AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Maïwen Wolf


Messages : 18
Date d'inscription : 05/06/2018

My quest
Parent divin: Mars/Bacchus
Niveau: Alpha (échelon) 4
Ølympians : 400
MessageSujet: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mar 5 Juin - 0:13

Maïwen Wolf
feat tiera skovbye
  • 21
  • Américaine
  • Inconnu
  • Mars et Bacchus  
  • Romain
Fichier n°34590 : Wolf (née Townsend) Maïwen
Surnom :Allez, direct l'affiche c'est parti :Ma puce de la part de papa. Grenouille de la part de maman. Idiote de la part de son frère ou des fois Wolf rien que pour l'enquiquiner et pour se marrer, c'est pas drôle du tout... il y a que lui que ça fait rire, son cerveau a quelques soucis faut pas s'en faire. Sinon pas d’autres surnoms en vue, m’enfin les surnoms pourris ça se trouve toujours donc ne jamais dire jamais, ça viendra…
Date et lieu de naissance : 6 Mai (et j'arrive pas à calculer l'année XD) à Reno dans le Nevada
Statut civil : Marraine de 6 animaux tous plus formidable les uns que les autres ça compte ?
Signes Particuliers :Porte des lunettes ou des lentilles, ça dépend et quand elle les oublie pas. Possède aussi une cicatrice dû à la morsure d'un berger allemand.
Occupation principale: Vivre et parrainer tous les animaux malheureux du monde, en clair coûte une blinde à ses parents. Roh ça va quand on aime on compte pas

   Nombre d'années passées dans le camp : Beaucoup trop, est ce que quelqu'un se rend compte que toutes ces années à faire mumuse sur les champs de batailles, oui être prostrée dans un coin -c'est pareil- ça aide pas pour faire des études afin de devenir zoologue, ou quoi que ce soit d'autres en rapport avec les animaux. Voilà, si à 40 ans mamezelle Maïwen n'a pas de métier ce sera la faute des dieux - et de son IDIOT de frère qui comprend pas son ambition à elle- Quoi qu'en fait faut survivre jusqu'à 40 ans et c'est peut être pas gagné...

   Parent divin : Descendante de Mars du côté de maman, et heureusement que c'est du côté de maman, et que c'est elle qui met au monde, sinon elle aurait peut être douté de la fidélité de son époux. A moins que ses parents soient des hippocampes métamorphosé en humains... Faudra poser la question. Du côté de papa, c'est Bacchus même s'il y a eu quelques loupés là aussi, Maïwen et l'alcool c'est pas ça, mais bon l'amour des animaux sauvage, pas sauvage, mignon, pas mignons, en fait ouai même les monstres elle les kiff pour peu qu'ils aient des poils ou des plumes, voir même des écailles. Tout ça, ça vient du parent divin. Non parce que ses parents -père y compris- c'est pas des fana des animaux, la famille de maniaque pour peu qu'on leur ramène un chat (ce qu'elle a tenté de faire des milliards de fois) la réponse est sans appel ça met des poils partout ! Excuse bidon, elle a ramené un sphynx, la réponse a été la même. [merci Kathleen quand même pour ton aide et ta patience ♥️]
   Pouvoirs :
Faire pousser des fleurs sur son passage. Au moins, pour ramener des fleurs à sa mère, quand elle a fait une bêtise, c'est pas trop compliqué et ça coûte pas cher. Comme ça chic chic chic, Maïwen peut mettre tout son argent pour les animaux. c'est Kathleen qui a eu l'idée, j'accuse et c'est Damian qui a dit que c'est bon je serais pas la seule bras cassée des Romains donc voilà moi j'écoute les anciens et je les balance sans pression :p
Parler aux animaux parce que les animaux c'est la vie. Avouez, vous avez tous hâte de voir Maïwen en grande conversation avec son poisson rouge Razz

Vos pouvoirs sont à décrire. Maximum de deux pouvoirs pour les enfants de dieux mineurs et Olympiens, et un maximum de trois pouvoirs pour les enfants des Trois Grands, de Cronos ou de Gaïa. Sachez que vos pouvoirs doivent comporter des faiblesses, des inconvénients, et que personne n'est tout puissant.
   Armes & objet : ] A récupéré l’arme de sa maman après lui avoir promis qu’elle en prendrait soin. Tellement soin qu’elle ne l’a jamais utilisé, préférant un arc tout ce qu’il y a de plus banal à une spatha, mais par principe et pour pas que son frère la récupère et fasse le malin comme quoi c’est le chouchou des parents, elle l’a pris en premier et l’utilise comme trophée tout en disant à maman que si si elle s’en sert touuuuut le temps.   Au nombre de deux, attention les armes à feu sont interdites sur le forum, cependant on autorise à ce que vous ayez un petit objet magique qui vous facilite la vie de tous les jours, ou qui peut vous être utile au sein d'un quête. Attention, l'objet que vous choisirez sera inutilisable en bataille.  
   Ton défaut mortel : Aimer, la plus belle des qualités peut être le plus gros défaut. Par amour, elle est capable du pire, comme du meilleur. Clairement, elle aura beau être le plus inoffensif de tous les agneaux, elle est capable d’ôter des vies dans le seul but de protéger sa famille, englobons plus généralement les gens qu’elle aime  -et les animaux hein-.
Caractère/Anecdotes
N’ayant pas toutes les clés afin de comprendre qui elle était, elle a pioché le premier nom de famille qui lui venait à l’esprit lorsqu’on lui a demandé le sien et regrette un peu de pas avoir choisi un truc plus classe. Si on l’appelle par le nom Wolf, elle réagit pas, ne se sent pas concernée, ce qui est légèrement balo quand c’est censé être son nom de famille. Ne peut pas voir en peinture la famille de ses parents, les trouve stupide, hautains, prétentieux, non pas sa tasse de thé et si elle pouvait les étrangler sans trop que ça se remarque, le ferait sans pression. Se moque éperdument de son ascendance divine, se sent parfaitement normale comme fille. N’est pas la personne la plus loyale au monde en théorie, se serait fait la malle depuis une éternité s’il n’y avait pas eu son frère dans le camp et s’il n’y avait pas les parents qui auraient fait une crise cardiaque en apprenant qu’elle n’avait pas envie de se prendre la tête à devenir une demi-déesse -enfin surtout maman d’ailleurs-. A un peu de mal à tenir sa langue et se met dans des positions indésirables à longueur de temps.  Voit toujours le verre à moitié remplie, déborde d’optimisme dans tout ce qu’elle entreprend. Oublie quelques fois qu’elle n’est pas immortelle. A une véritable aversion pour le sang, panique totalement à la moindre goutte, génial quand on est en permanence sur les champs de bataille. A le toc de toujours d’utiliser les maximes de son père comme vérité universelle, même quand c’est totalement faux. Voue un véritable culte à ses parents et n’arrive même pas à imaginer comment font les autres qui n’ont pas gardé contact. Pourtant leur en a énormément voulu quand elle a compris qu’elle était une demi-déesse et qu’on lui avait légèrement caché cela. Par contre la raison de sa petite rancœur est stupide, étant donné son amour véritable pour les études, elle aurait quand même pu être mise au courant qu’elle était douée naturellement en latin, ça aurait été classe sur sa moyenne un A de plus. Oui chacun ses priorités dans la vie. Admire sincèrement son frère même s’il est chiant. A suivi une formation de Koala professionnel dans un zoo et n’hésite pas à s’accrocher aux gens pour ne pas avoir à marcher (qui a dit que les demi-dieux étaient tous des hyperactifs ?) Chante sous la douche, peut être pas très bien même si les avis des autres ne l’intéresse pas le moins du monde. Sait jouer de la guitare, joue de la guitare mais a dû la laisser à la maison familiale, son père ayant refusé catégoriquement qu’elle la trimballe partout…en prétextant vu comme t’es douée comme demi-déesse, tu vas la bousiller, merci papa, on te kiff ! A un peu trop d’orgueil et croit qu’elle peut se débrouiller seule tout le temps alors que le passé démontre assez bien l’inverse. Aime les animaux sans restriction, a parrainé quelques animaux et a obligé son père à prendre la relève avec ses protégés, vu que c’est à cause de ses parents qu’elle est une demi-déesse et qu’elle pouvait pas forcer maman. En revanche, a une peur panique des bergers allemands depuis qu’elle s’est fait mordre par celui de la voisine alors qu’elle essayait de lui sauver la vie-au chien hein, pas à la voisine-. N’a rien d’un leader, non pas qu’elle n’ait pas d’idées, plutôt qu’elle est suiveuse dans l’âme et qu’elle ne se prendra jamais la tête à discuter avec quelqu’un dont les idées sont arrêtées, en revanche si elle pense que ses idées la mettent en danger de mort, oh bah elle fera en sorte d’être la dernière atteinte, histoire qu’au cas où la personne meurt, elle puisse se tirer rapidement et dire après qu’elle avait prévenu mais qu’on l’écoute pas. Est donc peut être légèrement fourbe mais bon c’est un détail, la plupart du temps elle essaie d’épauler au mieux et est du genre très obéissante, trop même -serait capable de se mettre en danger parce qu'on lui demande-. Est d’une jalousie maladive, à fracasser le crâne de quelqu’un avec un rocher (heureusement qu’elle a pas assez de force pour soulever des rochers ), retient tout ce qu’il ne lui plait pas pour s’en resservir après. Tient un journal intime où il y a plus de fleur dessinée que de mots écrits mais c’est parce qu’elle a pas d’inspi et que les fleurs (basique hein) c’est simple à dessiner. A réussi l’immense exploit de faire craquer ses parents et de leur faire acheter un animal… un poisson que sa mère a osé appeler Bocal… qui appelle son poisson bocal puis qui offre un animal aussi pourri à sa fille... D’accord possède aussi un peu de mauvaise foi, elle trépignait de joie quand Bocal est arrivée à la maison dans son… bocal. Est une grande joueuse dans l’âme, les caches caches, chat perchés et jeux tout aussi mature sont des véritables bonheurs pour elle. Offre sa confiance très facilement, la reprend beaucoup moins facilement. A tendance à pardonner très vite, peut se faire avoir des dizaines de fois avant de se dire hé mais on m’arnaque. Donner sa parole est quelque chose de très important, lorsqu’elle donne la sienne, elle mettra tout en œuvre pour s’y tenir, quitte à en mourir.  Sait se battre hein c'est juste qu'elle préfère la parlotte, a une vision légèrement utopique du monde mais si faut se défendre, le fera. A assisté à l'agonie de quelqu'un une fois et ne s'en est jamais totalement remis.Plus aucun secret à révéler, dommage on se marrait bien.
Dis m'en plus sur toi...
Prénom/Pseudo: J'en ai pas, je crois pas ^^ Pouline, ça passe ? mais c'est pas la gloire comme pseudo XD
   Age : 25 ans --'
   Disponibilité: Un peu tous les jours, je pense
   Pays : France
   Comment as tu connu BG :C'est lui qui m'a trouvé
   Scénario/PV ou inventé :Inventé
   Le mot de la fin ? : C'est mon mot du début, hé pssst quel disney ? Razz. Allez le petit mot de la fin merci Evie pour le nom de famille, tu as ma reconnaissance éternelle    

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maïwen Wolf


Messages : 18
Date d'inscription : 05/06/2018

My quest
Parent divin: Mars/Bacchus
Niveau: Alpha (échelon) 4
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mar 5 Juin - 0:13

L'histoire
L'histoire

Partir, sans garantie d’un futur tranquille, ça ne lui plaisait pas spécialement. Habituée à ce que tout soit calculé au millimètre près, peu encline à se détourner d’un chemin tout tracé. Pourtant, elle suivait, leader mon œil… elle suivait docilement la personne devant elle qui ne semblait pas réellement plus à l’aise. Elle en oubliait presque que c’était la même chose pour lui, il quittait tout ce qu’il connaissait dans le seul but de préserver le petit être à venir. Elle baissa les yeux sur son ventre, chuchota « Si ça se trouve je serais une horrible mère. » Le rire de son compagnon avait quelque chose de rassurant, familier « Tu peux pas être pire que ta mère. » Elle ne répliqua pas, il n’avait peut-être pas entièrement tort. A l’instant même où elle avait appris sa grossesse, son instinct lui avait soufflé que rien n’avait plus d’importance au monde que ce petit être qu’elle ne connaissait même pas. Elle avait pris la décision de s’éloigner de la vie de demi-dieu au maximum, peut être que ça ne fonctionnerait pas, peut être que c’était voué à l’échec, qu’ils n’arriveraient même pas à s’intégrer au milieu de gens un peu moins spectaculaire que les demi-dieux. Il n’empêche qu’elle se devait d’essayer. Elle vint attraper son copain par la taille et lui souffla la voix pleine d’émotion « Merci d’être là. »

C’est par cette petite escapade amoureuse que l’histoire de notre petit phénomène débuta. Enfin, pour le moment elle n’était même pas prête à montrer sa frimousse au monde. Ses cris stridents débutèrent trois années plus tard, dans un petit hôpital. Sa mère, comment expliquer simplement les choses, la patience c’était un mot qui n’existait pas pour elle. Clairement on ne l’avait pas inventé pour ses beaux yeux. Raison pour laquelle, malgré l’épuisement d’un accouchement où elle avait cru une deuxième fois mourir de douleur, à l’instant même où son mari franchit la porte avec un bouquet de fleur, elle allait lui faire bouffer ses tulipes à celui-là, elle se redressa brutalement dans le lit, gémissant de douleur mais lui criant dessus « TU COMPRENDS PAS QUOI DANS JE VAIS ACCOUCHER ! QU’EST-CE QU’IL Y A DE PLUS IMPORTANT QUE TA FILLE ?! » Ne craignant pas du tout sa femme, il s’approcha du berceau et contempla le petit être dans son habit rose. « Elle est magnifique, c’est ma fille ? » « Non celle du voisin.  Peut-être que lui il serait arrivé à l’heure si je lui avais envoyé un texto ! »  Il se redressa pour la regarder « Tu es de mauvaise humeur. » « Tu te fiches de moi ?! » « Un chouya, je m’occupais de ton fils, je n’allais pas le laisser seul à la maison, tu préviens au dernier moment, t’es gonflée. » « Je vais t’étriper. » Il s’approcha d’elle, déposa un baiser sur ses lèvres en la sentant ruminer et avec un sourire prétentieux il lui souffla « Je t’aime, tu es la meilleure. T’as bien bossé. » Le coup qu’il se prit dans les côtes, le refroidit nettement mais apaisa grandement sa compagne.

Pas de doute, petit trésor était tombé dans une famille de barge, mais aimante. Ses premiers pas dans le salon furent encouragés comme si elle remportait un prix Nobel. Lorsqu’elle tombait que ça soit dans un parc, dans les escaliers, ou en jouant avec son frère, elle était consolée. Les seuls moments où il y avait quelques accrochages avec les parents, c’était pour les disputes frères sœurs, tout y passait de la part de gâteau où il avait une miette de plus, au sable qu’ils se lançaient mutuellement lorsqu’ils partaient en vacances. Forcément le sable dans les yeux ça brûle et les pleurs en sont la preuve. Les parents étaient loin d’être attendris. Leur mère avait beau leur expliquer que la famille c’est hyper important et qu’il faut se serrer les coudes, que les autres enfants ne se battaient pas EUX. Il y avait toujours deux autres enfants qui chouinaient à ce moment là pour donner tort à la mère de famille, qui se déchargeait de toute responsabilité en disant au père « ça vient de ton côté de la famille, chez moi on savait bien se comporter et on s’étripait pas. » « Et c’est la fille qui réglait tout à coup de lame qui prétend ça… Quel sens de l’humour, je suis épaté. » Si les enfants ne comprenaient jamais les sous-entendus, trop occupés à jouer, ou se battre dépend des jours, les indices étaient là. Mais si on se pose jamais la question, on n’a pas besoin d’en connaître les réponses.

En grandissant les enfants furent forcés de choisir un sport. Grand moment de solitude pour la demoiselle qui était plus qu’indécise, voir même peu motivée. Sa mère l’emmena, à sa demande, faire de la natation mais non, l’eau ça mouille. Donc dès la première leçon où il faisait un peu frisquet, et bah hop plus envie d’aller se geler les fesses dans un bassin. Maman dû donc lui faire découvrir la danse, pour exploser de rire au bout de deux secondes, sa fille ayant la grâce d’un hippopotame qui se brûlerait les pattes. Comment vexer une enfant en une leçon, du coup la petite ne voulut plus être emmené par maman mais par papa qui, jusque-là avait été plutôt tranquille. Et c’était reparti pour des idées de plus en plus pourries. Le basket, sa fille finit par dire au bout d’un mois qu’elle était trop petite, il lui lança avec dérision que c’était pure logique, elle ne prendrait pas 30 cm en un mois, et une enfant vexée une. Pourtant, quand elle décréta que puisque c’était comme ça elle ne ferait pas de sports , qu’elle se contenterait des cours de guitares et de solfège, les deux d’un commun accord refusèrent et c’est fou mais quand ils se liguaient, il valait mieux abandonner. C’est de cette manière qu’elle se retrouva à faire de la gymnastique. Contrairement au reste de la famille, la compétition c’était pas son truc. Pour elle, l’important c’est de participer, c’est la plus belle phrase du monde, sauf que son père avait dit ça pour la réconforter, pas pour qu’elle en fasse son credo. Ce n’était même pas qu’elle était mauvaise, elle ne faisait pas d’efforts, partisane du moindre effort, comment bien énerver sa mère.

A l’école, c’était l’inverse par contre, alors là être deuxième pas question. La seule fois où son bulletin chuta, mais ce fut une crise de larme monumental, le monde s’effondrait. Il y aurait pu avoir une catastrophe naturelle que ça aurait été moins grave à ses yeux. Ses parents eurent beau lui expliquer que c’était pas si grave, rien n’y fit. Lorsqu’en chouinant, elle finit par reconnaître qu’elle n’arrivait pas bien à voir le tableau, naturellement ils lui expliquèrent que si les lettres dansaient devant ses yeux c’était de famille, avare en explication les parents, un petit peu. Mais, elle leur prenait tellement la tête en disant que ça n’avait rien à voir que son père craqua en premier et la trimbala chez un ophtalmo convaincu qu’il avait raison et qu’elle n’avait pas le moindre problème, à part celui d’être une demi-déesse, mais comme les parents avaient décidé de ne rien dire… Dans la salle d’attente, dans le but de la faire penser à autre chose que sa vue, super papa lui demanda si elle avait appris quelque chose de nouveau à la gym. La petite se leva d’un bond tout en annonçant joyeusement ce qui allait être sa plus grande fierté au monde, après celle d’avoir une famille géniale. « Regarde je fais le poirier comme personne. » Il ne s’agissait pas juste de faire le poirier, c’est qu’elle le tenait, pas sportive pour un sou, il fallait la traîner quand ils allaient courir au parc -ou l’acheter avec une glace à la menthe-. Il n’empêche que cet effort-là, elle le faisait sans broncher et elle ne se remit sur ses jambes, sous le regard ébahi de son père que lorsque le professionnel les appela. Il ébouriffa les cheveux de la demoiselle qui grogna, faussement énervée avant de l’entrainer dans le cabinet. La sentence tomba, effectivement elle avait des problèmes de vue et avait besoin de lunettes. Devant l’air hébété du père qui ne comprenait plus rien, le monsieur en blouse blanche expliqua qu’une grande partie de la population avait des lunettes, que ce n’était pas si grave. Ça n’avait aucun rapport, le père de famille se fichait totalement du fait que sa fille ait des problèmes de vues. Ce n’était pas un problème en soi, c’était juste que c’était légèrement inédit.

Le soir même, alors que les deux enfants s’étaient endormis, il débuta la conversation avec son épouse occupée à planifier leurs vacances « Tu es sûre que c’est ma fille. ?» Il se prit le marqueur dans la tête « Non, j’ai bu le soir de sa conception ! Qu’est-ce que tu peux m’énerver des fois. » « Reconnais quand même que c’est pas logique. » « C’est toi l’illogique, dans tous les cas que je t’aie trompé ou non elle a mon sang dans ses veines, donc c’est une demi-déesse, donc tu arrêtes de me prendre la tête avec ta paranoïa à deux balles. Et puis enfonce toi dans le crâne que je t’aime et que je suis fidèle, ça changera ta vie. » « Tu as raison. On devrait peut-être les entrainer. » « Ce sont des enfants ! » « A leur âge on savait se battre. » Elle passa une main sur son front embêtée. « Ecoute que nos ancêtres soient stupides, je le conçois, qu’ils envoient leurs enfants à la guerre, parfait c’est leur problème. J’ai mis deux enfants au monde, j’ai souffert le martyr par deux fois, sans oublier que la deuxième fois mon mari m’a lâchement abandonné. » « Je ne t’ai pas abandonné, j’appelais une baby-sitter pour notre fils. » « Laisse-moi finir ! J’ai pas été m’installer loin de la Nouvelle Rome pour y envoyer mes enfants. Je n’en ai strictement rien à faire qu’ils soient des demi-dieux. Ce sont NOS enfants, ils n’auront pas leur enfance gâchée, ni combat, ni arme sauf en jouet, ni mission, ni monstre, ni sang et si ça dure éternellement, que nous sommes les deux seuls à nous salir les mains et bien c’est tant mieux. » Il inclina la tête, reconnaissant sa défaite « A vos ordres mon général. » « Je t’en prie, prends le pas comme ça, je veux les protéger. » « Je sais, j’ai juste peur qu’on soit pas assez puissant » Elle se leva pour venir déposer un baiser sur ses lèvres et refermer doucement son poing pour le heurter contre celui de son époux « On y arrivera ou en mourra en essayant.» « Génial, tu as les mots pour apaiser les gens, c’est dingue. »

De toute façon, même si elle avait voulu entrainer sa fille, ça n’aurait pas fonctionné, preuve en était les sorties au cirque. Si les parents étaient captivés par tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une arme, même si ouille que les humains étaient patauds. Pour la petite, ce qui était intéressant c’était les animaux. Oh, et gare à la personne qui dirait que tel animal était laid, elle prenait la tête pendant un quart d’heure avec ses phrases tout droit sortis de la bouche de son père « Papa il dit que c’est la beauté intérieure qui compte d’abord. » C’était plutôt drôle de regarder sa petite frimousse blonde, ses lunettes rondes sur le bout du nez, essayer de convaincre tout le monde du bienfondé de ses pensées. Au moins pour les cadeaux d’anniversaires et de noël, c’était pas trop compliqué, des encyclopédies sur les animaux quand ça n’était pas des sorties au zoo. C’est par une de ces nombreuses sorties au zoo, qu’elle prit la tête à ses parents pour parrainer un Dugong… Chose qui déprima totalement sa mère qui chuchota au père pendant que la petite montrait fièrement son certificat à tout le monde. « Est-ce que ça fait de moi la grand-mère d’un animal hyper moche ? » « Tu fais une grand-mère formidable. Si ça se trouve c’est le filleul de ta fille qui va être son protecteur. » Il se prit une tape sur la tête « Pourquoi elle ne choisit pas des animaux cool, un ours, un lion, un tigre, même un crocodile ça m’irait ! » « Elle aime la beauté intérieure. » « Génial, c’est à cause de toi et de tes phrases débiles qu’on se retrouve avec un Dugong dans la famille, merci. » « Ça aurait pu être vachement pire. »

Ne jamais dire ça, en cinq ans, ils se retrouvèrent à être les grands parents d’animaux plus ou moins sympathique un Zèbre de Grévy, un Rhinocéros Noir, un Rat Taupe Nu – qui avait fait avaler de travers la pauvre maman quand elle avait vu la sale tronche du machin-, un Oryx Gemsbok, sans oublier le seul animal que maman trouvait intéressant un Guépard Royal. Et chacun avait son petit prénom -que je ne donnerais pas sinon je vais pas m’en sortir- qu’il ne fallait surtout pas oublier, sinon bonjour les regards noirs et les phrases assassines « Tu les aimes même pas, tu retiens pas leur prénom ! » Si en plus c’était juste un certificat, un attrape nigaud mais non… Il fallait aller se coltiner les visites au zoo pour vérifier si les petits protégés allaient bien, la déprime pour les trois autres membres de la famille.

La vie de petite humaine bien tranquille aurait pu continuer pendant longtemps, seulement, il y eut ce soir où les deux enfants attendaient leur mère à la grille de l’école. L’ainé avait passé une journée pourrie visiblement, puisqu’il était incapable de rester en place, tandis que sa sœur, assise par terre essayait de l’apaiser « Papa il dit que quand ça va pas, il faut se dire qu’il y a toujours pire dans la vie, inspire et expire. » « On va rentrer à pied. » « Maman elle a dit d’attendre ici. » « Maman elle me gonfle ! elle a pas confiance en nous, on est les deux seuls à attendre nos parents tous les soirs. On est plus des bébés. » La soeurette se tassa sur elle-même peu encline à désobéir sauf que son frère avait déjà fait cinq pas et semblait décidé. Elle se leva donc et le rejoignit, n’oubliant pas de dire une fois à ses côtés « On va se faire gronder. » « Tu diras que c’est ma faute. » « Encore heureux, bien sûr que je vais te balancer. Et si un monsieur louche essaie de nous faire monter dans sa voiture ? » « Je lui fais une prise de judo. » « Evidemment, non mais c’est vrai t’es un expert en judo »« Je suis ceinture jaune quand même »« Wouah, je suis admirative »« Tu n’y connais rien à la classe »« Papa a la classe, maman a la classe, toi tu débutes. »« Idiote, on ne peut jamais être sérieux avec toi. »« On nous suit. »« Paranoïaque, on dirait maman et papa. »« Je te dis qu’on nous suit. Viens ! »

La petite détala, suivit de près par son frère qui n’allait certainement pas se laisser distancer. Ils coururent jusqu’à ce qu’ils n’en puissent plus, l’un comme l’autre. Appuyé contre un mur, le souffle court, ils tremblaient des pieds à la tête.« Personne ne nous suivait ! » Comme pour donner réponse à sa sœur -parce que c’est bien connu, les sœurs ont toujours raisons-, une espèce de truc ignoble, ne faisant absolument pas parti de l’encyclopédie des animaux qu’elle avait reçu à noël, déboula derrière eux, causant un cri strident à la demoiselle qui se prit une taloche de la part de son grand frère pas compréhensif. « Boucle là, il va nous voir. » « Espèce de crétin, il nous suit, il nous a déjà vu ! JE HURLE SI JE VEUX ! » « On se sépare ! » « Papa il a dit » « ON S’EN FOUT DE CE QUE PAPA A DIT, COURS ! » Et, pour donner l’impulsion nécessaire à sa sœur, il la poussa. Elle démarra à nouveau afin d’éviter de tomber, et c’est sans se regarder qu’ils partirent chacun de leur côté, causant pour la jeune demoiselle, une douleur immense à son cœur, pas dû au poing de côté -enfin si ça aussi- mais c’était un mélange de douleur physique et de douleur mentale à l’idée que ça dérape.

Forcément ça dérapa, si de demi-déesse, elle n’avait pas spécialement l’étoffe, elle en restait une, qui s’ignorait, certes mais tout de même. Mademoiselle obéissante, mais pas trop, ne dût son salut qu’à l’intervention d’une meute de loup, un peu haut sur pattes. L’amoureuse des animaux qu’elle était habituellement était visiblement en vacances parce qu’elle était terrifiée. Elle essaya bien de reculer mais entre le souffle du bidule derrière elle, qui avait des griffes, à moins que ça soit des crocs, de la taille de sa tête, et les loups haut comme des poneys… Choisissons les poneys. Le combat dura beaucoup trop vite pour le cœur de la demoiselle qui fit un bond de plus quand de la poussière or colora ses vêtements. Ok, à quel moment un animal fait des paillettes quand il meurt ? Le pire était à venir, voilà qu’elle entendait des voix dans sa tête, un remake de Jeanne d’Arc manquait plus que ça. Ça y est, là elle était morte… et bah la mort ça craint, des animaux à paillette, des loups hauts comme des poneys, une voix dans sa tête et en plus voilà que la voix la traitait de Laide… ah non pardon Leg… Oh ça va la nuance est difficile à percevoir quand on a peur.

C’est de cette manière que débuta la nouvelle vie de la jeune demi-déesse. Les leçons avec les loups ne la passionnait carrément pas, se battre quand des loups veillent sur soi, quel intérêt. Elle était aussi légèrement insistante à demander tous les jours que dura la formation, quand est ce qu’elle pourrait rentrer chez elle. Et puis paye ta réponse, encore faudrait-il que tu survives, mais chapeau bas. Comment mettre des adolescents en confiance wouahou admiration. Bref après ce qui sembla être une éternité à la jeune Legueuh, elle devait même avoir récupéré trois cheveux blancs sur la tête, heureusement qu’elle était blonde de base, zlle fut lâchée dans le monde merveilleux des barges, le camp Romain. Des gens qui se battaient matin, midi, soir et pour sûr que s’ils avaient le droit, ils se battraient la nuit. Tenir là pendant dix ans… mais bien sûr, quand les poules auront des dents. Elle voulait devenir zoologue alors le problème des dieux, c’était le cadet de ses soucis elle avait des animaux qui comptaient sur elle. Mademoiselle courageuse quand il s’agit de se faire la malle, planifia donc son évasion, tout devait être calculé au millimètre près, si ses parents avaient réussi à fuir, elle pouvait aussi, le talent ça se transmet. L’élément non pris en compte mais qui allait lui faire perdre DIX ANNEES de sa vie, c’était son frère. Oui, effectivement sur le papier c’est logique si elle était sa sœur, il était aussi un demi-dieu lui aussi, élémentaire mon cher Dawson comme dirait ce cher Basile. Alors comment expliquer sa gorge nouée, l’impression que la chappe de plomb qui comprimait sa poitrine venait de s’envoler. Elle oublia tout, le fait qu’elle avait menti sur son nom de famille, le fait qu’elle n’avait plus de famille, tout vacilla et elle s’élança pour se jeter à corps perdu contre cette personne qu’elle chérissait tellement. Bon, malgré ce petit égarement, dès qu’ils furent seul à s’expliquer -dans la joie et la bonne humeur bien entendu- et rattraper le temps perdu -et oui quelques mois avaient passé et de petit humain lambda, ils étaient à demi dieu… aussi lambda mais avec des supers pouvoirs de la mort qui tue… ah non pas pour elle… Pouvoir, un bien joli mot, mais la commande pour avoir son don n’était pas arrivée, dommage, on fera sans. Dans le genre boulet, les deux étaient pour ainsi dire pas mal, dans le désir de protéger leurs parents, ils avaient forcément menti sur leur identité, sauf que sans se concerter, hips plus le même nom de famille, c’est embêtant. Son frère lui demanda par ailleurs comment elle avait choisi le sien et lorsqu’elle reconnut qu’elle avait pris le premier animal qui lui était passé par la tête, il éclata de rire en rajoutant moqueur qu’heureusement elle n’avait pas pensé à un ornithorynque… hilarant… vraiment, qu’est-ce qu’on se marre. De toute façon, la demoiselle était pas dans l’optique de rester et se décomposa en entendant son frère balancer comme si c’était tout à fait normal qu’il allait laver l’honneur de sa famille. Après avoir essayé, vainement, de contrôler son agacement elle explosa. « A quoi ça te servira, mourir pour des gens que tu connais pas ? Laver l’honneur de qui en plus, tu as pas pris leur nom gros malin ! Et s’ils avaient voulu qu’on lave l’honneur tu crois pas qu’ils nous auraient mis au courant ?! J’ai même un scoop pour toi, ils ne seraient pas partis ! Je veux retrouver ma famille, viens on rentre. » Devant l’obstination de son frère et le refus de ce dernier, elle céda (en l’insultant peut être un peu) et abandonna son évasion pour rester à ses côtés, le temps qu’il faudrait.

Au fil des mois, à chercher son don -non pardon disons la vérité- à casser les pieds à tout le monde sans exception pour savoir comment ils avaient trouvé les leurs. La merveilleuse enfant se décida à aller sur les champs de batailles pour déclencher un don provenant de monsieur Mars, mauvaise idée très mauvaise, en plus de s'être traumatisé à vie avec les morts, et de s'être pris un coup à l'arrière du crâne, parce qu'elle regardait pas du bon côté. Pour sa défense, un écureuil passait sur le champ de bataille. Forcément elle avait essayé de le couvrir et courait derrière la pauvre bestiole terrorisée par ces imbéciles de demi-dieux qui, couraient, tombaient, mettaient du sang partout et hurlaient en plus. La demoiselle s'était un peu loupée de trajectoire, glissant sur une substance visqueuse que nous ne détaillerons pas ici et avait pris un coup sur le ciboulot, rien de trop méchant, merci de s'en inquiéter, tout fonctionne parfaitement dans son petit crâne. La bosse sur la tête fut sa seule récompense, pas de don. Non pour faire plaisir à pitchounoute, son don décida de montrer le bout de son nez par un 25 décembre, héhé on a la classe ou on l'a pas. Et quel don, ce jour-là, elle tomba sur un petit oiseau frigorifié qui peinait à s'envoler. Dans sa grande bonté l'amoureuse des pioupiou, qu'était la petite Romaine, lui mis son écharpe ainsi que son bonnet (inutile à souhait vu la taille du piaf ) sur le bec afin de le réchauffer. Pour éviter que Pioupiou panique, elle essaya les paroles réconfortantes, d'après les médecins ça marcherait, comme quoi elle écoutait les dires de ses ainés. Il n'empêche que Pioupiou lui répondit et pas en piaillement hyper strident et désagréable, c'était plutôt clair et ça fit briller les yeux de la demoiselle pendant une journée complète, si ce n'est dix jours. Il semblerait aussi que tout le monde en ait entendu parler, trop heureuse d'avoir son don elle le répétait à tout le monde, ce qui devait être prodigieusement agaçant. C'est d'ailleurs son frère, toujours lui, qui finit par lui balancer « Wolf, tais-toi, on a compris, tu as un don, formidable, tout le monde s’en fout. » . C'est donc grâce à ce minuscule oiseau que le plus beau des cadeaux lui fut offert. Peut être, sûrement même, que son don aurait montré le bout de son museau un peu plus rapidement si la jeune fille avait tenté avant de communiquer avec les animaux.

Vint par la suite, sa première vraie bataille où, elle avait décidé, en son âme et conscience, d’y mettre du sien. Pour une fois, elle voulait bien faire les choses et s’intégrer à la perfection. Certainement que quelqu’un avait réussi à la motiver en quelques phrases. Elle se tenait silencieuse et parfaitement concentrée, un peu en retrait, les traits fermés et la main posée sur son arc, balayant du regard le champ de bataille, ignorant les hauts de cœur de son estomac, qui n’était pas fait pour ça, clairement. Elle n'eut même pas l'occasion de tirer, déjà parce qu'elle devait être à côté d'un stressé de la vie, sérieux, c'est simple même le fait qu'elle respirait, ça gonflait monsieur. Oh et puis il la prenait pour une débile tiens toi droite, regarde comment moi je fais, fais ci, fais ça, la lourdeur. Il visa une première fois et avec une provocation exemplaire, elle marmonna « raté, c’est bien la peine de donner des leçons. Si tu veux je peux aussi te donner des conseils, tu vas voir comment c’est chiant. » Le regard noir qu’elle se prit la dissuada de continuer, au risque de se prendre une flèche qu’il prétendrait perdu. Le fait d’avoir vexé msieur Relou sembla lui donner des ailes puisqu’il visa parfaitement bien la deuxième fois, jetant même un regard rempli de fierté sur sa cadette qui ne le regardait même plus, le regard fixé sur la personne qu’il venait d’abattre. La douleur qu’elle lut dans le regard de l’autre, même à distance, rempli son propre regard d’effroi. Elle en lâcha son arc, comme si tout d’un coup il la brûlait, et se précipita sur la personne blessée. Clairement, un miracle qu’elle se soit pas fait exploser par un ennemi en chemin, sans arme, ça aurait été du gâteau. Une fois au côté de cet ennemi, étrangement, il n’était à ses yeux rien de plus qu’un être humain qui ne méritait pas de mourir. Personne n’est tout blanc ou tout noir. Pour la première fois de sa vie, le sang n’avait pas cette odeur désagréable qui lui donnait envie de vomir. Elle comprima de toutes ses forces la blessure, comme elle l’avait vu faire des dizaines de fois et, à l’instar de la fois où elle avait essayé de rassurer l’oiseau, elle chuchotait pour l’apaiser, se maudissant de ne pas avoir un don utile réconforter les gens ça aurait été tellement cool. Sans trop de surprise, il s’éteignit dans ses bras, maculant ses habits de sang, sans que ça n’ait d’importance. La jeune fille resta prostrée contre lui, ne parvenant plus à bouger, culpabilisant de fou, s’excusant, encore et encore, les mots entrecoupés par des sanglots qui ne voulaient plus la laisser tranquille. Ce fut son frère qui vint l’attraper, bien plus tard, et qui la serra contre lui, à lui en péter les côtes tellement il serrait fort. La panique qui brillait dans les yeux de son frère la fit nicher son nez contre son cou, pour respirer autre chose que l’odeur de la mort, l’odeur du sang et retrouver quelque chose de familier. Clairement, si lui réagissait comme ça alors qu’elle allait bien, physiquement, comment réagissaient les familles des gens qui mouraient ? Comment se reconstruire quand on a perdu quelqu’un à qui on tient ? Elle ne voulait pas expérimenter ça, jamais. Déjà qu’elle était au bord de la crise de nerf pour un parfait inconnu… qu’est ce que ça donnerait. Après cette expérience, difficile de voir la demoiselle viser convenablement, les images qui se bousculent dans son crâne lui rappellent que chaque vie est importante et le blocage est légèrement présent tout de même. Après, elle ne cherche pas non plus à aller contre ce blocage, abandonnant son arc dès que ses mains tremblent, ce qui arrive souvent dans les dix secondes.

L’arrivée du deuxième don dans la vie de notre cocotte. Déjà, c'est moins l'éclate que pour le premier. Faut dire que les plantes c'est pas son délire, clairement déjà tout ce qui ne sent pas bon, ça sert à rien. Difficile de s'émerveiller devant trois pâquerettes et des boutons d'or. Le truc se déclencha après une quête qui s'était passée dans une roseraie. Déjà rien que ça, c'était naze comme quête. D'ailleurs, elle est presque sûre que ce n’était pas une vraie quête, il y a anguille sous roche. Qui réalise une quête dans une roseraie, et puis ça avait plus ressemblé à une chasse au trésor qu'à une quête. Il n'empêche que pour une fois, notons-le c'est tellement rare, pas la moindre blessure, pas le moindre accrochage rien, tout avait fonctionné comme sur des roulettes. Enfin ça, jusqu'à ce que la blonde se mette à hurler qu'ils étaient pourchassés par des tulipes. Ah oui l'angoisse, oulalah. Comment dire, des demi-dieux habitués à se faire massacrer par des monstres, des psychopathes et autres machins plus effrayants encore, personne sauf la demoiselle qui sautillait sur place, comme une demeurée, ne semblait effrayé par les tulipes hyper agressives. Et la sentence tomba, une voix blasée finit par s'adresser à la pitchoune « Maïwen, c’est toi qui les fait pousser. ». Ah, oups ? Comment paraître crédible derrière ça. Étonnamment autant tout le monde a bien été prévenu du super don avec les animaux, autant celui avec les fleurs, elle évite de ramener trop sa fraise.

Bref la vie d'un demi-dieu, c’est pas tous les jours facile. Les trois quarts du temps, elle a juste envie de retourner chez elle, reprendre une vie normale sans avoir à craindre sans arrêt que quelqu’un lui saute dans le dos, parce que c’est super marrant de tuer les demi-dieux ou de les esquinter. Non sérieux en grandissant on doit tomber moins souvent, se faire mal moins souvent, bah les demi-dieux c’est l’inverse, plus tu grandis plus tu as de bleus ! Donc notre merveilleuse petite demi-déesse fait de gros efforts d’intégration, participe -quand elle est motivée- aux quêtes. Alors elle a bien essayé de devenir médecin, ou guérisseuse, vu que les combats, ce n’est pas vraiment sa tasse de thé sauf que le combo odeur de désinfectant+ odeur du sang, ça a eu raison de son immense motivation, tout compte fait le combat c’est génial ! Bref, si un jour, sur un champ de bataille, vous voyez quelqu’un de complètement traumatisé et qui a des hauts de cœurs toutes les deux secondes, soyez gentil, assommez là, ça lui évitera au moins d’être raillé par son père, sa mère et son frère qui n’ont visiblement pas les mêmes problèmes que notre demoiselle -par contre méfiez-vous du frère, il devrait pas être trop loin et d’après lui, il est le seul à avoir le droit de taper sa sœur. Pas plus qu’on ne choisit le sang divin qui coule dans nos veines, on ne choisit pas d’être talentueux, elle ne l’est pas, ne le sera sans doute jamais mais elle s’en moque. De toute façon elle a décidé qu’elle deviendrait Zoologue et compte bien faire en sorte que son Destin aille dans la direction qu’elle a décidé.

J’avoue, je pourrais continuer bien plus faire les retrouvailles avec la famille, essayer d’être plus précise sur certains points mais je ne voulais pas que ça soit trop long, et c’est déjà le cas, je trouve. Pas de pavé, pas de pavé. Je suis désolée j'ai rajouté des trucsXD

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Cosimo V. Antonelli


Messages : 847
Multicomptes : C. Raven Vaughn
Date d'inscription : 21/11/2017
Localisation : A la Nouvelle-Rome

My quest
Parent divin: Leg d'Apollon & Invidia
Niveau: Béta (échelon) 2
Ølympians : 700
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mar 5 Juin - 15:24

Bienvenue chère Maïwen !

Je pense que c'est la première fois que je vois une histoire remplie avant le reste

Bonne suite

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Evie M. Strauss-Oxburry


Messages : 61
Multicomptes : Aucun (for now)
Date d'inscription : 22/05/2018

My quest
Parent divin: Mars
Niveau: Alpha (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mar 5 Juin - 15:36

Bienvenue à toi.

Comme Cosimo, de voir l'histoire remplie avant la première partie m'a prise au dépourvu.

Bon courage pour la suite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maïwen Wolf


Messages : 18
Date d'inscription : 05/06/2018

My quest
Parent divin: Mars/Bacchus
Niveau: Alpha (échelon) 4
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mar 5 Juin - 15:40

Rolling Eyes Merci Cosimo, c'est rien que pour t'embêter que je poste pas le reste

Et encore j'ai fais toute l'histoire sans savoir le prénom de la demoiselle mais chut, c'est un secret Wink

Alors je vous rassure par contre, j'ai fais le reste avant, je crois, je m'en souviens plus trop... c'est le prénom qui m'a bloqué des semaines et le nom que j'ai toujours pas trouvé


Evie, j'ai adoré ton histoire je crois que j'ai actualisé tous les jours pour la lire XD ton perso m'a achevé XD je rigolais toute seule comme une andouille -ce que je suis... un peu-

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Evie M. Strauss-Oxburry


Messages : 61
Multicomptes : Aucun (for now)
Date d'inscription : 22/05/2018

My quest
Parent divin: Mars
Niveau: Alpha (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mar 5 Juin - 15:42

Si tu as besoin d'aide pour trouver quoique ce soit, je peux essayer de t'aider. J'ai toujours réussi à trouver des pseudos convenables je crois.
Oh, je suis ravie que ma fiche t'aies plue à ce point Tu me réserves un lien pour la peine?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maïwen Wolf


Messages : 18
Date d'inscription : 05/06/2018

My quest
Parent divin: Mars/Bacchus
Niveau: Alpha (échelon) 4
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mar 5 Juin - 17:12

Oh c'est vrai ? Tu veux bien m'aider à trouver un nom de famille ?  

Ce serait un honneur d'avoir un lien avec toi :D et un rp par la suite... visons les rps aussi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Evie M. Strauss-Oxburry


Messages : 61
Multicomptes : Aucun (for now)
Date d'inscription : 22/05/2018

My quest
Parent divin: Mars
Niveau: Alpha (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mar 5 Juin - 19:48

Oui !
Je te mp ma belle!

Avec plaisir !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Keegan Thompson

administratrice

Messages : 1164
Multicomptes : Kathleen R. Oxford
Date d'inscription : 30/08/2017
Localisation : Heraklion/New-York/En reconnaissance

My quest
Parent divin: Nemesis
Niveau: Béta (échelon) 3
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mer 6 Juin - 16:49

    Oh oh ! Le caractère a été ajouté Comme mes voisins du dessus, j'avais été étonnée de découvrir l'histoire en tout premier, mais j'te dis chapeau. Je galère toujours avec l'histoire Plus grand chose à remplir de ce que je vois, ça va alleeer ! Si tu as besoin de quoi que ce soit, ma boite MP est ouverte Wink

    En tout cas, bienvenue sur le forum miss, et bon courage pour ce qu'il te reste à faire


Bienvenue sur Bloody Gods !
Laisse nous te faire une place Marcel !
Bienvenue parmi nous jeune Padawan !

Déjà, merci à toi de t'être inscrit/e sur le forum, nous espérons de tous coeur que tu vas te plaire parmi nous, mais normalement, il n'y a pas de raisons. Mais pour que tout aille au top niveau validation, le prochain palier, n'oublie pas de vérifier quelques posts. Déjà, si ce n'est pas déjà fait, vérifie que la frimousse que tu t'es choisie n'est pas déjà prise en cliquant sur ce lien, pareil pour les prénoms et le nom de famille. Ensuite il va falloir te trouver un groupe, si tu veux un résumé, clique ici, sinon va voir les Romains, Cronos, Gaia, ou les Grecs, si tu veux être incollable sur les groupes et leur fonctionnement ! Si tu as un soucis, tel qu'il soit, que ce soit pour te trouver une arme, ou encore des pouvoirs, n'hésites pas à nous envoyer un MP, on se fera un plaisir de t'aider ! Oh et n'oublie pas d'aller jeter un oeil sur la F.A.Q, qui répondront très certainement à pas mal de tes questions Pour ceux ou celle qui voudrait jouer un espion dans l'un des camps, ne le dites surtout pas dans votre fiche, envoyez nous un petit MP histoire qu'on soit sûr que votre couverture ne soit pas foutue dès le début (il n'y aura que le staff et vos chefs de camp qui seront au courant de votre statut d'espion).

N'hésitez pas si vous avez la moindre question, le staff est là !
Bon courage pour ta fiche et hâte de te lire !

☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maïwen Wolf


Messages : 18
Date d'inscription : 05/06/2018

My quest
Parent divin: Mars/Bacchus
Niveau: Alpha (échelon) 4
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mer 6 Juin - 18:31

Merci Keegan, moi l'histoire c'est pas ce qui bloque enfin si mais différemment je me dis toujours mets en pas trop, mets en pas trop.  Du coup je suis une éternelle insatisfaite parce qu'il y a plein de non dits.

Moi c'est les pouvoirs le problème (et l'intelligence de mes personnages mais c'est un détail ^^) ça par contre je peux passer des heures à chercher et à fermer le document en me disant allez, tu sais quoi elle aura pas de pouvoirs et puis basta elle se débrouillera autrement !
les noms de familles et les avatars aussi je suis une catastrophe mais je suis toujours bien aidée pour ça, heureusement.
Oh les titres aussi mais alors ça mais c'est une angoisse, bah là pour faire simple je crois qu'il m'a fallu deux semaines complètes pour trouver celui qui allait à peu prêt

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Evie M. Strauss-Oxburry


Messages : 61
Multicomptes : Aucun (for now)
Date d'inscription : 22/05/2018

My quest
Parent divin: Mars
Niveau: Alpha (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mer 6 Juin - 18:38

Si tu as du mal pour tes pouvoirs, je te confirme que Blake est un génie en la matière. C'est à lui que je dois le second pouvoir d'Evie, je séchais tellement. Mais sûrement qu'on peut peut-être tous t'aider aussi
#nullepourlespouvoirsahem

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Maïwen Wolf


Messages : 18
Date d'inscription : 05/06/2018

My quest
Parent divin: Mars/Bacchus
Niveau: Alpha (échelon) 4
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mer 6 Juin - 18:43

C'est pas bien le pouvoir de pas avoir de pouvoir ? Genre c'est inattendu (inutile à souhait on est d'accord mais inattendu)

comment je respecte pas mon perso bichette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Evie M. Strauss-Oxburry


Messages : 61
Multicomptes : Aucun (for now)
Date d'inscription : 22/05/2018

My quest
Parent divin: Mars
Niveau: Alpha (échelon) 5
Ølympians : 400
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Mer 6 Juin - 18:51

Je ris toute seule.

j'arrête de flooder sur ta fiche poulette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Damian R. Di Rienzi


Messages : 651
Multicomptes : Horus/ Caius
Date d'inscription : 18/11/2017
Localisation : À la colonie en général

My quest
Parent divin: Chioné
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 520
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Jeu 7 Juin - 0:03

J'sens que j'vais répéter, mais voilà, j'ai suivi depuis le début et quand j'ai vu que l'histoire. j'ai fait : Bah tiens " ( tu m'as permis de sourire au boulot alors que j'étais en pleine tâche totalement barbante alors merci )

Du coup, bienvenue parmi nous, tout ça Du courage pour la fichette


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Billie Matthews


Messages : 391
Multicomptes : lyllian-aaron mclochlainn | ani lewis | exas & hillel davis
Date d'inscription : 18/11/2017

My quest
Parent divin: Dionysos
Niveau: Béta (échelon) 1
Ølympians : 500
MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   Jeu 7 Juin - 8:16

Bienvenue à toi ma belle et bon courage pour finir les petits détails de ta fiche !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen   


Revenir en haut Aller en bas
 
C’est une mélodie pleine de souvenirs cachés ~ Maïwen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» réveil en pleine nuit à heure fixe bébé 11 mois
» question rituel de la pleine lune
» Mgr Léonard entarté en pleine messe
» RE-crise d'angoisse en pleine nuit (mais pour la Hipo)
» Mardi 21 decembre 2010 pleine lune pour recharger ses pierres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloody Gods :: The Fates :: Who am I ? :: Approved :: Camp Jupiter-
Sauter vers: