu'elle m'illumine de son regard. Que même si elle est intouchable, irréelle, elle m'offre la chance de faire un peu partie de son univers. Juste du bout des doigts, mais c'est déjà ça. Peut-être qu'un jour, elle me verra réellement, que je deviendrais tangible à ses yeux. Peut-être qu'un jour, j'arriverais à l'atteindre. Qui sait. L'humanité a le droit de rêver, et jusqu'aux dernières nouvelles, je suis humaine.

« If I had just one more day
I would tell you how much that I've missed you
Since you've been away »

D'aussi loin que je me souvienne, maman a toujours été un peu comme ça. Éthérée, impalpable, éternellement rêveuse. Je n'ai jamais vraiment su de quoi son monde se composait mais la danse doit en être une partie importante. Ballerine, puis danseuse étoile, elle a arpenté les scènes de théâtres où, aujourd'hui encore, des spectacles se jouent à guichet fermé. J'ai eu la chance une fois, de la voir se produire. Depuis les coulisses, j'ai admiré ses gestes, ses postures, ce visage si parfait qui soulevait les foules. Et puis, les félicitations, les cris, les applaudissements. Les autographes, les bousculades, les flashs incessants. Maman n'a jamais appartenu qu'à moi, et quand je regarde les belles photographies dans le couloir de l'entrée, je sais que ce ne sera jamais le cas.
Prudemment, je sors une casserole, grimpe sur la marche en plastique qui me suit un peu partout, et commence à préparer le repas. Maman aura peut-être faim, ou peut-être pas. Peut-être qu'elle me fera un câlin en me racontant une histoire, ou peut-être qu'elle préférera boire dans un de ces grands verres qui attrapent les éclats de la lumière. Maman est une femme « peut-être » parce que oui, il lui arrive encore de me surprendre.

Pour elle, j'ai demandé à commencer la danse. Le classique, évidemment. Une tentative de la toucher, de lui plaire. Si au départ, je suivais les cours par devoir, par espoir, j'y ai finalement pris goût. Et puis, il y eut le piano auquel m'inscrivit grand-mère, le chant et la peinture. Dans une de ses périodes d'accalmie, maman m'a dit un jour, que j'étais une artiste qui se cachait. Et elle avait raison. Lorsque ça me concernait personnellement, j'y allais avec tant de pudeur que mes professeurs me trouvaient comme enchainée. Comment leur faire comprendre que je donnais mon maximum pour elle, qu'elle était ma seule motivation ? Que mes choix reposaient sur son bien-être, sur la possibilité qu'en rentrant à la maison, je découvre quelque chose qui détruise ma réalité ? Elle était tout pour moi, ma mère, et j'aurais donc tout fait pour elle. Pas égoïste du tout, vous diraient les voisins à mon sujet. Souriante, amicale et ouverte aux autres, enfin j'essayais. J'aimais les gens, et je les aime toujours aujourd'hui, mais il faut croire que le temps finit par tout changer. Le temps, la guerre, les morts, choisissez. Il y a suffisamment de raisons pour tout le monde.

« I gave you all my energy and I took away your pain
Cause human beings are destined to radiate or drain
What line do we stand upon cause from here it looks the same?
And only scars remain »


Grand-père a renié maman lorsqu'elle est tombée enceinte de moi. Je n'ai jamais su s'il me détestait, j'imagine que oui. Si on peut se conduire ainsi avec son propre enfant, alors jusqu'où peut on aller avec ceux qui viennent encore après ? Ces « histoires de grandes personnes » ne sont pas censées m'atteindre. Papa est un mystère et continuera à l'être. Même lorsqu'elle a rencontré Andrew, maman a gardé le silence. Il a posé des questions, gentiment, avec bienveillance. Il n'y avait pas de noirceur chez Andrew. Non, plutôt cet amour qui semblait sincère, au contraire de tous ceux que j'avais déjà rencontré au petit déjeuner, un beau matin, assis à ma place. Je n'ai jamais rien dit bien sûr, je n'ai jamais fait de reproches. Notre quotidien semblait étrange, comparé à celui que je pouvais voir à la télé, mais entre les murs d'une maison, seuls ceux qui habitent sont en droit de juger. Et puis, j'étais suffisamment intelligente pour saisir que chacun garde ses secrets bien cachés. Que si ma voisine de classe mettait un uniforme beaucoup trop grand, c'était pour une raison qui ne me concernait pas. Que si Andrew évitait de pousser maman sur la question de mon père, ça ne regardait que lui. Que si les parents envoyaient des chauffeurs au lieu de venir chercher eux même leurs enfants à l'école, je n'avais pas voix au chapitre. Chacun érige ses propres règles, et nous devons composer avec. Les miennes longeaient celles de ma mère, tout simplement parce qu'il n'y avait qu'elle qui comptait véritablement.

Je ne garde pas de cicatrices de cette période, de ces moments passés. Ils m'ont rendue plus forte en faisant de moi la femme que je suis. Les regrets ne feraient qu'alourdir les peines, qu'entacher les souvenirs alors que je préfère les chérir. Enfin, certains pourraient être repeints dans un camaïeu doré, et peut-être qu'alors, j'aurais moins de mal à vivre avec. Qui sait. L'humanité est aussi faite de souffrances. Sinon, comment le soleil pourrait-il briller à nouveau ? Et moi qui ne suis toujours qu'humaine, mon cœur saigne parfois. C'est normal, certains diraient que « c'est la vie. »

« I fluffed the pillows, made the beds, stacked the chairs up 
Folded your nightgowns neatly in a case 
John said he’d drive, then put his hand on my cheek 
And wiped a tear from the side of my face »

Quand maman est morte, je crois qu'une partie de moi est morte avec elle. Le décor s'est paré d'un voile gris et les saveurs ont disparu. Il n'y avait plus de musiques dans ce monde, il n'y avait plus d'ange pour me faire tournoyer, il n'y avait plus d'éclat de rire quand je tentais de lacer mon chausson. Le froid me glaçait de l'intérieur, et les sourires des gens ne suffirent pas à éclairer mon visage. Je rencontrais mon grand-père pour la première fois. Tout de noir vêtu, austère, responsable, dur. Un politicien, un homme de la vieille époque. Et la main de ma grand-mère qui caresse doucement ma joue. Et mon cœur qui se soulève, qui remonte le long de ma gorge. Et les larmes qui menacent alors que la boite disparaît peu à peu, engloutie par la terre. Andrew et sa sœur m'ont fait enfiler une petite robe noire. Je me souviendrais toujours de ce jour comme celui où j'ai porté une robe sans mettre les collants que maman m'avait offert. On m'a parlé, beaucoup, on m'a touché, aussi. Tout reste flou dans ma mémoire. Comment les gens pourraient ils avoir de l'importance alors que maman n'était plus ?

Et qu'allait-on faire de moi ? Pire : qu'allais-je devenir ?

Les choses ont changé, évidemment. Mais d'une manière qu'aucune personne de ma connaissance aurait pu le prévoir. J'ai fui. Après être rentrée avec Andrew, j'ai attendu qu'il dorme et j'ai fui. Un sac à dos pour seul bagage, j'ai erré des heures durant dans New-York. Stupide enfant. Perdue, et pas seulement parce que je ne connaissais absolument pas le nom des rues où je me trouvais. Non, c'était bien plus profond que l'importance d'une fichue carte. J'étais réellement, foncièrement et profondément perdue. Probablement que c'est pour cela que lorsque je rencontrais le loup de Lupa, je pris la décision de le suivre. A cause de ça ou des rêves un peu étranges que j'avais eu par le passé. Rien de bien logique, rien de très clair. Juste assez pour que croiser un loup à Manhattan ne soit plus si étrange. Enfin, on n'a pas tous les jours onze ans.

« I’m waking up
I feel it in my bones
Enough to make my systems blow »

Après les épreuves de la Louve, j'ai rejoint le camp Jupiter, le camp romain. Il n'y a pas de mot pour expliquer ma découverte et la façon dont ça a pu me chambouler. Au moins, j'ai obtenu la réponse concernant mon père, bien que je ne me serais jamais douté qu'il s'agisse d'un dieu. Durant la première année, j'ai rejoint l'école de la Nouvelle Rome, souhaitant rattraper mon retard et apprendre à connaître cette autre réalité. Mon don pour guérir les plaies – et quelques fois bien pires – s'éveilla, et rapidement, on m'envoya à l'infirmerie pour apprendre à le maîtriser. La possibilité de rejoindre la légion m'effleura l'esprit, mais j'appréhendais l'armée, ayant des souvenirs de leçons où les soldats ressemblent davantage à de la chair à canon qu'à autre chose. Alors, je lus, j'étudiais, je m’entraînais aussi. Il n'était pas question de ne pas être à la hauteur. Si j'avais tout perdu dans le premier monde qui fut le mien, j'avais une chance de contrôler les choses de ce côté-ci.

Néanmoins, je me devais de rassurer le reste de ma famille. Parler à mes grands-parents m'apprit bien plus que je ne l'aurais cru. Tous deux avaient toujours su de qui je descendais. Et si cette nouvelle me choqua, je passais outre pour poser des questions. Beaucoup de questions. La politesse était toujours là mais j'avais soif de rattraper le temps perdu. Un deal se proposa. Passer quelques week-ends en leur compagnie, mais vivre du côté romain. J'hésitais, plus rassurée à l'idée de me couper tout net de ma partie humaine qu'à garder un pied dedans. Ce fut le sourire de ma grand-mère, me rappelant celui de maman qui me convainquit d'accepter. Ainsi, j'irais chez mes grands parents un week-end sur deux, quand, du côté romain, je rejoignais enfin la légion.

« When the sharpest words wanna cut me down, I'm gonna send a flood, gonna drown them out
I am brave, I am proof, I am who I'm meant to be, this is me
Look out 'cause here I come, And I'm marching on to the beat I drum
I'm not scared to be seen, I make no apologies, this is me »

Mon regard s'égare à nouveau, caressant doucement la peau de mon avant-bras droit. Des traits sombres s'alignent parfaitement, si nombreux qu'ils dépassent de chaque côté les quatre lettres de notre camp. La lyre de mon père surplombe le tout, harmonisant l'ensemble. Il n'y a personne à cette heure à l'infirmerie. Encore heureux. Que diraient-ils en tombant sur la froide Kathleen en train de rêvasser ? Un frémissement fait trembler mes lèvres, avant que je ne m'étire doucement, toute trace d'amusement envolée. Cela fait des années que je travaille ici, que j'y ai fait mes gammes et mes preuves. Centurion et médecin. Bien loin de la danseuse qu'était ma mère, bien loin de la douceur, de la féerie qu'elle dégageait. Je ne sais pas comment elle réagirait si elle pouvait me voir, je ne sais pas si elle regretterait mes choix. Mes grands-parents n'ont pas l'air de regretter, eux, c'est déjà ça. Il m'arrive toujours de les rejoindre, habituée à présent à me montrer dans la caste qui est la leur. Grand-père brigue la place de secrétaire à la Défense, étant conseiller dans ce département depuis quelques années. Grand-mère m'emmène voir des pièces, ou me demande de jouer un peu. J'ai toujours plaisir à contempler les poupées qui s'animent sur scène, et mes chaussons sont encore là, cachés dans un placard. Mais c'est une chose que de s'aventurer dehors, de valser avec ces activités presque sereines. C'en est une autre de risquer sa vie tous les jours. Parce que oui, le monde mythologique est en guerre. Les soldats – grecs ou romains – meurent, laissant des familles déchirées derrière eux. Il n'y a jamais eu autant de sang sur le passage des dieux, et rien n'est encore terminé. J'ai vu des batailles, j'ai participé parfois, et ma mémoire restera à jamais marqué par les images que j'y ai emmagasiné. L'humanité est en danger et n'en a pas conscience. Alors qui sait, ça a peut-être du bon d'être un demi-dieu finalement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cosimo V. Antonelli


Messages : 847
Multicomptes : C. Raven Vaughn
Date d'inscription : 21/11/2017
Localisation : A la Nouvelle-Rome

My quest
Parent divin: Leg d'Apollon & Invidia
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 700
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Jeu 1 Fév - 18:01

Salut Supergirl ! What a Face

Spoiler:
 

Je suis trop content de voir Kathleen débarquer (tu savais comme je l'attendais cette petite ). C'est un réel plaisir de te lire sous les traits de ce nouveau personnage.

Et puis, j'ai hâte de découvrir l'histoire et te croiser en RP, évidemment. Déchire tout ! (Oui, ce smiley est associé à toi maintenant héhé)

Bisous tout doux Tatie

( )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
William A. Jenkins


Messages : 162
Multicomptes : Ajax M. Aukai
Date d'inscription : 21/11/2017
Localisation : Sur le champ d'entraînement

My quest
Parent divin: Leg de Mars & Vulcain
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 620
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Jeu 1 Fév - 23:07

Salut sousine par adoption !

Perso très intéressant que tu nous propose, j'ai hâte de voir ce que tu nous prépare ! Et j'ai hâte de me battre à tes côté, et de vois ce fameux rayon laser en action ! Cosmos tu le diras, j'ai tellement bugué en voyant ça hahaha

Au plaisir !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Keegan Thompson

administratrice

Messages : 1164
Multicomptes : Kathleen R. Oxford
Date d'inscription : 30/08/2017
Localisation : Heraklion/New-York/En reconnaissance

My quest
Parent divin: Nemesis
Niveau: Béta (échelon) 3
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Jeu 1 Fév - 23:25

Oh, il m'a dit What a Face Les gars, j'ai deux persos et elles sont vos grandes tantes toutes les deux What a Face Si c'est pas un signe ça !

Merci à vous deux Hâte de vous voir en rp et vous traumatiser.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Katrina Vajra


Messages : 1394
Multicomptes : Claire
Date d'inscription : 29/01/2018
Localisation : Camp Jupiter

My quest
Parent divin: Aeolus
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 730
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Ven 2 Fév - 0:27

Coucou ma future cheffe !

J'adore déjà ce perso ! Tout le contraire de Kat.
Je sens que ça va chauffer pour mon matricule ! fouet

A bientôt en RP.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cosimo V. Antonelli


Messages : 847
Multicomptes : C. Raven Vaughn
Date d'inscription : 21/11/2017
Localisation : A la Nouvelle-Rome

My quest
Parent divin: Leg d'Apollon & Invidia
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 700
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Ven 2 Fév - 0:51

Oui, ça donnait quelque chose comme : Guérison ah oui pas mal et rayon laser, très bien...WAIT...RAYON LASER !

Bref, c'était marrant

Badass tatie Supergirl quoi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Levi Kay-Jackson


Messages : 79
Multicomptes : Mingus Hayes
Date d'inscription : 15/01/2018

My quest
Parent divin: Zeus
Niveau: Alpha (échelon) 6
Ølympians : 510
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Ven 2 Fév - 3:11

Kathleen go ! Attaque Ultralaser ! Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!

Rebienvenue a toit avec ce personnage, encore une fois, franchement cool ! Encore une qui a l'air d'être un sacré morceau à côtoyer cependant, héhéhé, t'as un type ! Mais tu vas voir, Levi ou Mingus vont réussir à la dérider celle là aussi ! What a Face

Enfin bref, bon courage pour ta fiche et hâte de la voir en jeu cette fille d'Apollon !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
William A. Jenkins


Messages : 162
Multicomptes : Ajax M. Aukai
Date d'inscription : 21/11/2017
Localisation : Sur le champ d'entraînement

My quest
Parent divin: Leg de Mars & Vulcain
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 620
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Ven 2 Fév - 11:01

Ahahaha Cosmos, la représentation parfaite de ce qui s'est passé xDDD J'ai cru que je mourrais ! Ouaip, t'es un peu notre maman en fait hahaha

Hahahahaha Levi, j'y avais pas pensé à Ultralaser mais c'est droit ça xDDDDD

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Damian R. Di Rienzi


Messages : 651
Multicomptes : Horus/ Caius
Date d'inscription : 18/11/2017
Localisation : À la colonie en général

My quest
Parent divin: Chioné
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 520
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Ven 2 Fév - 17:18

SHE'S BAAAAAAAACK

Le petit chaton ( tu dois te douter de qui ça vient ça hein )

Bref, t'envoie du lourd, comme toujours en fait J'sais plus si Cai va vraiment venir fumer dans son infirmerie pour la faire chier là, avec ses yeux lasers, elle va le griller sur place ( et le soigner ensuite parce que je sais qu'elle va bien l'aimer quand même )

Non mais voilà, super contente de la revoir, sous cette belle bouille en plus ( enfin, tu choisis toujours des belles bouilles ) bon courage pour la fiche et hâte de venir la faire chier avec Cai ( et mes autres persos aussi )

Voilà, des cookies pour toi pour la suite

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kathleen R. Oxford

administratrice

Messages : 151
Multicomptes : Keegan Thompson
Date d'inscription : 01/02/2018
Localisation : Camp Jupiter

My quest
Parent divin: Apollon
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Ven 2 Fév - 19:06

@Katrina Vajra Merci Katrinette J'pense que ça va être électrique oui

@Cosimo V. Antonelli Non mais j'imagine tellement la scène là

@Levi Kay-Jackson Kath n'est pas un pokemon on se calme, si tu lui lances une pokeball, elle risque de te regarder de travers Rolling Eyes

@William A. Jenkins Je suis vos persos en fait, j'suis la stalkeuse de votre famille What a Face Craignez moi

@Damian R. Di Rienzi Haaan Merci bout d'chou, c'est adorable Oui, je pense que ça être folklorique à l'infirmerie Rolling Eyes fais gaffe à tes fesses What a Face

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
William A. Jenkins


Messages : 162
Multicomptes : Ajax M. Aukai
Date d'inscription : 21/11/2017
Localisation : Sur le champ d'entraînement

My quest
Parent divin: Leg de Mars & Vulcain
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 620
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Sam 3 Fév - 0:04

HAhahahaha xDDD

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Jake Venetto


Messages : 1970
Date d'inscription : 25/12/2017

My quest
Parent divin: Trivia (Hécate)
Niveau: Alpha (échelon) 6
Ølympians : 710
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Sam 3 Fév - 11:14

Coucou ma belle

Au moins, tu choisis bien ton camp cette fois, même si c'est pas la meilleure cohorte J'espère que tu la dirigeras bien et que tu lui permettras d'atteindre les sommets

J'adore Apollon comme parent divin, il est trop classe. Enfin, pas Apollon lui-même, juste ses attributs. Apollon, c'est juste un ado prépubère depuis des millénaires.

C'est bien on commence à avoir pas mal de support au camp, y'a plein de nouveaux
Bon, le pouvoir de guérison, un grand classique que j'adore toujours autant, et le laser... Well... Tu t'es trompée de feat.

True Feat:
 

Je trouve ton duo d'arme assez étrange (Tu peux utiliser un bouclier en même temps qu'un arc ? XD) Mais j'adore les boucliers et les arcs... Pourquoi j'en ai pas

Le défaut mortel est juste... trop triste...

Au moins avec Jake, ils pourront faire un concours de non-communication. J'adore les filles qui grognent quand on les embête
Je suis juste en train de me demander si elle a des qualités

Re-bienvenue ! Hâte de travailler avec toi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cosimo V. Antonelli


Messages : 847
Multicomptes : C. Raven Vaughn
Date d'inscription : 21/11/2017
Localisation : A la Nouvelle-Rome

My quest
Parent divin: Leg d'Apollon & Invidia
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 700
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Sam 3 Fév - 11:45

@Jake Venetto a écrit:
Coucou ma belle

Au moins, tu choisis bien ton camp cette fois, même si c'est pas la meilleure cohorte J'espère que tu la dirigeras bien et que tu lui permettras d'atteindre les sommets

J'adore Apollon comme parent divin, il est trop classe. Enfin, pas Apollon lui-même, juste ses attributs. Apollon, c'est juste un ado prépubère depuis des millénaires.

C'est bien on commence à avoir pas mal de support au camp, y'a plein de nouveaux
Bon, le pouvoir de guérison, un grand classique que j'adore toujours autant, et le laser... Well... Tu t'es trompée de feat.

True Feat:
 

Je trouve ton duo d'arme assez étrange (Tu peux utiliser un bouclier en même temps qu'un arc ? XD) Mais j'adore les boucliers et les arcs... Pourquoi j'en ai pas

Le défaut mortel est juste... trop triste...

Au moins avec Jake, ils pourront faire un concours de non-communication. J'adore les filles qui grognent quand on les embête
Je suis juste en train de me demander si elle a des qualités

Re-bienvenue ! Hâte de travailler avec toi

LEVEINARD !
J’adhère totalement! Mec, tu es mon idole !

"Désolé pour le flood, grande-tante " *s'en va en trainant les sandales*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Kathleen R. Oxford

administratrice

Messages : 151
Multicomptes : Keegan Thompson
Date d'inscription : 01/02/2018
Localisation : Camp Jupiter

My quest
Parent divin: Apollon
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   Sam 3 Fév - 15:18

Non mais vous VOUS TOUS ! Kath n'est pas un pokemon Screugneugneu, j'vais vous pulvériser oui. Tous des romains en plus, jpp Aucun respect

J'vous aime les gars Et j'suis pressée de vous voir en rp

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.   


Revenir en haut Aller en bas
 
« Autrefois, j'aurais peut-être eu peur. » - Kathleen.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Il ne peut y avoir de peur en vous lorsque tout est de Dieu
» La peur des djinns
» J'aurais une question à vous poser
» peut-on m'interdire de faire acheter un cahier de grammaire?
» Le stress peut faire vomir?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Gods :: The Fates :: Who am I ? :: Approved :: Camp Jupiter-
Sauter vers: